> 4 - Education prioritaire. 250 sous-rubriques (SR) > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, parents, santé, internat...) (59 (...) > SANTE en ZEP et en Quartier Prioritaire (6 SR) > Textes et Rapports officiels > Cantines (suite) : Nicolas Sarkozy opposé aux repas de substitution et au (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Cantines (suite) : Nicolas Sarkozy opposé aux repas de substitution et au voile à l’université. Autres réactions politiques et d’universitaires

18 mars 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Invité au 20 heures de TF1, Nicolas Sarkozy a mené mardi 17 mars une offensive sur la laïcité. L’ancien chef de l’Etat a ainsi affirmé pour la première fois qu’il était pour « l’interdiction du voile à l’université ». « Je ne vois pas la cohérence d’un système où l’on n’autoriserait pas le voile à l’école et où on l’autoriserait à l’université », a-t-il justifié.

[...] Le président de l’UMP a également apporté un soutien appuyé au maire UMP de Chalon-sur-Saône, qui a décidé de supprimer le menu de substitution à la cantine proposé quand un plat contenant du porc est servi aux enfants. « Dans les cantines d’écoles publiques, je suis opposé à ce qu’on appelle les repas de substitution, où en fonction des origines des enfants ou des religions des parents, on choisit des repas différents », a lancé le président de l’UMP sur le plateau du journal télévisé de TF1.

« Si vous voulez que vos enfants aient des habitudes alimentaires confessionnelles, vous allez dans l’enseignement privé confessionnel », a développé l’ancien chef de l’Etat, ajoutant :

Extrait de lemonde.fr du 17.03.15 : Nicolas Sarkozy est "opposé aux repas de substitution" dans les cantines d’écoles publiques

 

[...]
La députée PS de Saône-et-Loire, Cécile Untermaier, s’est dite "consternée et inquiète que de telles actions puissent être portées par des autorités municipales auxquelles il revient normalement de tout faire pour le ’bien vivre ensemble’".

Son collègue Philippe Baumel a fustigé "un nouveau coup porté aux valeurs de notre République". "Les Chalonnais méritaient mieux que cette manifestation d’intolérance aux relents de provocation, qui procède d’une lecture au premier degré et pour le moins déviante du concept de laïcité." Pour lui, "on ne peut qu’y voir la manifestation d’une UMP tétanisée par la montée du Front national, notamment à Chalon".

"Pour nous, la laïcité c’est le respect de l’autre"

Du côté des parents d’élèves, Eric Violette, président de la FCPE de Saône-et-Loire, a évoqué une position qui "choque" : "pour nous, la laïcité, c’est le respect de l’autre. Or, la décision du maire est une position de laïcard". Selon lui, il n’y a "aucun problème sur les cantines" à Chalon. "Du porc est servi une à deux fois par mois donc on aurait pu trouver une solution".

Extrait de lexpress.fr du 17.03.15 : Le maire de Chalon-sur-Saône supprime le menu de substitution au porc. la polémique enfle

 

"La mairie de Chalon-sur-Saône a annoncé, en invoquant la laïcité, la modification des menus servis dans les cantines scolaires en refusant désormais toute offre de choix lorsque du porc est servi aux élèves.
Si aucune obligation ne contraint la commune dans le cadre d’un service facultatif, l’Observatoire de la laïcité, organisme transpartisan placé auprès du Premier ministre, rappelle cependant que la laïcité ne saurait être invoquée pour refuser la diversité de menus. En effet, son guide « Laïcité et collectivités locales », accessible à tous, rappelle que les cantines scolaires proposent généralement une diversité de menus, avec ou sans viande. Cette offre de choix ne répond pas à des prescriptions religieuses mais à la possibilité pour chacun de manger ou non de la viande tout en empêchant la stigmatisation d’élèves selon leurs convictions personnelles

Extrait de gouvernement .fr du 17.03.15 : Objet : communiqué de presse de l’Observatoire de la laîcité (Premier ministre) à propos de la restauration scolaire

 

