> 5 - Education prioritaire > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, parents, rythmes, santé, internat...) > DECROCHAGE (12 SR) > Actions locales et acad. (Décrochage) > B* Fleuris ton collège, fleuris ton cœur, fleuris ton intelligence au collège (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Fleuris ton collège, fleuris ton cœur, fleuris ton intelligence au collège REP+ Cambuston de Saint-André à La Réunion

13 décembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

2017B Collège de Cambuston : Fleuris ton collège, fleuris ton cœur, fleuris ton intelligence
(expérimentation art.34)

Collège Cambuston
380 RUE BOIS ROUGE , 97440 ST ANDRE
Site ;

Auteur : Mmes Dufestin et Léocadie
Mél : dianafontaine@wanadoo.fr ; sydalise.dufestin@ac-reunion.fr

Fleurir le cœur des élèves, citoyens valeureux de demain, au sein d’un patrimoine à la fois écologique et ethnique à préserver, laisser s’épanouir leurs multiples intelligences en dynamisant les apprentissages par le biais d’une thématique fédératrice, telles sont les ambitions de ce projet. Le principe de cette expérimentation repose sur une double préoccupation : L’attention et l’intérêt portés à l’élève en situation de décrochage mais aussi la valorisation de l’élève en situation de réussite (les élèves qui agissent, qui donnent l’exemple). L’enjeu est de comprendre, à travers leurs ressentis et leurs témoignages, les principes de la motivation intrinsèque.

Plus-value de l’action
Notre conviction renforcée dans les bénéfices apportés par une dynamique de projet porteuse de réussite et de motivation, de développement professionnel, de mise en réseau.

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
6 classes : deux 6ème, deux 5ème et deux 3ème : 140 Des élèves en décrochage scolaire 15 La classe ULIS : 12

A l’origine
Face au désintérêt grandissant de bon nombre d’élèves pour leur scolarité, il devient urgent de proposer une autre façon d’appréhender l’école, d’apporter à l’élève un autre angle de vue sur le disciplinaire. L’environnement immédiat peut être un facteur déclencheur pour mieux apprendre et réussir. Impliquer l’élève en tant qu’acteur de son cadre de vie peut donner lieu à une véritable émulation. Ce projet pose, comme première démarche, la reconnaissance de l’élève en tant qu’être unique et valeureux. Il met en exergue :
La nécessité de renouveler les pratiques pour remotiver les élèves et diversifier les apprentissages
La prise en compte de la diversité culturelle
L’éducation à l’environnement et à la citoyenneté L’accès à la culture
La restauration de l’estime de soi pour de nombreux élèves
Il est aussi l’aboutissement de multiples expériences avec des élèves en difficulté.

Il est issu d’une réflexion commune de deux enseignantes, porteuses de ce projet, convaincues de la nécessité de proposer des pratiques nouvelles : « Fleurir » le coeur, l’intelligence des élèves en passant par l’embellissement du cadre de vie, par la prise de conscience de la richesse de leur environnement et de la préservation de ce cadre de vie précieux, condition du bien-être des élèves et de la communauté éducative, et participer ainsi à leur épanouissement au sens propre du terme au travers de pratiques différentes. Il est aussi intimement lié à l’histoire du collège implanté à l’origine sur une forêt de bois de couleur et à sa diversité culturelle.

L’impact de notre environnement immédiat sur notre bien-être n’est plus à démontrer. L’embellissement du cadre de vie peut alors devenir un projet partagé : Planter et embellir ensemble (Enseignants, élèves, parents, direction, agents, partenaires associatifs) : Re-végétaliser pour créer d’autres espaces de vie plus harmonieux en mettant l’accent sur le partage des connaissances et des compétences.

