> 5 - Education prioritaire > MIXITE SOCIALE ET "CARTE SCOLAIRE" > Position d’observateur (Carte scolaire et mixité sociale) > Dossier du Café sur la mixité sociale : " La bonne réponse à la ségrégation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dossier du Café sur la mixité sociale : " La bonne réponse à la ségrégation c’est l’amélioration de l’offre scolaire en éducation prioritaire" (François Jarraud)

8 septembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

UN DOSSIER DU CAFÉ (éditorial de François Jarraud et 2 articles plus anciens)

[...] Mixité où en est-on ?
La question de la mixité sociale a émergé depuis 3 ou 4 ans dans le débat public sur l’école. Il faut rendre hommage aux études pilotes, celle de Felouzis sur les collèges du Bordelais, puis celles commandées par la région Ile-de-France, par H Zoughebi.
Un autre acteur a joué un role clé dans l’émergence de la question c’ets le Cnesco qui a organisé en juin 2015 une conférence de consensus internationale qui fait date. Ces études ont ensuite donné lieu à de nombreux travaux repris par le ministère dont on trouvera trace dans le dossier du Café pédagogique. Le Café pédagogique a pris part à ce débat en organisant en mars 2015 la Journée de la fraternité à l’Ecole.

Faut-il donner encore des chiffres ? "En France, les collégiens et lycéens d’origine aisée comptent en moyenne dans leur classe deux fois plus de camarades également d’origine aisée que les élèves des classes moyennes et populaires", écrivent deux chercheurs, Son Thierry Li et Arnaud Riegert. "De même, les meilleurs élèves comptent en moyenne deux fois plus de camarades d’un niveau équivalent au leur que les autres élèves. Ces chiffres, qui résument la situation de ségrégation sociale et scolaire de l’enseignement secondaire français, sont inquiétants à deux titres : les différences d’environnements en fonction de l’origine sociale ou du niveau scolaire sont susceptibles d’aggraver les inégalités scolaires ; de plus, cet « entre-soi » est un obstacle à l’apprentissage de la citoyenneté et du vivre-ensemble".

Une triple ségrégation
Si on s’intéresse aux élèves issus des milieux les plus populaires (ouvriers, chômeurs et inactifs), qui représentent 37% des élèves de troisième, 10% des élèves en comptent 63% ou plus dans leur établissement ; 5% en comptent 71% ou plus. De tels écarts sont également observés en termes de ségrégation scolaire : 10% d’élèves comptent 6% ou moins de « bons élèves » dans leur établissement, et à l’inverse 5% d’élèves en comptent plus de 43 %, et 1% en comptent plus de 58 %", écrivent-ils.

A cette ségrégation scolaire s’ajoute une ségrégation fabriquée par les établissements qui constituent des classes de niveau. " La constitution des classes contribue essentiellement à la ségrégation scolaire", écrivent-ils. "En classe de troisième par exemple, la ségrégation sociale entre établissements est de 17 %, et la ségrégation entre les classes des établissements est de 5 points, soit un total de 22 %. Ainsi, un élève CSP+ va compter une part d’élèves CSP+ dans son établissement supérieure de 17 points à celle connue par un élève non-CSP+, et une part d’élèves CSP+ dans sa classe supérieure de 22 points à celle connue par un élève non CSP+, soit 5 élèves sur une classe de 25."

Des dégâts pour toute la société
Si la question s’impose ainsi c’est que le système éducatif français souffre d’une triple ségrégation : sociale, scolaire et ethnique. Et ses conséquences pèsent de plus en plus sur le système éducatif. Le fait de réunir dans les mêmes établissements les élèves les plus défavorisés et les plus faibles entraine par plusieurs mécanismes à la baisse globale de niveau de l’Ecole. Car c’est bien par le bas que l’Ecole française s’enfonce avec de plus en plus d’élèves de plus en plus faibles alors que tout continue à bien fonctionner au sommet.

Les dégâts ne sont pas que scolaires. " La ségrégation sociale nuit considérablement, quels que soient les élèves, quelle que soit leur classe sociale, quel que soit leur niveau scolaire, aux attitudes citoyennes positives, aux niveaux de tolérances, à la capacité de communication avec l´autre, ou encore à la reconnaissance de l´altérité", souligne N Mons, la présidente du Cnesco. C’est ainsi que l’Ecole fabrique des élites de plus en plus triées socialement et scolairement par un processus de "parrainage institutionnel" qu’Agnès Van Zanten a bien mis en lumière. Ces fameuses élites que l’opinion publique juge aveugles à ses préoccupations...

Ce qui a été fait
Dans sa réponse à T Piketty ,N Vallaud Belkacem estime être optimiste car elle compte doubler les secteurs multi collèges en 2017. On arriverait ainsi à 50 à 100 collèges concernés ce qui est quand même loin du compte dans un pays qui dispose de 7000 collèges.

Elle évoque aussi deux mesures plus ambitieuses qu’elle a mis en place. D’une part la réforme de l’éducation prioritaire pour laquelle 350 millions ont été dépensés. Cet argent a surtout servi à donner du temps de formation aux enseignants et à améliorer leur prime. Deux mesures nécessaires mais qui n’ont que des effets très indirects sur les élèves. Le nombre d’élèves par classe reste élevé dans les établissements prioritaires. L’écart avec les établissements ordinaires est infirme au primaire (1 élève par classe), un peu plus élevé semble -t-il au secondaire. Mais on est loin des conditions d’accueil nécessaires à ces élèves. D’autant que les enseignants des REP et REP+ sont le plus souvent des débutants voire des contractuels, y compris au primaire.

