> 6 - ACTEURS, POSITIONS > POSITIONS > Autres positions : association, journaliste, observateur, personnalité > Un billet sur Educavox, "Le vrai visage de l’éducation prioritaire", par (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un billet sur Educavox, "Le vrai visage de l’éducation prioritaire", par Patrick Figeac, proviseur honoraire

14 mai 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le vrai visage de l’éducation prioritaire

Disons-le très clairement : l’éducation prioritaire en France n’existe pas !
Le terme « prioritaire » n’a en effet du point de vue juridique aucune valeur particulière. Pourtant, les slogans qui ont accompagné la mise en oeuvre de cette politique sont encore dans toutes les mémoires : « donner plus à ceux qui ont moins », « discrimination positive », « réussite pour tous ». A regarder de plus prés, nous prenons conscience de l’écart qui existe entre les textes règlementaires et la réalité du terrain !!!!

- Les subventions de l’Etat ne sont pas plus importantes dans les collèges situés en ZEP à l’exception des bourses nationales. Pas de dotation spécifique non plus pour le budget de ces établissements. Au final, les recettes sont plus importantes pour les collèges hors ZEP.

- C’est dans les zones d’éducation prioritaires qu’exercent souvent les plus jeunes enseignants, c’est là aussi que sont majoritairement affectés les non titulaires !!

- Les primes, avantages, promotions attribués aux professeurs de ZEP ne suffisent pas à stabiliser les équipes pédagogiques.

ECOUTER LE PODCAST

La Cour des Comptes, dans son rapport d’avril 2012 relevait » une absence de corrélation entre les difficultés scolaires constatées et les moyens d’enseignement alloués par le Ministère. » Pire, » les collèges confrontés aux situations les plus difficiles du point de vue des résultats peuvent même disposer d’une dotation globale horaire moins élevée qu’ailleurs. »

Comme ces modèles de répartition ne se fondent ni sur les difficultés scolaires repérées ni sur leur importance quantitative, variable selon les territoires, ils sont incapables de compenser les inégalités.

L’éducation prioritaire est sous-administrée et le terme « prioritaire » est une chimère. Malgré les efforts louables de diminuer le nombre d’élèves par classe, ce qui n’est pas négligeable, le compte n’y est pas. Comme si le droit que nous évoquons pour protéger, pour promouvoir les plus faibles se retournait contre eux.

Où est alors l’équité ?

Extrait du site Educavox du 13.05.2014 : Le vrai visage de l’éducation prioritaire

Répondre à cet article