> 6 - Pédagogie / Formation > Actions A L’ECOLE ELEMENTAIRE > Actions interdisciplinaires (Ecole) > B* Trois actions coordonnées dans le réseau ECLAIR Louis Armand à Dreux : (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Trois actions coordonnées dans le réseau ECLAIR Louis Armand à Dreux : Vivre ensemble, ateliers d’écriture (ceintures de compétences) et parcours culturel minimum (Journées Innovation 2014)

17 février 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Des Actions coordonnées au service de l’individualisation et de la réussite du parcours scolaire de l’élève

Collège [ECLAIR] Louis Armand
1 place Louis Armand, 28100 Dreux
Site du collège
Auteur : : Enouski Leila
Mél : enleila@yahoo.fr

Le collège intégré dans un dispositif Eclair accueille un nombre important d’élèves en difficulté (apprentissage et comportement). L’expérimentation permet de mettre en place des actions coordonnées, fédérant les équipes au sein du réseau, qui allient l’éducatif et le pédagogique afin de favoriser la réussite de chacun, d’établir une continuité pédagogique, culturelle et d’améliorer le climat scolaire.

Plus-value de l’action
- Climat scolaire beaucoup plus serein : cadre à la fois ferme et bienveillant.
- Modification du rapport à l’écrit (réflexe du brouillon, moins de pages blanches, amélioration des performances à l’écrit).

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
- 1) La quinzaine du vivre ensemble : toutes les classes de 6ème, soit 130 élèves environ et les enseignants volontaires du 1er degré.
- 2) Les ateliers d’écriture (toutes les classes du collège et les enseignants volontaires du 1er degré ou toutes les classes pour certaines écoles) ; Les ceintures de compétences en expression écrite (toutes les classes de 6ème, soit 130 élèves environ).
- 3) Ouverture sur le monde par les journaux scolaires et le parcours culturel minimum : tous les élèves du réseau (écoles et collège).

A l’origine
- Pauvreté sociale, l’établissement a un taux de familles en difficulté de 80 % (PCS) & et un rapport à l’école parfois difficile.
- Famille ayant un faible capital culturel lié à des raisons diverses (sorties culturelles peu nombreuses voire inexistantes car limitées par les contraintes économiques et matérielles, la difficulté à quitter l’espace du quartier… Et les sorties ont généralement peu de vocation pédagogique au sein de ces familles). Or, la dimension culturelle est présente dans tous les piliers du socle commun et notamment dans le pilier qui concerne la culture humaniste. Or, les actions ou sorties culturelles mises en place étaient souvent liées à des projets de classes, à des enseignants : pas de lien ni de continuité entre les différents niveaux. Cela ne touchait qu’un faible nombre d’élèves.
- Elèves enclavés dans leurs quartiers & la culture familiale d’un nombre important d’enfants est éloignée des pratiques culturelles proposées par l’école.
- Nombre important d’élèves en difficulté (Le taux de redoublement est supérieur à la moyenne nationale ; Le taux d’élève ayant plus de deux années de retards est supérieur à la moyenne nationale…).
- Rupture brutale école-collège ; manque d’autonomie et de méthode ; difficultés pour de nombreux élèves à progresser dans un apprentissage traditionnel : blocage/refus de certains élèves devant des activités d’expression écrite (pages blanches).
- Le Vivre ensemble ne va pas de soi, cela s’apprend dans la sphère familiale mais également dans la sphère publique d’où le rôle primordial de l’école, la première des socialisations pour nos élèves. Comme les incivilités font malheureusement trop souvent partie du quotidien des élèves (crachats, moqueries, insultes, bagarres…) et ce, dès le plus jeune âge, et que les mots semblent devenus vides de sens…, l’établissement veut proposer un temps de réflexion sur le thème du « vivre ensemble » dans toutes les disciplines, en lien avec des acteurs du tissu associatif, du monde éducatif…

Objectifs poursuivis
- 1) Climat scolaire :
• Prévenir la violence en liant l’éducatif et le pédagogique (réfléchir au vivre-ensemble au sein du COLLEGE et des ECOLES en lien avec des acteurs du tissu associatif, de la santé, du monde éducatif, des artistes…) ;
• Faire prendre conscience du pouvoir des mots aussi bien à l’oral qu’à l’écrit à travers des actions liant MAÎTRISE DE LA LANGUE & ÉDUCATION A LA CITOYENNETÉE.

