> 4 - Education prioritaire > PILOTAGE DES RESEAUX (tous niveaux) > Pilotage local des réseaux (7 SR) > Fonction, statut et profil des pilotes (principal, IEN, directeur (...) > Que change le label REP+ ? Interview du principal du collège Clémenceau à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Que change le label REP+ ? Interview du principal du collège Clémenceau à Paris (VousNousIls)

30 octobre 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le col­lège Clémenceau à Paris est l’un des 102 Réseaux d’éducation prio­ri­taire ren­for­cés, qui pré­fi­gurent la refon­da­tion de l’éducation prio­ri­taire en 2015. Zoom sur les retom­bées du label REP+.

[...] Plus de temps pour le tra­vail collectif

Pascal Delhom, prin­ci­pal du col­lège, explique que la label­li­sa­tion pré­sente plu­sieurs avan­tages non négli­geables : « Financièrement d’abord, les ensei­gnants ver­ront, à par­tir de la ren­trée 2015, le mon­tant de leur indem­nité annuelle mul­ti­plié par 2 en REP+, contre 1,5 en REP. » Mais « le vrai plus » du REP+ repose, selon lui, sur la 4e des six prio­ri­tés des réseaux d’éducation prio­ri­taire : favo­ri­ser le tra­vail col­lec­tif de l’équipe éduca­tive. « Nous avons besoin, encore plus qu’ailleurs, de mener un tra­vail en équipe. Il y a tou­jours eu des ini­tia­tives, mais elles repo­saient jusqu’à pré­sent sur du béné­vo­lat, sou­vent pen­dant l’heure du déjeu­ner. Nous avons désor­mais les moyens d’organiser une vraie réflexion col­lec­tive, avec un calen­drier et des thé­ma­tiques fixées à l’avance ! »

Grâce au sys­tème de pon­dé­ra­tion REP+, 1h d’enseignement équi­vaut à 1,1 heure. L’objectif ? Dégager du temps pour que les ensei­gnants se retrouvent, pour pro­po­ser des solu­tions col­lec­tives tou­jours dans l’optique de faire pro­gres­ser les élèves, et qu’ils consacrent plus de temps aux parents. « Cela rajoute 52 heures à notre dota­tion horaire glo­bale (DHG) pour une semaine de fonc­tion­ne­ment nor­mal », pré­cise Pascal Delhom. Très concrè­te­ment, le cré­neau 15h30-17h00 a été bana­lisé chaque mardi. Il n’y a donc pas de cours et « cela nous per­met de pré­voir des temps de tra­vail inter degrés pri­maire col­lège, puisqu’à Paris, avec la réforme des rythmes sco­laires, les ensei­gnants du 1er degré ter­minent plus tôt », pré­cise le prin­ci­pal du col­lège Clémenceau.

Des for­ma­tions ad hoc
Autre point posi­tif du label : la for­ma­tion et l’accompagnement, plus pous­sés, des per­son­nels. « En éduca­tion prio­ri­taire, il faut être encore plus outillé qu’ailleurs. Nous avons donc mis en place des for­ma­tions, dont la pre­mière débute ce 4 novembre, en choi­sis­sant nous-mêmes le contenu, avec l’aide de pro­fes­seurs for­ma­teurs aca­dé­miques (PFA). Et pen­dant deux ans, nous avons effec­tué de nom­breuses visites croi­sées entre les ensei­gnants du pre­mier et du second degré pour amé­lio­rer glo­ba­le­ment l’enseignement en zone prioritaire. »

Le taux d’encadrement des élèves ? « Nous avons tou­jours eu des moyens, cela ne change pas », recon­naît Pascal Delhom. « Nous dis­po­sons déjà d’une infir­mière sco­laire à temps plein, ainsi que d’un assis­tant chargé de pré­ven­tion et de sécu­rité (APS) et d’un assis­tant social à 2/3 de son temps. Peut-être que cela évoluera et qu’on finira par l’avoir à temps com­plet, mais nous n’avons pas à nous plaindre. » Grâce au dis­po­si­tif « Plus de maîtres que de classes », le réseau Clémenceau béné­fi­cie notam­ment de quatre ensei­gnants sup­plé­men­taires dans le pre­mier degré.

Selon Pascal Delhom, le label REP+ ins­crit son établis­se­ment dans la conti­nuité. Le col­lège Clémenceau, aupa­ra­vant classé ECLAIR (écoles, col­lèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réus­site) et RAR (réseau ambi­tion réus­site), ne part pas de rien. « Nous avions déjà mis en place des classes sans note et une évalua­tion par com­pé­tences. Cela concerne aujourd’hui l’ensemble des 6e et des 5e et égale­ment toutes les écoles du réseau. » La créa­tion d’un conseil de la vie du col­lège (CVC), il y a trois ans, pour écou­ter et rendre davan­tage acteurs les élèves ; la média­tion par les pairs ; ou encore l’organisation de cafés des parents... Autant d’initiatives qui font de ce col­lège un établis­se­ment pion­nier de la refon­da­tion de l’éducation prioritaire.

Extrait de vousnousils.fr du 29.10.14 : Que change le label REP+

 

Voir aussi :
La mise en place des REP+ : un exemple (compte rendu OZP de la Rencontre du 15 octobre 2014)

La mise en place des REP+ ; l’exemple du REP+ Clémenceau à Paris (compte rendu de la rencontre OZP du 15 octobre 2014 par le Café pédagogique)

Répondre à cet article