Objectifs poursuivis
1. Apprendre autrement : renouveler les pratiques autour du Lire Ecrire Parler
2. Prendre en compte et valoriser la diversité culturelle
3. Fédérer les équipes et diversifier les apprentissages autour d’un thème porteur
4. Transformer le cadre de vie de l’élève par la valorisation de l’espace et du sens de l’effort
5. Restaurer l’estime de soi
6. Développer un climat de bienveillance et d’empathie
7. Encourager la persévérance scolaire par l’exemple

Description
Ce projet qui concerne deux classes, peut profiter à l’ensemble du collège : Des « brigades » théâtrales sont mises en place : des élèves interviennent dans d’autres classes pour présenter une scène, ou un passage théâtral. Cette intervention alliant plaisir et travail peut constituer un support intéressant pour une séquence portant sur le théâtre. Par exemple la 5ème de cette année travaillant le conflit maître-valet, a mis en scène des passages de comédies de Molière, qu’elle présentera à des 6ème, des 5ème et des 4ème .La classe de 3ème ayant travaillé la tragédie pourra présenter « le procès d’Antigone » à d’autres 3ème. Ces brigades théâtrales peuvent s’étendre aux écoles et aux autres collèges du secteur. Des rencontres théâtrales peuvent être organisées : moments d’échange enrichissants entre les collèges et les écoles.

Modalité de mise en oeuvre
Le projet se décline en trois axes qui sont intimement liés et qui va permettre le travail en réseau avec les écoles et les différents partenaires : Mon identité comme force (Qui je suis et d’où je viens) à travers le Lire Ecrire Parler Mes choix, mon parcours, mon orientation ( Où je vais) Mon environnement (Où je vis) et son impact

I. Mon identité comme force :
1. Lire autrement ou faire place au sujet lecteur : Redonner de la valeur au sens personnel de l’élève en acceptant des réponses multiples, diverses qui témoignent de la richesse du texte et surtout du ressenti de l’élève, valoriser ses impressions de lectures, ses réminiscences, ses émotions.

2. Développer le plaisir d’écrire chez le sujet scripteur Mettre en mots, oser dire, parler de soi, faire confiance à ce qu’on ressent En 3ème le travail sur l’autobiographie et les récits de vie, entrer dans l’imaginaire et dans la poésie des mots en 5ème, l’éveil de l’imaginaire avec les récits de découvertes, en 6ème , la prise de conscience de son identité comme force à travers la poésie : Mon prénom, un joli mot. Du sujet lecteur au sujet scripteur, le pas est franchi à travers un outil formidable, le carnet de lecture. Cela pourra s’appeler aussi, selon eux, carnet de bord, cahier de pensées, d’expériences…. L’écriture permet la prise en compte de la diversité culturelle : Enseigner en ayant conscience des multiples cultures qui composent la classe et en faire un atout.
C’est aussi créer un climat de respect dans sa classe : L’école doit contribuer à une culture du respect et de la tolérance. Valoriser l’élève en valorisant sa langue maternelle car elle est au cœur de l’identité (lui demander de traduire un poème ou un extrait de théâtre, cela permet de travailler autrement la compréhension de l’élève, et en même temps c’est un travail qui implique la famille dans l’apprentissage, l’école ici fait le lien entre la langue parlée à la maison et le français, langue de l’école. Ainsi dans nos expériences, il s’est avéré que l’élève demande de l’aide pour sa traduction à ses parents, à une grand-mère pour être au plus proche du sens du texte français.) Apprendre la langue de l’autre : c’est développer l’entente, le vivre ensemble. Une meilleure connaissance des autres cultures permet la compréhension, de chasser les idées reçues et de sortir du jugement ignorant. Le dialogue, l’écoute et l’entraide s’instaurent. Prendre en compte la diversité culturelle permet de développer un rapport positif à la langue française, la classe devient un espace ouvert sur les réalités du monde, car c’est en étant pleinement concilié avec sa propre identité qu’on peut s’ouvrir à l’autre culture commune et s’engager dans ses apprentissages.

