> 5 - Education prioritaire > PILOTAGE DES RESEAUX (tous niveaux) > Pilotage académique (6 SR) > Situations académiques et carte scolaire annuelle > L’éducation prioritaire en Polynésie française

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’éducation prioritaire en Polynésie française

6 février 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

En Polynésie française, pour la prochaine rentrée scolaire d’août 2014, ce dispositif ne concernera que la commune de Faa’a (son lycée, son collège et ses écoles) qui était déjà classée ZEP depuis 1988, la seule commune du territoire à bénéficier depuis 25 ans de ces statut particulier ! A partir de 2015, ce Réseau d’éducation prioritaire (ou REP + dans les établissements les plus difficiles) en Polynésie française s’étendra et s’articulera à Tahiti et sur tous les archipels. Il concernera au moins « entre 25 à 30% des établissements » a indiqué Michel Leboucher qui n’a pas voulu lister précisément les communes ou établissements concernés (mis à part Taravao, Mahina, Rangiroa et les Australes) car, d’ici la rentrée des classes 2015 la définition des critères pour être classé REP devra être affinée.

C’est en tout cas une avancée significative, car avec une seule commune classée ZEP sur le territoire depuis un quart de siècle, la Polynésie française a toujours été le parent pauvre de ce système préférentiel qui permet d’avoir davantage de moyens humains et financiers sur les établissements classés comme prioritaires. Et ce, alors que la situation de nombreux autres établissements scolaires, particulièrement ceux situés dans les archipels éloignés, correspondait aux critères éligibles de ce dispositif.
Selon Michel Leboucher, le ministre de l’éducation en Polynésie, ces Réseaux d’éducation prioritaire vont permettre aux établissements d’obtenir « 20 à 30% de moyens supplémentaires ; des actions éducatives en plus et une valorisation de l’indemnité des enseignants ». Par ce biais notamment, le ministre espère pouvoir obtenir des enseignants titulaires pour aller enseigner dans les îles éloignées de la Polynésie, alors que régulièrement ces postes isolés sont refusés par les enseignants titulaires, et comblés par des vacataires qui n’ont pas forcément toutes les compétences requises.

Extrait de tahiti-infos.com du 05.02.14 : Vers la création d’un Réseau d’éducation prioritaire en Polynésie

 

Note du QZ : "La Polynésie française a toujours été le parent pauvre de ce système préférentiel", dit l’article. Il est vrai que les Territoires d’outre-mer (TOM) n’apparaissent pas dans les annuaires des ZEP publiés à l’occasion de la relance de 1998 la liste de 2005 est conservée en archive sur le site OZP ni de la réforme De Robien (2006), ce qui a pu laisser penser que ces territoires n’étaient pas concernés par l’éducation prioritaire.

Répondre à cet article