> 9 - POLITIQUE VILLE > PERISCOLAIRE VILLE : Afev, Clas, Coup de Pouce, autres soutiens > Club Coup de pouce > Les villes "Coup de pouce CLE" défendent un dispositif au "taux de réussite (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les villes "Coup de pouce CLE" défendent un dispositif au "taux de réussite exceptionnel" (ToutEduc)

15 octobre 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les villes "Coup de pouce CLE" veulent défendre un dispositif au "taux de réussite exceptionnel"

"Un niveau de réussite exceptionnel, exorbitant" pour Florent Montillot, maire-adjoint (UDI) d’Orléans. "Le processus de réussite le plus abouti", pour Gaëtan Gorce, sénateur-maire (PS) de la Charité-sur-Loire : les deux co-présidents de l’association des "Villes Coups de Pouce CLE" ne tarissent pas d’éloges sur ce dispositif. "Nous avons créé cette association [le 9 octobre] pour assurer la promotion de cette action que l’APFEE ne peut pas assurer elle-même, sous peine d’être accusée de plaider pro domo, et la protéger de toute mise en difficulté", ajoute-t-il.

Réassurance des enfants, implication des parents

Florent Montillot estime que "96 ou 97 % des enfants concernés, en fin de CP, sortent de la zone de décrochage, et ont, au minimum, un niveau moyen en lecture". Il y voit aussi "un instrument de réassurance pour ces enfants". Il les décrit, avec émotion, quand en fin d’année, "ils arrivent sur l’estrade, et qu’on leur remet leur diplôme. Ce sont des héros. Ils sont heureux d’avoir appris à lire, ils sont fiers." L’élu se félicite également de "l’implication des parents, qui viennent aux réunions, qui signent leur contrat à la mairie, qui changent de regard sur l’école. Là aussi, les résultats sont exceptionnels." Mais, plus important peut-être pour lui, les éventuelles réticences de départ des enseignants sont "balayées au bout de quelques semaines" et c’est finalement à leur demande que la Ville est passée de 5 clubs il y a 8 ans à une trentaine aujourd’hui.

Or pour lui, l’éducation représente "un enjeu de civilisation", une bataille qui "se gagne par les fondations", par la priorité à l’école élémentaire et "par la coopération de l’Education nationale avec les parents, mais aussi avec les partenaires que sont les collectivités et les associations".

"Nous sommes demandeurs d’une évaluation solide"

Gaëtan Gorce ajoute que l’évaluation qui vient d’être conduite pour le compte du FEJ (Fonds d’expérimentation pour la jeunesse) a été présentée comme négative (voir ToutEduc), alors que l’efficacité du dispositif n’est pas "remise en cause", bien au contraire, puisqu’on peut lire dans sa conclusion générale que "le Coup de pouce CLE constitue un dispositif pertinent de prévention précoce de la rupture scolaire". Mais "nous sommes demandeurs d’une évaluation solide du dispositif", qu’il faudrait voir "comme un investissement productif" si on pense au coût pour la société de l’échec scolaire, qui commence au CP.

L’association compte déjà une trentaine de communes, sur les 280 qui ont des "clubs Coups de pouce CLE" (pour quelque 10 000 enfants au total). Elle se donne pour objectif d’en réunir 140 la première année, pour que "tous ceux qui y croient prennent espoir", et pour faire partager la volonté de protéger "une démarche qui reste fragile".

Extrait de ToutEduc du 15.19.2012 : Exclusif : les villes "Coup de pouce CLE" veulent défendre un dispositif au "taux de réussite exceptionnel"

Répondre à cet article