> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > TYPE DE DOCUMENT > RAPPORT OFFICIEL > Rapport statistique : Depp, Insee, Cereq > Doutes sur l’efficacité des ZEP (Etude INSEE)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Doutes sur l’efficacité des ZEP (Etude INSEE)

16 septembre 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site « Vie publique » du 16.09.05 : Zone d’éducation prioritaire : quels résultats ?

Une évaluation menée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) montre que "la mise en place des zones d’éducations prioritaires (ZEP) n’a eu aucun effet significatif sur la réussite des élèves...". L’étude a porté sur la période 1982-1992 sur des élèves de collèges.

Les moyens affectés directement aux élèves ont été "faibles", les dépenses supplémentaires se retrouvant principalement dans les primes accordées aux enseignants. La prime versée par enseignant (1000 euros par an en 1990) n’a cependant pas stabilisé les équipes enseignantes ; ce qui serait pourtant l’un des facteurs de réussite des ZEP selon le rapport Moisan-Simon (publié en 1997). L’évaluation de l’INSEE fait ainsi apparaître que la proportion de jeunes enseignants a ainsi augmenté de manière continue dans les établissements de ZEP. Autre résultat qui se dégage de l’étude INSEE : la baisse du nombre d’élèves, "probablement liée à un évitement" de ces collèges par les parents. Les auteurs de l’étude pensent qu’il serait intéressant de vérifier si les résultats de cette évaluation restent les mêmes pour 1995 et les années suivantes.

Rompant avec l’idée d’une égalité de traitement, des zones d’éducation prioritaires ont été créées en 1982. Elles incitent les établissements scolaires à développer des projets éducatifs ; ceux-ci sont alors dotés de ressources supplémentaires afin d’améliorer les résultats des élèves les plus défavorisés.

 

Voir sur ce sujet l’important article : Faut-il supprimer les ZEP ? L’ancrage territorial des ZEP est-il un échec ?, par François-Régis Guillaume

Répondre à cet article