- 2) Apprentissages scolaires :
• Modifier le rapport au savoir et aux apprentissages scolaires afin de donner le goût d’apprendre et de redonner du sens à l’école.
• Viser, de façon coordonnée, à l’acquisition des compétences du socle commun (maîtrise du langage, culture humaniste, culture scientifique…) en favorisant la continuité des apprentissages.

- 3) Ouverture sur le monde :
• Favoriser la connaissance des incontournables (artistes, œuvres…) et favoriser l’accès à certains lieux culturels que ce soit : théâtre, musée, salle de concert, danse, cinéma… en mettant en place un parcours culturel minimum commun de la maternelle au collège.

Description
Mise en place de 3 actions phares liant les établissements du réseau autour de 3 axes.
- 1) Climat scolaire : la quinzaine du vivre ensemble. Organisation d’une quinzaine du vivre ensemble commune (1er et 2nd degré) en février selon 2 axes au choix : le pouvoir des mots ou la relation à son environnement.
• Réflexions, débats : qu’est-ce que vivre ensemble ? Comment vivre en harmonie ? Quels sont les comportements qui nuisent au vivre ensemble ? Enquête sur les comportements en récréation, enquête sur la gentillesse...
• Actions interdisciplinaires au sein du collège, création de slams sur le pouvoir des mots, mise en scène de situations quotidiennes dans le cadre du théâtre forum avec la vie scolaire (en interaction avec les élèves)…

- 2) Apprentissages scolaires : les ceintures de compétences en expression écrite, ateliers d’écriture.
• Mise en place d’ateliers d’écriture hebdomadaires au sein des écoles (Carnets de voyage en CE1, roman photos en CP/CE2…) et au collège avec l’instauration du cahier d’écrivain en cours de français pour dédramatiser le passage à l’écrit, développer l’écrit-plaisir, instaurer des rituels…
• Travail par ceintures de compétences en expression écrite en 6ème : Passation d’évaluations diagnostiques communes en début d’année ; répartition des élèves par groupes de besoin ; activités d’entraînement différenciées ; modification des groupes en fonction des résultats des élèves pour faciliter la remédiation ou l’approfondissement d’une notion ; évaluation sommative : tâche complexe en épreuve commune pour voir si les élèves sont capables de mobiliser les ressources, d’automatiser les procédures, les démarches.

- 3) Ouverture sur le monde par les journaux scolaires et le parcours culturel minimum : ▪ Parcours culturel :
• Pilotage du projet par les directeurs, les professeurs coordonnateurs et le chef d’établissement.
• Inscription du parcours culturel dans le projet d’école, dans les projets des classes et dans le projet de réussite scolaire du RESEAU Louis Armand ;
• Élaboration d’un parcours culturel minimum commun : des artistes et des œuvres incontournables ;
• Collaboration avec des lieux culturels et des artistes (saison culturelle de la mairie : spectacles, intervention d’un conteur en 6ème, sensibilisation à l’opéra avec intervention d’artistes en 3ème…) • Programmation de sorties culturelles interdisciplinaires par niveau ou cycle (musées, spectacles…).
▪ Les journaux scolaires
• Projet commun de la maternelle au collège autour du JOURNAL SCOLAIRE avec échange et diffusion des journaux entre les établissements et inscription au concours de Journaux scolaires ;
• Pilotage du projet par un professeur ressource (formation dans les écoles pour aider à la création de journaux) et un coordonnateur de réseau (pour l’impression des journaux) avec co-intervention possible du professeur ressource
• Mise en place d’une grille d’écriture commune.
• Débats, discussions sur un thème « fort » par année scolaire : le vivre ensemble, l’égalité filles-garçons…
• Créations de petites émissions de web-radio (1 école du réseau et les « classes-médias du collège).

Trois ressources ou points d’appui
- L’implication des équipes pédagogiques inter-degrés et interdisciplinaires ;
- L’adhésion, l’enthousiasme des élèves & qualité des productions ;
- Temps d’échange (stages 1er-2nd degré au sein de l’établissement ; concertations régulières).

Difficultés rencontrées
- Difficulté de travailler en équipe : heures de concertation insuffisantes, répartition des tâches, élaboration des activités, récupération des bilans… et non-implication de toutes les disciplines.
- Temps attribué au professeur référent insuffisant pour répondre aux sollicitations de tous les collègues du 1er degré (système de rotation au sein des écoles pour co-intervenir dans un maximum d’ateliers d’écriture) ;
- Difficultés matérielles (équipement informatique obsolète des écoles, difficultés pour imprimer les journaux…).