Le communiqué du SE-Unsa du 18.03.15
L’annonce du maire de Chalon-sur-Saône, aussitôt soutenue par le président de l’UMP, montre qu’une partie de la droite dite « républicaine » a de nouveau décidé de se raccrocher aux thèses du Front National sur le terrain de la laïcité d’exclusion.
Pour le SE-Unsa, cela en dit long sur la méconnaissance (réelle ou affichée) du principe de laïcité chez de trop nombreux responsables politiques.
La restauration scolaire n’étant pas une obligation liée au service public de l’enseignement, aucune réglementation n’oblige les collectivités territoriales à fournir une diversité des menus. En revanche, le principe de laïcité leur interdit de fournir des repas halal ou casher dont la certification requiert l’aval d’organismes religieux, ce qui est incompatible avec la loi de 1905.
Donner aux enfants la possibilité de ne pas manger de porc n’est pas satisfaire à un particularisme. Pourquoi leur interdire ce qui est le lot commun de tous les adultes dans les lieux de restauration collective, à savoir une diversité des menus ? C’est simplement respecter les choix alimentaires de chacun.

A l’heure où l’on en appelle aux « valeurs de la République », c’est de rassemblement et de cohésion sociale dont notre pays a besoin. Le temps du repas à l’Ecole est un moment de convivialité, et l’occasion de construire cette cohésion basée sur le partage et le respect de l’autre et de ses goûts.

Pour le SE-Unsa, ces logiques d’exclusion des enfants sont inacceptables et dangereuses. Elles sont la négation même du principe de laïcité.

Cantines scolaires : insupportable instrumentalisation de la laïcité

 

[...] Invité ce jeudi 19 mars sur France Inter, le député des Yvelines et soutien indéfectible de l’ancien président de la République s’est ostensiblement démarqué de la position du président de l’UMP. Je suis en désaccord total avec le choix du menu unique", a tranché l’ancienne plume de l’Elysée, jugeant que l’on ne peut pas priver de déjeuner des "enfants qui, à cause des interdits que leur famille leur ont inculqués, ne peuvent pas manger le menu qui leur est proposé".

[...] Conséquence : chacun à l’UMP s’est senti autorisé à exprimer ses divergences sur le sujet épineux de la laïcité. Plusieurs responsables du parti, dont le député-maire du 16e arrondissement Claude Goasguen ou le député-maire de Reims Arnaud Robinet, ont pris le contre-pied de Nicolas Sarkozy en défendant les menus de substitution qui ne profitent pas qu’aux enfants de confession musulmane.

"Je ne vois pas en quoi proposer, quand il y a un menu à base de porc, un menu de substitution pose un problème à la laïcité", a notamment réagi le juppéiste Edouard Philippe invité de l’émission Preuves par 3 sur Public Sénat avec AFP et Dailymotion.

Extrait de huffingtnpost.fr du 19.03.15 : Cantine : Henri Guaino contredit Nicolas Sarkozy sur la suppression des repas de substitution

 

L’ex-ministre Rachida Dati (UMP) a jugé vendredi que la question d’un repas de substitution dans les cantines scolaires, soulevée par le président de son parti Nicolas Sarkozy, était un « non sujet » propre à « diviser les Français ».

[...] Elle désapprouve aussi l’interdiction du voile islamique à l’université, également prônée par l’ancien chef de l’Etat. « Bientôt on va être sur des fouilles au corps à l’université ! Il faut arrêter de délirer », a-t-elle tranché.

Extrait de vousnousils.fr du 20.03.15 :Cantine et repas de substitution : non-sujet selon Dati

 

[...] Mais de quelle laïcité parle-t-on ? « Manifestement, il ne s’agit plus de celle qui garantit la liberté de conscience et de pratiquer sa religion. C’est au contraire celle qui dit : “En France, on mange du porc !” », observe, effaré, le sociologue François Dubet. Pour lui, la suppression des menus de substitution dans les cantines scolaires est révélatrice d’un « glissement du thème laïc au thème national ». « Parler de laïcité devient une façon de revendiquer une France blanche et chrétienne, où tout le monde partage la même culture et les mêmes mœurs. Une façon de dire qu’on ne veut pas des musulmans. »

En savoir plus sur

Répondre à cet article