> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > Carte scolaire et de l’EP, Mixité sociale > Carte scolaire et Mixité sociale (Positions d’Observateurs, Journalistes, (...) > Mixité sociale dans le 18e arrondissement de Paris, des parents divisés : le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mixité sociale dans le 18e arrondissement de Paris, des parents divisés : le reportage de Véronique Soulé (le Café pédagogique)

10 janvier 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

La chronique de Véronique Soulé : Mixité sociale : Les parents partagés

Samedi 7 janvier, les parents militant pour la mixité dans les collèges du 18e arrondissement organisaient une galette géante square de Clignancourt, à Paris. Un moment chaleureux malgré le froid, mais qui n’a pas suffi à réconcilier les positions sur un sujet ô combien sensible. Reportage.

[...] Pour dé-ségréguer Berlioz et rapprocher la sociologie des deux établissements, on a décidé de créer un secteur multicollège en fusionnant les deux anciens secteurs : celui où les enfants étaient affectés à Coysevox et celui où ils allaient à Berlioz. Les enfants iront désormais dans l’un ou à l’autre établissement.

" Les deux collèges ayant à peu près le même nombre de collégiens, les élèves défavorisés sont autour de 21% et les favorisés de 45%, soulignent les parents initiateurs de la Galette (3). S’ils sont bien répartis, on aura donc deux collèges avec 21% d’élèves défavorisés (la moyenne nationale du public étant de 38%) et avec des moyens en plus comme cela a été promis (25 élèves par classe, même dotation horaire REP, 2 CPE, même subvention de la ville...). "

" Sur les sixièmes, se félicitent ces parents, Berlioz passerait en un an de 47% de défavorisés à 21%, ce qui serait un symbole magnifique de la possibilité d’agir, et Coysevox passerait à 21% au lieu de 11% ce qui n’est pas un changement énorme. "

Opposants
Les opposants ont aussitôt donné de la voix. Pour la plupart, ils sont issus du secteur de recrutement de Coysevox. Avec le nouveau secteur unique, leurs enfants pourront se retrouver à Berlioz-le mal-aimé.

Ces détracteurs se défendent d’être contre la mixité. Mais ils jugent que le projet ne résoudra rien et au contraire, enfoncera Coysevox. Pour assurer " un vrai brassage social ", ils estiment qu’il faut aussi inclure des " collèges, publics et privés, parmi les mieux lotis de l’arrondissement ".

Extrait de cafepedagogique.net du 09.01.17 : La chronique de Véronique Soulé : Mixité sociale : Les parents partagés

 

Voir aussi Protestations d’enseignants et parents contre des projets de répartition de la mixité sociale entre deux établissements à Paris et à Marseille

Répondre à cet article