> 4 - Education prioritaire. 250 sous-rubriques (SR) > Les LYCEES PRIORITAIRES et L’ENSEIGNT. PROFESSIONNEL (6 SR) > Les lycées et l’éducation prioritaire > Un dossier sur les lycées en éducation prioritaire dans Université (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un dossier sur les lycées en éducation prioritaire dans Université syndicaliste (Snes, décembre 2016)

12 décembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

LYCÉES, REFUS DE PRIORITÉ ?
Les lycées scolarisant les élèves issus des collèges de l’éducation prioritaire sont depuis toujours les oubliés du système éducatif : des classements peu lisibles (zone sensible, politique de la ville, éducation prioritaire...), des dotations fluctuantes et, pour les personnels, des indemnités et autres bonifications à géométrie variable.

Si le projet éducatif français est bien de permettre à tous les jeunes de maîtriser une même culture commune et d’accéder au moins au niveau baccalauréat pour s’insérer dans le monde du travail, alors il faut investir davantage pour les élèves des milieux populaires. Les écarts de réussite scolaire liés aux inégalités sociales le justifient. C’est pourquoi il n’est pas compréhensible que les lycées soient par principe écartés de la politique d’éducation prioritaire : poursuivre les mêmes objectifs, dispenser les mêmes contenus avec les mêmes exigences et les mêmes ambitions nécessite des effectifs de classe réduits, un encadrement renforcé, une concertation soutenue, de façon à faciliter les apprentissages. Les personnels, enfin, doivent voir leurs conditions particulières d’exercice du métier valorisées et reconnues.

Le SNES-FSU demande donc l’ouverture rapide de la rénovation de la carte de l’éducation prioritaire pour les lycées généraux, technologiques et professionnels.

DES MANDATS CLAIRS
Lors du congrès de Grenoble en mars dernier, le SNES-FSU a réaffirmé l’importance de l’éducation prioritaire. Ses mandats sont très clairs : « Lutter pour une véritable relance de l’EP, plus que jamais nécessaire. Elle passe d’abord par une nouvelle carte. En effet, trop d’établissements qui en relèvent n’ont pas été intégrés ou maintenus dans la carte actuelle. Il faut donc définir une nouvelle carte qui pourrait être rediscutée à un rythme plus long que les quatre ans actuellement proposés. Cette carte doit être fondée sur les besoins constatés, sans périmètre prédéfini et incluant les lycées généraux, professionnels et technologiques dont l’articulation avec les collèges est essentielle à la réussite des élèves. Cette carte doit reposer sur des critères objectifs, clairs, concertés, partagés et nationaux, permettant de prendre en compte les spécificités des établissements et des territoires dans lesquels ils s’inscrivent, qu’ils soient ruraux ou urbains.

Dans le contexte socio-économique actuel, cela conduirait probablement à une extension de la carte et impliquerait une augmentation sensible des moyens affectés à l’éducation prioritaire, ce qui ne doit pas conduire à amputer les dotations des établissements non classés. Il faut aussi des équipes pluriprofessionnelles complètes et renforcées, l’abandon de tout profilage de poste, une formation continue de qualité et qui réponde véritablement aux besoins des équipes, davantage de mixité sociale et scolaire ».
Ces mandats méritent plus que jamais d’être défendus sur le terrain. Les mobilisations doivent se poursuivre.

 

ANNONCES MINISTÉRIELLES DE CIRCONSTANCE
C’est à la veille d’une nouvelle mobilisation en lycée que la ministre de l’Éducation
nationale a choisi d’annoncer une série de mesures destinées à améliorer les conditions d’enseignement dans les établissements concentrant le plus de difficultés.

La nouvelle carte de l’éducation prioritaire laisse de fait de côté les 306 lycées classés avant 2015, mais le ministère semble vouloir in-extremis atténuer le choix d’en limiter le périmètre aux seuls écoles et collèges. Car les lycées deviennent aujourd’hui un enjeu dans la campagne électorale pour promouvoir une réforme dont la mise en œuvre est contestable.
« Les lycées ZEP nous disent : votre réforme est excellente ! Nous voulons la même ! » a déclaré la ministre devant l’OCDE le 6 décembre dernier.
Bien étonnante déclaration quand on sait que le ministère s’est toujours refusé, jusqu’à maintenant, d’intégrer les lycées !
À la rentrée 2017 est donc annoncée une dotation exceptionnelle de 450 emplois avec l’objectif affiché d’abaisser le nombre d’élèves par classe et d’augmenter le nombre d’adultes dans les établissements. À ce dispositif s’ajoutent les écisions de prolongation du protocole de sauvegarde jusqu’en 2019 pour ce qui concerne les indemnités ou les bonifications indiciaires. Les bonifications pour les mutations sont aussi maintenues pour tous ceux qui ont été affectés jusqu’en 2015. L’ensemble de ces mesures transitoires aurait vocation à être prolongé le temps que soit élaborée une nouvelle carte de l’éducation prioritaire des LGT et des LP.

Ces mesures sont certes une avancée mais ne répondent pas aux revendications de fond. La scolarité obligatoire se prolonge au-delà du collège, les difficultés sociales et scolaires également. Il est nécessaire et urgent de sortir d’une politique à court terme qui se contente de colmater les brèches. Le NES-FSU
revendique une nouvelle carte de l’éducation prioritaire élargie, étendue aux lycées et construite en concertation sur la base de critères nationaux et transparents.

&nbsp,

LYCEES EN EDUCATION PRIORITAIRE : LA MOBILISATION CONTINUE [...]

Extrait de snes.edu du 06.12.16 : Lycées : refus de priorité ?

Répondre à cet article