Moyens mobilisés
- Organisation de stages inter-degrés autour des actions « phares » et de temps de concertation pour les équipes du collège ;
- Subventions (Mairie, Conseil Général).
- Mise à disposition d’un professeur référent du collège : 5 heures hebdomadaires destinées aux interventions dans le 1er degré.

Partenariat et contenu du partenariat
- La CARDIE pour le suivi des actions ;
- Le Conseil Général de l’Eure et Loir,
- La Mairie de Dreux pour les subventions
- Educateurs de l’IFEP,
- Police municipale…
- Le CLEMI (conseils, aide à l’équipement comme appareil photo, dictaphone…)
- Artistes (écrivains, conteurs…)

Evaluation
- Évaluation par compétences (validation du socle commun).
- Climat scolaire propice au travail (nombre d’incidents, d’exclusions de cours, du nombre d’absence,…).
- Taux de réussite au DNB & orientation en fin de 3ème et en fin de 2nde.

Documents
- Site du journal du collège Louis Armand de Dreux
- La web radio du collège
- Diaporama présentant les différentes actions du projet

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Auto-évaluation par les élèves.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves :
• Prise de confiance en soi : les élèves sont plus acteurs de leur apprentissage et de leur évaluation. La prise en charge par petits groupes et la mise en place d’ateliers d’écriture (évalués uniquement par compétences) a favorisé la participation, les échanges, le plaisir…
• Modification du rapport à l’écrit : les élèves progressent à leur rythme (évaluations sommatives mieux réussies) et ils se sont mieux approprié la notion de compétences.
• Taux de réussite au DNB en augmentation régulière (pour 2013 : 81.8% ; +6.8 points) & orientation en fin de 3ème (59.8 % en 2nde générale) et en fin de 2nde. Après la 2nde générale ou technologique, la majorité des élèves poursuivent jusqu’au baccalauréat, peu sont réorientés vers une 1ère professionnelle et rare sont ceux qui se trouveront en situation de décrochage scolaire.
- Sur les pratiques des enseignants :
• Cela a favorisé le travail en équipe (compétences transversales et disciplinaires) et permis l’expérimentation de nouvelles approches pédagogiques et éducatives, l’élaboration collective d’outils, d’activités…
• Cela a permis de réfléchir à l’approche par compétences et sur la posture de l’enseignant notamment pour mettre en place une pédagogie différenciée.
- Sur le leadership et les relations professionnelles :
• Développement du travail en équipes disciplinaires (Par exemple, l’équipe des professeurs de français a créé un projet d’équipe avec « harmonisation » des pratiques, des projets pédagogiques communs par niveau…) et interdisciplinaires (Réflexion sur l’écrit et rédaction d’un protocole : prise en charge interdisciplinaire des compétences de maitrise de la langue).
- Sur l’école / l’établissement :
• Climat d’établissement devenu propice aux apprentissages : moins d’incivilités… ;
• Lien école/collège renforcé et continuité des actions pédagogiques ;
• Développement du travail par compétences.
•- Echanges entre les disciplines et mise en place d’autres expérimentations : le travail en îlots, les « coups de pouce » pour différencier les évaluations
- Plus généralement, sur l’environnement :
• Lien entre les établissements du réseau ECLAIR : projets menés dans chaque école et au sein du collège.
• Les journaux scolaires : véritable outil de médiatisation des actions des écoles, du collège à destination des parents : une rubrique est consacrée à la présentation des différentes actions menées au sein du collège, des écoles (UNSS, projets, voyages scolaires…) ; valorisation des écrits des élèves.
• Taux d’évitement en baisse ; image très positive du réseau : tous les journaux ont été primés au niveau académique et certains au niveau national (c’est le cas de 3 écoles classées 2ème meilleur journal de France et le collège n°1 en 2013) ! Des classes ont été lauréates de concours d’écriture concours Wapiti, concours slam solidaire, concours de la Résistance)…

Extrait du site Expérithèque : 2014 - Clg Louis Armand - Dreux ( 28) - Des Actions coordonnées au service de l’individualisation et de la réussite du parcours scolaire de l’élève

Répondre à cet article