3. Parler, dire et faire : le théâtre, un outil précieux Une entrée précieuse pour susciter plaisir et motivation et redynamiser la scolarité au collège en créant du lien. faire naître chez les élèves la notion de projet : Que va-t-on faire ensemble ? Pour qui, pourquoi va-t-on faire l’effort de comprendre ce qui paraît inaccessible ? Ainsi, utiliser les outils du théâtre avec des élèves est l’occasion de construire un projet commun, de partager des émotions, de leur donner la possibilité d’agir sur leur scolarité, de faire appel à leurs multiples intelligences et d’éduquer aux valeurs. La réussite de cette démarche est fondée sur le partage des compétences : Ce que l’autre n’a pas, je l’apporte. Ce que j’ai, je le partage pour construire et créer ensemble. Le théâtre se révèle donc être un véritable parcours initiatique pour les élèves que nous voyons évoluer, grandir, s’affirmer grâce à l’esprit d’équipe qui se crée au fil des séances. Il répond au besoin primordial d’être soutenu.

II. Mes choix, mon parcours : De l’enfant que je suis à l’adulte que je veux devenir Où je vais développer la curiosité et l’ambition des élèves en lien avec le projet d’établissement : Moi, élève de Cambuston, citoyen européen : prendre conscience de son identité comme force et s’ouvrir au monde. Mettre en avant la persévérance, susciter un questionnement de l’élève sur son parcours personnel (se projeter dans l’avenir : apprendre à faire des choix : mon orientation, mon parcours scolaire, mon engagement d’élève, mes valeurs, ma valeur) Voir mur padlet sur la persévérance scolaire

III. Mon environnement et son impact :
Comprendre mon histoire inscrite dans le patrimoine précieux de mon quartier et de mon île : naissance du quartier de Cambuston, peuplement de l’île. Faire du collège un espace plaisant que les élèves s’approprient. Son impact sur notre bien-être n’est plus à démontrer. Planter et embellir ensemble (Enseignants, élèves, parents, direction et agents et partenaires) L’embellissement du cadre de vie peut alors devenir un projet partagé : Re- végétaliser pour créer d’autres espaces de vie plus harmonieux et mettre l’accent sur le partage des connaissances et des compétences. Le collège a un atout de taille, c’est un parc arboré de 3 hectares qui compte 122 arbres et arbustes dont cinq en danger, un vulnérable, deux menacés, huit protégés. Il a permis l’éveil des consciences, le sentiment d’avoir quelque chose de précieux à préserver mais aussi la mise en valeur de l’hétérogénéité ethnique, miroir de la biodiversité au collège. Il véhicule aussi un message d’humanité : L’arbre, un être vivant, un ami. L’arbre comme l’amitié est une chose précieuse. Il a permis peut-être aux élèves de réfléchir au sens de l’amitié : faire attention à l’autre, le protéger, prendre soin de lui. La reconnaissance par les membres de la communauté éducative du cadre de vie exceptionnel que nous avons permet une gestion plus harmonieuse du collège où chacun peut, s’il le souhaite, apporter sa pierre à l’édifice. Embellir l’espace par les plantes, le fleurissement, l’art, la littérature et les sciences et lier ainsi les disciplines peut être un levier pour agir sur la motivation de l’élève. Voici deux exemples d’action : Le jardin des poètes Le projet aquaponie

