> 3 - Les positions de l’OZP > L’OZP reçu au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’OZP reçu au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem

12 septembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

ENTREVUE DE L’OZP AVEC LE CABINET DE NAJAT VALLAUD-BELKACEM

Une délégation de 3 membres du CA, conduite par Marc Douaire, président de l’association, a été reçue au cabinet de Najat Valllaud-Belkacem.
Cette entrevue, sollicitée par l’OZP, a duré plus d’une heure et quart et a réuni, du côté du cabinet, Agathe Cagé, conseillère auprès de la ministre chargée du premier degré, du second degré, de l’éducation prioritaire, des programmes et de l’évaluation des élèves et Valérie Delestre, chargée de mission (handicap, santé, égalité filles/garçons, discriminations)
Et, du côté de la Dgesco, Françoise Pétreault, sous-directrice de la vie scolaire, des établissements et des actions socio-éducatives, et Michèle Coulon, du bureau de l’éducation prioritaire.

L’objectif était pour l’OZP de rappeler ses positions sur la refondation de l’éducation prioritaire, de pointer certains blocages sur le terrain et d’obtenir des informations complémentaires sur plusieurs dispositifs.

 

Marc Douaire a listé les questions qui lui paraissaient désormais actées
1 – Le maintien de la labellisation de l’éducation prioritaire autour d’une carte resserrée ;
2 – l’affirmation du caractère territorial du dispositif ;
3 – la fin de l’empilement des dispositifs ;
4 – le travail réalisé autour de la notion de projet et de réseau ;
5 – le pilotage national centré sur le référentiel ;
6 - la réhabilitation des postes spécifiques, notamment celles de coordonnateur ;
7 - la priorité donnée au primaire.
L’OZP aimerait que ces évolutions, concrétisées par la refondation prioritaire, soient considérées comme irréversibles.

Marc Douaire a souligné par ailleurs des points sur lesquels l’OZP constate certains dysfonctionnements ou blocages, au niveau académique ou local. Ces difficultés sont très variables d’une académie à l’autre.
Parmi les dysfonctionnements repérés : la difficulté d’organiser une réunion locale entre un principal et un IEN, celle d’obtenir une lettre de mission pour un coordonnateur...
Marc Douaire cite par contre en exemple la réussite du pilotage dans l’académie de Créteil.

Deux problèmes majeurs sont relevés par l’OZP :
- le désintérêt de certaines universités et ESPE pour l’éducation prioritaire, qui hypothèque gravement les perspectives de formation et de création de collectifs professionnels ;
- la suppression dans certains réseaux des postes de référents qui a un impact très négatif sur l’image des fonctions spécifiques et plus encore sur la rénovation des pratiques pédagogiques. L’OZP propose que soit établi un état des lieux de postes de référents au niveau académique.

 

A la fin de ce panorama, Marc Douaire demande des précisions sur quatre points : la scolarisation des moins de trois ans, le « plus de maîtres que de classes », l’expérimentation de la mixité sociale en collège et la distribution proportionnelle des moyens en fonction de la difficulté sociale.
L’OZP réitère également la demande d’organisation d’un bilan national de la mise en œuvre de l’éducation prioritaire

 

LES RÉPONSES DU MINISTÈRE

Tout au long de et après cet exposé, les membres du cabinet et les représentants de la Dgesco sont intervenus pour apporter les précisions suivantes :

Le pilotage
- Le cabinet suit de près le pilotage du dispositif, qui est pour lui "une obsession". La priorité a été donnée cette année à la réforme du collège mais on va prochainement "réinterroger" les modalités du pilotage en tenant compte de la grande diversité des besoins aux différents niveaux.
- Les IA-IPR jouent un rôle beaucoup plus important qu’auparavant dans le pilotage local du dispositif. On dispose aussi parfois de deux correspondants académiques au lieu d’un auparavant.

La formation
- La reconstruction de la formation initiale se met en place mais demande du temps. Pour la première fois, on a essayé d’appuyer une réforme sur une formation.

Les référents
- La Dgesco fait remarquer le risque que parfois leur présence puisse démobiliser les équipes de terrain dans le domaine pédagogique, puisqu’"un "spécialiste est là pour cela". La question est a régler en fonction de la situation sur le terrain.

L’expérimentation de la mixité sociale a été lancée en concertation avec les élus, les associations et autres partenaires. Elle va concerner 27 territoires en 2017. Un vademecum souligne les points de vigilance. La création de collèges multisecteurs est une des solutions. La différenciation pédagogique est également un facteur prédominant.
Nous sommes convaincus que la refondation passe par la pédagogie, déclare Agathe Cagé.

"Plus de maîtres que de classes" a fait l’objet d’une "implantation massive et suivie".

La scolarisation des moins de trois ans a marqué un léger tassement sur le plan national, mais il faut veiller à ce que cette mesure ne profite pas d’abord à ceux qui n’en ont pas besoin. L’objectif du miniistère est de parvenir à un taux de 30% d’élèves dans les écoles en difficulté et de 50% en REP+.

La distribution différentielle des moyens est en lien avec l’éducation prioritaire. Le ministère souhaite que cette question soit débattue publiquement.
Il faut recalculer les besoins dans le premier degré et redéfinir la carte dans le second.
L’OZP souhaite que le supplément de moyens en éducation prioritaire profite bien à l’ensemble du réseau et non pas au seul collège, même si la structure "réseau" n’a pas d’existence juridique.

L’organisation d’un bilan public national, demandée par l’OZP, est délicate dans la période pré-électorale actuelle, estime le ministère, mais les rencontres interacadémiques et les séminaires académiques Education prioritaire, qui vont continuer à se développer, peuvent répondre à cette demande.
Analyser l’impact du dispositif sur les élèves est une opération méthodologiquement complexe et qui doit s’opérer sur le long terme.

En conclusion, Agathe Cagé souligne la nécessité de valoriser les acquis de l’éducation prioritaire et son rôle de laboratoire de l’évolution du système éducatif.
L’OZP rappelle à ce propos la série de fiches qu’il publie depuis le début 2016 et qui vise à analyser dans les textes officiels les thématiques de l’éducation prioritaire qui ont pu avoir une influence sur cette évolution.

NOTE : Un compte rendu plus détaillé sera envoyé prochainement aux membres du CA et aux adhérents de l’OZP

Répondre à cet article