> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Décrochage, Absentéisme > Médiateur de réussite scolaire (décrochage, 2009-2011) > Rapport des inspections générales sur l’évaluation du dispositif des médiateurs (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Rapport des inspections générales sur l’évaluation du dispositif des médiateurs de réussite scolaire (juillet 2010, publié le 06.06.12)

10 juin 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Evaluation du dispositif des médiateurs de réussite scolaire
Un dispositif qui ne répond que partiellement à ses objectifs
et dont l’impact reste à démontrer
Juillet 2010, 45 p.

Rapporteurs : Annie GALICHER, IGAENR), Jean-Pierre BELLIER (IGEN), Christian FLOREK (IGAENR), Pierre SAGET (IGEN)

 

PRECONISATIONS

Quels que soient les arbitrages du ministère sur la poursuite du financement de ce dispositif, la mission d’inspection générale estime utile de formuler dès maintenant quelques
recommandations :

1- Dès la rentrée scolaire 2010, une évaluation de la situation, des fonctions assurées par les médiateurs de réussite scolaire et de leur impact sur le taux de réduction de l’absentéisme devrait être demandée par chaque académie aux établissements où sont implantés les médiateurs. La mission d’inspection générale est prête à faire la synthèse des données ainsi recueillies.

2- Il convient de vérifier que les médiateurs de réussite scolaire ont été implantés dans les établissements où le taux d’absentéisme est significativement important. Il serait préférable de ne pas renouveler systématiquement les contrats dans les établissements non prioritaires et de respecter le principe de
l’implantation de trois à cinq médiateurs par établissement en évitant le « saupoudrage ».

3- Des stages d’information et de formation d’une journée, encadrés par un IA-IPR EVS ou un PVS et auxquels les CPE seraient associés, pourraient être organisés dans les bassins d’enseignement et de formation à destination des médiateurs : outre les échanges entre les participants et les comparaisons entre
les différentes expériences, ces stages pourraient porter en priorité sur la maîtrise des indicateurs de l’absentéisme et sur les modalités de rationalisation, souvent souhaitables dans les établissements, du contrôle des absences.

4- Il convient de préparer et d’accompagner les médiateurs de réussite scolaire pour leur sortie de contrat. Beaucoup de médiateurs rencontrés semblaient ignorer qu’ils pouvaient bénéficier d’un tuteur désigné par l’EPLE, chargé de
les aider, de les informer et de participer à l’élaboration de l’attestation d’expérience professionnelle remise au salarié à l’issue de son contrat. Les médiateurs doivent être clairement informés sur les possibilités offertes par la validation des acquis de l’expérience.

5- Dans l’hypothèse où le dispositif serait prorogé, il conviendrait de préciser l’instruction ministérielle du 27 janvier 2009 afin qu’elle corresponde davantage à la réalité des tâches effectivement remplies par les médiateurs de réussite scolaire, notamment en redéfinissant les objectifs de leurs missions et en écartant celles qui sont apparues à l’expérience trop larges. Cette redéfinition serait l’occasion d’affiner, en relation avec chaque académie,
certains objectifs quantitatifs de réduction du taux d’absentéisme.

 

Le texte intégral du Rapport

 

[...] On lit notamment [dans ce rapport] que l’impact de l’action de ces personnels "sur la réduction de l’absentéisme n’a pas été évalué par les rectorats", et que, dans les établissements, le niveau d’informations recueillies "est extrêmement variable". Certains chefs d’établissement "ne connaissent pas le taux d’absentéistes dans leur établissement", ignorent "les objectifs ministériels" et ne maîtrisent pas les indicateurs.
"À l’occasion de sa mission, l’inspection générale a été conduite à s’interroger sur la manière dont les acteurs de terrain percevaient réellement l’absentéisme (...)." Les enseignants ne sont d’ailleurs "que très rarement associés, volontairement ou non, à la réflexion sur l’absentéisme de leurs élèves".

Les médiateurs ont pourtant "trouvé leur place au sein des établissements", ils apparaissent comme "des personnels ressources nécessaires", qui, "au minimum, contrôlent efficacement l’absentéisme", "participent à l’accompagnement personnalisé des élèves" et, "dans le meilleur des cas, contribuent de manière significative à la réduction du taux d’absentéisme". Ce sont "souvent les interlocuteurs référents pour les parents des élèves les plus absentéistes".
Mais "le dispositif a souffert dès l’origine de la contradiction entre l’ambition et l’étendue [de leurs] missions (...) et la précarité du contrat proposé, le faible niveau de rémunération et l’absence d’exigences sur le niveau de qualification (...)". Les inspections ajoutent : "On a, une fois de plus, segmenté la vie scolaire pour mettre l’accent sur une mission, certes prioritaire, de lutte contre l’absentéisme, mais sans l’intégrer dans un projet global de politique éducative."

Des témoignages sur ToutEduc ici

Extrait de touteduc.fr du Absentéisme : l’administration ne s’est pas réellement mobilisée (Inspections générales)

 

Voir la rubrique "médiateurs de réussite scolaire" sur le site de l’OZP

Répondre à cet article