A. Aménager et construire ensemble le Jardin des Poètes « Il pousse plus de choses dans un jardin que ce qu’on y a semé » Proverbe arabe Objectif : En hommage à la forêt de bois de couleur des bas qui existait à l’origine à Cambuston, il s’agit de mettre en valeur un espace du collège pour entrer autrement dans les apprentissages et lier ainsi nature et culture. Origine du projet : A partir du travail autour du livre de Claire Gratias L’incroyable voyage de Simon, dans le cadre de l’action Un écrivain au CDI, les élèves découvrent le jardin des poètes, un espace tout en verdure où séjournent les poètes selon l’auteur. La description de Mme Gratias est une porte ouverte sur l’imaginaire….. Et derrière nos salles, un bel espace est à conquérir. Au milieu, se dresse un superbe flamboyant. Nous avons demandé que l’espace soit, dans un premier temps, nettoyé en vue d’abord de recevoir l’auteur mais aussi dans l’optique d’un possible aménagement : y installer des bancs en bois, y planter des espèces endémiques, créer un espace qui pourrait accueillir une classe transplantée le temps d’une heure, toutes disciplines confondues : faire de la musique sous les arbres, déclamer son poème, …bref vivre autrement la classe et le rapport à l’enseignement. Tout est à construire dans cet espace : des bancs de bois disposés en forme de cercle qui se fondent dans le décor, des essences plantées, des inscriptions avec des noms de poètes, de botanistes, quelques vers de poètes en herbe…. Cet espace aurait une dimension à la fois poétique et botanique : Les murs pourraient être un support, pour y inscrire des citations de poètes réunionnais sur le thème de la nature (Antoine de Bertin originaire de Sainte-Suzanne, Evariste de Parny, Leconte de Lisle, poètes académiciens, Lacaussade et ses Salaziennes ) Ce serait l’occasion de les mettre à l’honneur. Les élèves savent si peu à quel point notre île est le berceau de la poésie Parnassienne et que de grands poètes y ont séjourné et s’en sont inspiré : par exemple Baudelaire et son poème : A une dame créole…. Ou encore, à chaque plant, un poète. La mise en valeur de l’aspect botanique se ferait bien sûr par la plantation d’espèces endémiques prioritairement, mais aussi par la présence des botanistes et artistes de renom qui ont œuvré pour la préservation de notre environnement : Thérésien Cadet, à l’origine du classement de la forêt de Mare Longue et de la protection de nombreuse plantes endémiques, Hubert Delisle, gouverneur, créateur du Muséum d’Histoire naturelle, Antoine Roussin, lithographe et photographe des paysages de l’île au XIXème siècle, Pierre Poivre et ses plantes et épices ramenées en cachette de ses voyages, Joseph Hubert, bénédictin amoureux de la nature qui a donné son nom à l’ambaville. Des pancartes avec des citations, des bancs ou des arbres pourraient être dédiés à chaque botaniste. Les élèves gagneraient à connaître les noms de ces grands réunionnais. Nous pourrions y ajouter des plantes médicinales ou de la vanille en hommage à Edmond Albius et au Père Raimbault. Le professeur d’arts plastiques pourrait réaliser aussi une œuvre avec les élèves.

B. La mise en place d’un système d’ aquaponie au collège
Objectifs : Motiver par le jeu et les expériences concrètes…
Travailler autrement les sciences
Poursuivre la démarche de développement durable faire des ponts entre la théorie et la vie pratique
Développer l’agriculture raisonnée et solidaire
Descriptif : S’engager dans le projet
"Aquaponie" correspond à la mise en place d’une culture de végétaux en "symbiose" avec un élevage de poissons. Sous l’égide de l’association "Hydro-Réunion" (association de développement de l’aquaculture à la Réunion), les élèves, les professeurs et les agents sont initiés, formés et orientés dans la construction et le développement d’un système aquaponique implanté au collège (au sein du jardin des poètes) dans la continuité du potager mis en place par la classe Ulis Le projet permettra de lier théorie et pratique. Ainsi, des expérimentations, des observations, des calculs de précisions et bien d’autres thèmes de travail pourront être abordés dans différentes matières (développement animal et végétal, reproduction, écologie, développement durable,...) Ce projet est une proposition pour enseigner autrement avec les élèves, avec des exemples concrets, en leur faisant prendre conscience d’une multitude de réalités.

Trois ressources ou points d’appui
1. Partenariat et le travail en réseau : L’enthousiasme des collègues du premier degré et le travail partenarial très riche (Partenariat associatif qui s’est mis en place )

2. Pratiques de classe renouvelées 3. Auto formation : nos recherches, nos lectures enrichissantes et productives

Difficultés rencontrées
La principale difficulté rencontrée se trouve dans la confrontation avec les autres collègues qui ne comprennent pas toujours la démarche et son intérêt pour les élèves. Beaucoup portent encore un regard très méfiant envers les nouvelles démarches.