L’autre mesure avancée par la ministre c’est la dotation académique. A cette rentrée 1200 postes d’enseignant ont été accordés sur critères sociaux aux académies, ce qui est énorme. Mais la gestion de ces postes jusqu’aux établissements relève des recteurs et la décentralisation n’arrange pas l’efficacité des mesures ministérielles... Et ces postes semblent davantage utilisés pour remplacer les enseignants en formation ou installer des maitres surnuméraires que pour diminuer le nombre d’élèves par classe. Qu’en reste-il comme moyens supplémentaires dans les établissements Rep ou Rep+ ? Impossible de le savoir. Jusque là nous n’avons pas rencontré d’établissement prioritaire qui nous dise avoir plus de moyens humains à cette rentrée.

Construire l’égalité
Alors que la ministre doit préparer le programme éducatif du candidat Hollande pour 2017, il serait bien dommage qu’elle laisse tomber aussi sèchement ce dossier. Même si la question est politiquement très délicate, ce serait écorner durablement son image et ses engagements que l’on sent sincères.

La ministre a raison de chercher le consensus sur le terrain. Les études portées par le Cnesco montrent que c’est une condition pour avancer sur ce terrain. Mais ce sont aussi les apports de l’Etat qui permettent de le construire. Et il y a des mesures que l’Etat tout seul peut prendre et qui changent la donne.

Ainsi l’Etat n’a jamais sur se résoudre à la suppression des filières ségrégatives. Le terme collège unique cache en fait une multiplicité de structures où se retrouvent des enfants de milieu social défavorisé. Si les équipes se donnent beaucoup de mal pour répondre à cette situation, la seule existence de cette ségrégation handicape la réussite de ces jeunes.

Mais la bonne réponse à la ségrégation c’est l’amélioration de l’offre scolaire dans les établissements prioritaires. Il faut au minimum que les établissements proposent une offre scolaire égale à celle des autres établissements. Or selon une logique déjà bien décrite, on offre moins à ceux qui ont moins. Et il faut que ces moyens soient attribués au niveau des établissements. C’est un autre calcul de leur dotation qu’il faut faire qui garantisse cette égalité.

La Cour des comptes avait proposé un calcul financier du coût de chaque établissement. Aux Pays Bas, la dotation varie selon la composition sociale de l’école. Dans tous les cas il faut que l’établissement et les parents trouvent un intérêt à la mixité sociale et qu’elle modifie la carte des formations et des options s’impose pour la rééquilibrer. Le Cnesco a montré comment aux Etats-Unis, par exemple, cette politique a pu jouer pour attirer des élèves de milieu favorisé.

Il faut peut-être aussi , comme le recommande G Felouzis, oser se fixer des objectifs pour le système éducatif. Sans aller jusqu’à un pilotage par les résultats dont on connait bien les limites, l’absence de connaissance objective sur l’évolution du niveau des élèves et de perspectives pousse tout le système éducatif au fatalisme.

Car c’est seulement en retrouvant de la crédibilité que l’on peut rompre avec le fatalisme qui nourrit la ségrégation actuelle. Et que l’on pourrait affronter les colères et les peurs que susciteront immanquablement cette politique. La publication de Pisa en décembre peut ouvrir un créneau pour cette annonce.

C’est déjà parce qu’ils savent que leur enfant a plus de chance ici que là que les parents se battent sur le marché scolaire. Tant que cette réalité n’aura pas été traitée de façon crédible rien ne bougera. Inutile dans cette situation de dénoncer l’entre soi même si celui-ci nourrit maintenant la ségrégation ethnique dans une partie des grandes agglomérations.

François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 08.09.16 : Mixité sociale : L’incomplet du quinquennat (éditorial)

 

Les établissements fabriquent-ils eux-mêmes de la ségrégation ? Comment expliquer les inégalités sociales entre établissements de la même commune ? Et entre classes du même établissement ? Son Thierry Ly, Éric Maurin et Arnaud Riegert ont travaillé sur des données académiques jamais consultées jusque là. Ils en ont tiré une étude réalisée à la demande de la région Ile-de-France. Elle accuse les politiques d’établissement qui en jouant des options ou des groupes de niveaux, organisent la séparation à l’intérieur du collège ou du lycée.

Lire l’article

Extrait de cafepedagogique.net du 08.09.16 : Comment la ségrégation se construit dans les établissements ?

Les pratiques pédagogiques peuvent-elle lutter contre les pesanteurs sociales et instaurer le vivre ensemble ? La Journée de la fraternité à l’Ecole, organisée par le Café pédagogique en 2015, a réuni la fine fleur des mouvements pédagogiques pour indiquer des pratiques pédagogiques qui encouragent la collaboration et permettent de dépasser les rôles sociaux. Animée par Gilbert Longhi, la table ronde réunit Agnès Baranger, enseignante du mouvement Icem Freinet, Pascal Diard, profeseur d’histoire-géographie du GFEN, Philippe Goémé, enseignant des micro-lycées, formateur Espe et membre de l’Observatoire international de l’éducation et de la prévention, Sabine Gessain, enseignante Freinet. Ils sont épaulés et interpellés par de nombreux intervenants dans la salle représentant de nombreux courants pédagogiques. Du travail sur soi au travail sur la loi de la classe, se dégage une certitude : il faut dépasser les a priori et donner sa place à l’altérité. Tout un travail.

Lire l’article

Extrait de cafepedagogique.net du 08.09.16 : [Mixité sociale : Quelle pédagogie pour vivre ensemble ?
- >http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/09/08092016Article636089156992327671.aspx

Répondre à cet article