> 7 - Dispositifs éduc. ville > Type de document > Position d’observateur (Polit. Ville) > Comment traiter le 9-3 sans trahir la vérité ? Témoignage de 3 journalistes (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Comment traiter le 9-3 sans trahir la vérité ? Témoignage de 3 journalistes correspondants de l’AFP en Seine-Saint-Denis

18 juillet 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour nous, journalistes de l’AFP à Bobigny, chargés de la couverture de la Seine-Saint-Denis, ces drames sont une figure imposée. Une, deux ou parfois trois fois par mois, le jour se lève et nous apprenons qu’un jeune homme est mort ou a été grièvement blessé, par arme à feu, dans un « quartier sensible » du département. Des faits-divers récurrents qui, chaque fois, nous confrontent aux limites de notre métier. Quelles sont nos sources ? Que peut-on raconter, dans l’urgence, sans trahir la vérité ?

[...] Comment traiter « normalement » un département qui ne l’est pas tout à fait ? Le « 9-3 », c’est le département de tous les records : le plus fort taux de pauvreté de l’Hexagone, une criminalité inégalée, le plus fort taux d’obésité, mais aussi le département le plus jeune de France, celui qui reçoit le plus grand nombre de visites ministérielles et présidentielles, et un laboratoire pour une multitude d’initiatives économiques, sociales et culturelles. A nous, à l’AFP, de n’occulter aucune de ces facettes.

Extrait de blogs.afp.com du 30.06.15 : Journalistes en banlieue : il faut savoir corriger le tir

Répondre à cet article