Moyens mobilisés
Moyens humains : En plus du soutien de la direction Professeurs : Français : 2 Maths : 2 Physique : 1 SVT : 1 EPS : 1 Arts plastiques : 1 AED : 4 Agents : 3 Moyens financiers : projet soutenu par la Fondation de France, mécénat, Contrat de ville de Saint-André, Conseil Général, DAAC, CARDIE Moyens logistiques : Partenariat divers Autres moyens : dons de plantes de nos partenaires, des parents, des élèves et de la communauté éducative

Partenariat et contenu du partenariat
Différents partenaires sont impliqués dans ce projet : La structure culturelle de proximité : le Théâtre Conflore Le graffeur MEO des partenaires littéraires : Mme Joëlle Ecormier, auteure et marraine du collège, Claire Gratias dans le cadre d’un écrivain au CDI, Mario Serviable, auteur Des organismes environnementaux : Les Ambassadeurs du Parc National et « Allon pren Dioré en main » association militant pour la protection de l’espace naturel sensible des hauts de la commune de Saint-André) ainsi que la SEOR (protection des oiseaux), le Jardin botanique, la Ligue de l’Enseignement, Le CAUE Hydro-Réunion Le CASNAV, la DAAC La mairie de Saint-André le Contrat de ville et les associations de quartier, l’IMVEC, l’ ADICA l’association Les Petits débrouillards Le Lions Club de Saint-André Les Vacoas

Liens éventuels avec la Recherche
L’écriture d’un article pour l’Afpssu dans le cadre du projet « Enfants et adolescents sur la route de leur vie » La collaboration avec un chercheur de l’ESPE sur la diversité culturelle, M. Driss Alaoui, Les diversités à l’Ecole.
Rapport de recherche, Projet de recherche soutenu par le ministère des outre-mer (2013-2015), 80p. La rencontre avec Mme Esterle, membre du CNIRE, Enseignante -chercheure - maîtresse de conférences honoraire - Université d’Artois Thèmes : le décrochage et la persévérance scolaires, bilan de l’action sur le site du collège de Cambuston
Des formations avec l’Ekol des valeurs et le laboratoire CERVOI Formations sur les Dys avec Mme Ballester, sur la CNV avec M. Reilhac docteur en psychologie cognitive Sylviane AHR Sylviane Ahr, Vers un enseignement de la lecture littéraire au lycée. Expérimentations et réflexions. CRDP de Grenoble Bruno Hourst. http://www.mieux-apprendre.com. Jean-Charles Chabanne et Dominique Bucheton, Les "écrits intermédiaires" pour penser, apprendre et se construire » Québec français, n° 149, 2008, p. 60-62. http://id.erudit.org/iderudit/1737ac. Catherine Tauveron, « Le texte singulier de l’élève ou la question du sujet scripteur », Le français aujourd’hui 2007/2 (n° 157), p. 75-82. Howard Gardner, Les multiples intelligences, Editions Retz, 2004 Sylvain Connac, La personnalisation des apprentissages. Agir face à l’hétérogénéité, à l’école et au collège, ESF éditeur, 2013 Anne Armand, Inspectrice générale co-auteure du rapport paru en juin 2013 Agir contre le décrochage scolaire Serge Boimare, « Ces enfants empêchés de penser » Conférence du 13 janvier 2010 IREPS : « Le cartable des compétences psycho-sociales » Life skills education in schools » OMS 1993 Roland Viau Université de Sherbrooke Département de pédagogie Québec, conférence prononcée le 18 avril 2002 à Luxembourg dans le cadre du Cycle de conférences « Difficulté d’apprendre, Difficulté d’enseigner »

