> 7 - Dispositifs éduc. ville > Type de document > Etudes (Polit. Ville) > "Mixité, contrôle social et gentrification", par Matthieu Giroud, géographe, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

- "Mixité, contrôle social et gentrification", par Matthieu Giroud, géographe, Université Paris-Est (site La vie des idées) - Mixité ou ségrégation ?, par J.-P. Véran (Cap éducation)

21 novembre 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

« La gentrification est souvent favorisée par des politiques publiques, au nom entre autres de la mixité sociale. Dans la recherche urbaine toutefois, ce type de discours fait l’objet de vives critiques, estime Matthieu Giroud, maître de conférences en géographie à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, dont les recherches portent sur les effets sociaux de la gentrification. S’intéresser à la mixité sociale dans les quartiers en gentrification consiste donc à poser la question du statut et de la place des classes populaires au cœur même des grandes métropoles. »

À lire sur le site de la « coopérative intellectuelle », La Vie des idées :

Extrait de lettrecget.tumbler.com du 20.11.15 Lettre du CGET

 

Après l’ignoble barbarie des attentats du 13 novembre, on penserait à tort que parler de l’Ecole n’est pas prioritaire. En effet, tout se tient. Il n’est pas inutile de revenir, avec l’éclairage violent porté par le 13 novembre, sur les propos tenus par la ministre le 9 novembre sur la mixité sociale au collège. On les relit avec un œil différent, et ils prennent un relief particulier. [...]

En effet, depuis fort longtemps, des établissements scolaires situés dans des quartiers populaires ont su créer en leur sein des classes protégées, classes bilingues ou classes à horaires aménagés, classes où ils accueillent dans un entre-soi rassurant pour les familles concernées, des élèves hors secteur, dont les parents ont envie non de mixité sociale mais d’un parcours scolaire de qualité garantie. « Pour se prémunir des effets de la ségrégation territoriale, les établissements lui ajoutent une ségrégation plus proprement scolaire, créant ainsi des élèves doublement relégués, peuplant les classes de relégation au sein des quartiers de relégation », notait déjà Eric Maurin en 2004.

On a pu voir ainsi un collège accueillant d’une part des élèves d’origine gitane dans une « classe gitane » par niveau, de bons élèves dans une classe à horaire aménagé par niveau dont les élèves fréquentent aussi assidument le conservatoire de musique, les autres classes dites « standard » accueillant des élèves très majoritairement d’origine maghrébine. Statistiquement, dans ce collège, il y a une certaine mixité sociale, puisque le pourcentage d’élèves issu de CSP favorisées n’est pas infime. Mais cette mixité sociale est un trompe l’œil. Il est saisissant en effet d’observer comment les élèves se répartissent au restaurant scolaire : [...]

Extrait de capeducation.fr du 20.11.15 : Le collège : ségrégation ou mixité ?

Répondre à cet article