> 5 - Education prioritaire > POSITIONS > Déclarations gouvernementales (ZEP) > Najat Vallaud-Belkacem prend des engagements en Nouvelle-Calédonie et en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Najat Vallaud-Belkacem prend des engagements en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie

27 octobre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Najat Vallaud-Belkacem prend des engagements en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie

La ministre de l’Education nationale a signé ce 26 octobre au nom de l’Etat français une convention de coopération avec la Nouvelle-Calédonie. L’État apportera des aides "sous la forme de la création de 75 emplois nouveaux et par le maintien de 7 900 heures d’accompagnement éducatif", "une augmentation de crédits dédiés à la formation continue des personnels enseignants" et "des équipements pédagogiques" pour le nouveau lycée du Mont Dore en province Sud et pour celui de Pouembout en province Nord, lequel prendra le nom de Michel Rocard. Najat Vallaud-Belkacem annonce que "des ressources techniques en ingénierie d’éducation et de formation seront libérées dans le cadre de la mise en œuvre de l’observatoire de la réussite éducative et de la rédaction du code de l’éducation" et elle évoque "la mise en place dans la province des Iles Loyauté de bourses d’études, la rénovation d’établissements scolaires en province Nord ou encore le soutien aux internats d’excellence".

La ministre a également voulu dit-elle devant le congrès, "que soit amendée une des conventions cadres du 18 octobre 2011 qui régissent les rapports entre l’État et la Nouvelle-Calédonie". Le vice-recteur "sera désormais recruté et nommé à l’issue d’un processus conjoint de concertation" tandis que le vice-rectorat deviendra aussi la direction générale des enseignements de la Nouvelle-Calédonie.

Le projet éducatif calédonien

La visite de la ministre intervient après que le Congrès néo-calédonien a adopté son projet éducatif dont Najat Vallaud-Belkacem souligne qu’il s’appuie "sur l’héritage des valeurs républicaines et en même temps sur les valeurs et la culture de la société calédonienne". Il reconnaît "la liberté de l’enseignement en tant que garantie apportée aux enseignements publics et privés", et pose les principes de gratuité scolaire et d’équité pour "mettre à disposition de chaque jeune les moyens nécessaires à sa formation et à sa réussite en fonction de sa situation singulière", sans jamais "méconnaître les réalités, parfois difficiles, auxquelles l’Ecole doit faire face". La Nouvelle-Calédonie s’engage également, souligne la ministre, à lutter "contre toutes les formes de discrimination" et à valoriser "la diversité humaine et la singularité des individus et des cultures".

Najat Vallaud-Belkacem souligne également les difficultés auxquelles doit faire face le système scolaire : "trop de jeunes (qui) quittent encore beaucoup trop tôt le système scolaire sans diplômes", "des disparités encore marquées entre les trois provinces s’agissant notamment du taux de bacheliers", "la scolarisation des jeunes filles" puisque "leur représentation parmi les diplômés de l’enseignement supérieur est moitié moindre que celle des hommes", mais aussi des problèmes de violence et "sécurité dans les milieux scolaires", un domaine dans lequel "l’Etat assumera pleinement les responsabilités qui lui sont confiées". Et elle résume ainsi le sens de sa visite, "l’Ecole est pour la Nouvelle-Calédonie le creuset de votre destin commun (...) Cette responsabilité (...) incombe à chacune de nos institutions, Nouvelle-Calédonie, Provinces, communes et Etat".

L’éducation prioritaire et le numérique en Polynésie

La ministre s’est également rendue en Polynésie, et elle a donné une interview à La Dépêche de Tahiti dans laquelle elle évoque "la signature de la convention décennale pour l’éducation qui entrera en vigueur le 1er janvier 2017". L’un des enjeux est de lutter contre le décrochage et l’illettrisme qui touche 30 % des jeunes, taux constaté lors des Journées défense et citoyenneté. Pour elle, "ce n’est pas une situation acceptable" et elle souligne la nécessité d’agir "le plus en amont possible" : "Les moyens alloués par l’État dans le cadre des réseaux d’éducation prioritaire renforcés (REP+) permettent au Pays de définir une stratégie de prévention de l’illettrisme et de la mettre en œuvre très tôt, à l’école élémentaire et au collège." Lors de son passage à Huahine, la ministre a annoncé "que l’Etat allait mettre à disposition du Pays une enveloppe pour développer le numérique" indique le site Polynésie première : 50% de la dépense en équipement numérique en Polynésie française va être pris en charge par l’Etat. "C’est une volonté du gouvernement que le numérique s’installe dans le scolaire pour la réussite des enfants"

Le discours sur le site de Nouvelle Calédonie 1ère,
l’interview sur le site de La Dépêche de Tahiti,
le reportage à Huahine sur le site de Polynésie 1ère ici http://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/najat-vallaud-belkacem-devant-congres-410019.html

Extrait de touteduc.fr du 26.10.16 : Najat Vallaud-Belkacem prend des engagements en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie

 

Voir aussi

Entretiens de Najat Vallaud-Belkacem sur l’illettrisme et l’Education prioritaire à Tahiti

Répondre à cet article