Evaluation
Evaluation / indicateurs
Indicateurs du contrat d’objectifs en lien avec l’expérimentation : -Amélioration des compétences en lecture, écriture et pratique de la langue orale -Amélioration du vivre ensemble (échanges, respect …) -L’implication des parents : leur présence régulière au sein du collège -Meilleure communication : élève, parents, équipe éducative

Documents

Titre Mur partagé du projet
Condensé URL
Type non précisé

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Evaluer au sens étymologique c’est faire apparaître la valeur de l’élève, ce n’est pas dévaluer. Il s’agit donc de trouver d’autres critères pour une évaluation délibérément positive qui sera centrée essentiellement sur les compétences psycho-sociales. Ils ‘agit de mettre l’accent sur les progrès et les réussites de l’élève. L’auto-évaluation : l’évaluation formatrice tout au long de ce projet. L’évaluation : Les compétences à l’écrit : le carnet de lecture Les compétences orales : la prise de parole Les 10 compétences psycho sociales présentées dans le cartable sur le site de l’IREPS Nombre d’élèves participants aux ateliers sur leur temps de libre. L’idée de travailler avec ces deux types d’élèves en appuyant sur différents leviers aura été une approche faite de surprises heureuses que nous ont offert les élèves. Elle aura favorisé l’interaction entre pairs et déclenché entraide et travail d’équipe. Et si finalement, on prenait le problème à l’envers ? Si des élèves « accrocheurs » tendaient la perche à ceux qui décrochent ? Cette expérience pourrait s’appeler aussi « Donne-moi ton secret, dis-moi ce qui te rend si heureux de bien faire. » Ce parti pris de l’exemplarité est le fil conducteur de cette expérimentation.

Effets constatés
Sur les acquis des élèves : Au sein de la classe : motivation, enthousiasme, instauration d’un très bon climat de classe Sur l’ensemble des élèves : attrait des autres élèves, l’émulation, pouvoir de l’exemplarité par les pairs. De nombreux d’élèves viennent spontanément lorsqu’ils n’ont pas cours soit au sein de la classe pour participer à une heure de cours (Romain, élève de 3ème signalé en décrochage, vient de lui-même travailler son rapport de stage et demander notre aide pendant une de nos heures de cours alors qu’il est libre) soit lors d’ateliers proposés : (ateliers du CAUE, des petits débrouillards pour l’aménagement du Jardin des Poètes). D’autres proposent leur aide pour faire le décor et les costumes de théâtre, le montage d’une exposition, le rangement d’une salle. Ce mieux-être permet à l’élève d’entrer avec plaisir dans les apprentissages, d’être dans l’effort et la mise au travail avec l’envie de bien faire. Les conditions sont réunies pour qu’il progresse.
Sur les pratiques des enseignants : Ce projet a permis de développer et renouveler des pratiques en faisant naître une démarche de réflexion liée un travail de recherche et d’auto-formation, de susciter une énergie nourrie par l’enthousiasme des élèves. Il nous a permis de travailler davantage en interdisciplinarité, de créer des ponts entre les matières et ne pas rester enfermé dans sa discipline. Pour nous, enseignantes, cette démarche a été extrêmement enrichissante et nous a permis d’explorer avec bonheur d’autres pistes.
Sur le leadership et les relations professionnelles : Le développement du travail en équipe. Le travail inter- degré très riche .Une communication plus fluide et enrichissante avec la direction ainsi que d’autres instances institutionnelles.
Sur l’école / l’établissement : rayonnement du collège : labellisation académique et internationale. Ce projet a aussi incité des collègues à proposer des actions dans la même mouvance. Ouverture sur le quartier sur les écoles, présence dynamique des parents aux temps forts. Embellissement de l’espace : Mon collège : un espace que j’apprécie.
Plus généralement, sur l’environnement Respect, sensibilisation des élèves au patrimoine précieux, prise de conscience aussi des parents.

Extrait de experitheque/eduscol : Fleuris ton collège, fleuris ton cœur, fleuris ton intelligence

Répondre à cet article