> 4 - Education prioritaire > MIXITE SOCIALE ET "CARTE SCOLAIRE" > Déclarations gouvernementales (Carte scolaire et mixité sociale) > Mixité sociale au collège : Najat Vallaud-Belkacem répond à la publication de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mixité sociale au collège : Najat Vallaud-Belkacem répond à la publication de l’étude de Thomas Piketty dans le Monde sur la ségrégation scolaire à Paris

7 septembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans une tribune publiée dans Le Monde, mardi 6 septembre, l’économiste Thomas Piketty, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, a dénoncé « la ségrégation sociale dans les collèges » qui atteint « des sommets inacceptables ». Une situation renforcée par l’apathie du gouvernement, selon l’économiste. Au lendemain de la parution de ce texte, la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, revient sur ces critiques.

L’éducation nationale s’est dotée d’un système d’affectation dans les lycées – Affelnet – qui, en dépit des critiques qu’il s’attire, vise à modifier la répartition des élèves dans les établissements en tenant compte, notamment, de leur origine sociale. Pensez-vous, comme l’économiste Thomas Piketty, qu’un algorithme de ce type pourrait être une solution pour réduire la ségrégation au collège ?

Je crois qu’il faut rompre avec le mythe français de la mesure globale uniforme, du grand soir politico-technocratique. De la même façon que l’assouplissement ou le durcissement de la carte scolaire sont des débats théoriques vains, je ne pense pas qu’un algorithme puisse constituer une baguette magique.

Après, bien sûr que les travaux scientifiques sont utiles. Mais de grâce, arrêtons les leçons ! Penser que l’on pourrait imposer autoritairement la mixité sociale, en supprimant au passage une partie de la liberté de choix des parents, c’est entretenir une forme d’illusion qui aboutit à l’immobilisme.

J’ai tiré une conviction de mes mandats d’élue locale : on ne fera pas progresser...

Extrait de le monde.fr du 07.09.16 : Mixité au collège : Mme Vallaud-Belkacem veut chercher « des partenaires, pas des boucs émissaires »

 

En ces jours de rentrée scolaire, la question mérite d’être posée : le gouvernement souhaite-t-il vraiment promouvoir la mixité sociale, ou bien va-t-on en rester aux effets d’annonce ? Rappelons tout d’abord que le ministère de l’éducation avait indiqué, en 2015, son intention de mettre en place de nouveaux dispositifs visant à réduire la ségrégation en vigueur dans les collèges. On avait même évoqué l’idée d’une ambitieuse expérimentation à Paris, avec des annonces précises à la rentrée 2016 et une application à la rentrée 2017, suivie d’une possible généralisation dans le reste du pays. Malheureusement, tout reste très flou à ce stade, et le ministère comme la Ville de Paris ne semblent guère pressés de passer de la rhétorique à la réalité.

C’est d’autant plus regrettable que le niveau de ségrégation sociale observée dans les collèges atteint des sommets inacceptables, notamment à Paris. Des travaux récents, comme ceux publiés en juin par l’économiste Julien Grenet (« Renforcer la mixité sociale dans les collèges parisiens ») dans le cadre de la consultation en cours sur la mixité sociale, ont souligné en particulier le rôle-clé joué par les collèges privés, et le fait que de meilleures procédures d’affectation des élèves, plus justes et plus transparentes, pourraient permettre d’améliorer nettement la situation.

Résumons. Paris comptait, en 2015, plus de 85 000 élèves inscrits dans 175 collèges publics et privés (soit un peu moins de 500 élèves par collège). La part du privé est devenue, au fil des ans, exceptionnellement forte : 60 collèges privés...

Extrait de lemonde.fr du 06.09.16 : Thomas Piketty : « La ségrégation sociale dans les collèges atteint des sommets inacceptables »

 

Les quotas ? Un « effet d’affichage »
[...] Elle estime également qu’instaurer des quotas dans les établissements n’aurait qu’un « effet d’affichage » : « Qui peut croire qu’imposer par exemple 10 % d’élèves défavorisés dans tous les établissements ferait reculer la ségrégation à Neuilly ou à Clichy-sous-Bois ? ». Si la ministre avoue que les établissements privés ont une part de responsabilité dans ce domaine, elle indique que la mixité sociale doit passer par une mobilisation des acteurs de terrain plutôt que par des décisions contraignantes.

Extrait de vousnousils.fr du 07.09.16 : Thomas Piketty a dénoncé une « ségrégation sociale dans les collèges » qui atteindrait « des sommets inacceptables ». La ministre lui répond dans les colonnes du Monde.

 

Voir aussi

La mixité sociale dans les établissements publics et privés de Paris, par Thomas Piketty (Le Monde)

Répondre à cet article