> 4 - Education prioritaire. 250 sous-rubriques (SR) > FORMATION DES ACTEURS (9 SR) > Formation des personnels (généralités) > "Prévenir le (cyber)harcèlement en milieu scolaire", de Michele Elliot (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Prévenir le (cyber)harcèlement en milieu scolaire", de Michele Elliot (auteur), Catherine Blaya (traduction), éditions De Boeck, octobre 2015.

12 janvier 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Comment prévenir le (cyber)harcèlement en milieu scolaire ? Michele Elliott, enseignante et psychologue britannique, également fondatrice d’une association dédiée à ce sujet, propose des stratégies concrètes dans un ouvrage publié en octobre (éditions De Boeck), traduit par Catherine Blaya, professeure en sciences de l’éducation et présidente de l’Observatoire international de la violence à l’école.

Basées sur un éventail d’exemples réels, les activités proposées ont toutes été testées par des enseignants. Comment aborder le harcèlement à l’école ? Dès l’âge de 8 ans, il est possible de discuter avec les élèves de cette question. Devant un cas de harcèlement, "le choix de la façon dont vous allez gérer la situation dependra de la maturité de vos élèves et de leur capacité d’empathie. Les victimes ne devraient pas avoir le sentiment qu’elles ont été utilisées pour enseigner l’empathie aux autres. Ce n’est pas juste pour elles", souligne Michele Elliott.

Comment augmenter l’estime de soi ?
Les élèves victimes comme ceux qui agressent présentent souvent un dénominateur commun : une faible estime de soi. Pour augmenter cette estime de soi à l’école primaire, Michele Elliott suggère une mesure originale : organiser une "semaine positive" en demandant aux élèves de compléter un formulaire pour un camarade à chaque fois qu’il a un comportement bénéfique. Autre action possible dans le même esprit : fabriquer des badges que les élèves sont autorisés à porter quand ils ont été particulièrement gentils ou aidants envers les autres. "Cela peut être une bonne façon d’amener les pertubateurs à adopter une attitude positive".

Dans le second degré, des jeux de rôle peuvent être utilisés, notamment pour montrer l’absurdité des préjugés relatifs à l’apparence, au genre, etc. Les élèves peuvent être aussi invités à écrire un commentaire sur leurs camarades en reconnaissant leurs qualités, leurs compétences... "Cela peut être une phrase d’amitié telle que ’c’est un très bon pote’", illustre Michele Elliott.

Cyberharcèlement : proposer aux élèves de se cacher derrière des masques
Sur le sujet spécifique du cyberharcèlement, l’ouvrage propose d’aborder avec les élèves les questions de vie privée et d’éthique en ligne. L’enseignant peut leur demander "une carte de toutes leurs activités en ligne" et les questionner sur celles qui risquent de les mettre en situation d’être cyberharcelés. "Il pourrait être utile de demander aux élèves de comparer comment les personnes se conduisent dans la ’vraie vie’ et comment elles se comportent en ligne", suggère Michele Elliott.

Autre idée d’activité : proposer aux élèves de se cacher derrière des masques (qu’ils peuvent fabriquer eux-mêmes) pour se parler. L’objectif est de faire le lien avec Internet, "où les gens peuvent dire et faire des choses, mais sans en voir l’effet sur le visage des autres". Par ailleurs, ce type d’exercice "aide les jeunes enfants à comprendre ce que cela signifie d’être anonyme en ligne".

"Prévenir le (cyber)harcèlement en milieu scolaire" de Michele Elliot (auteur), Catherine Blaya (traduction), éditions De Boeck, octobre 2015.

Diane Galbaud

Extrait de touteduc ;fr du 08.01.15 : Un guide pratique pour prévenir le harcèlement en milieu scolaire

Répondre à cet article