> 6 - Pédagogie / Formation > Actions AU COLLEGE > Citoyenneté Climat Laïcité (Collège) > Projet Tour de France. Des élèves de 3e ambassadeurs de leur région au collège (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Projet Tour de France. Des élèves de 3e ambassadeurs de leur région au collège REP J. Vilar de Chalon-sur Saône. Entretien du Café pédagogique

27 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Vincent Compagnon : Travailler l’ambition et la citoyenneté en 3ème

"L’école a aussi un rôle éducatif". Au collège [REP] Jean Vilar de Chalon / Saône, un établissement Rep, Vincent Compagnon, prof d’histoire-géo et ses collègues, en sont convaincus. Avec leur projet Tour de France, ils travaillent avec leurs élèves l’ambition, la détermination, le relationnel, l’intégration et la citoyenneté. Un vrai travail interdisciplinaire qui a aussi l’originalité d’être porté sur deux années.

Comment transformer des élèves d’un établissement REP en ambassadeurs de leur région et leur faire faire un tour de France qui soit à la fois la découverte de son pays et un itinéraire plus intime de la formation de soi ?

Monter un Tour de France au collège

C’est ce pari profondément éducatif qu’une équipe de professeurs du collège Rep Jean Vilar de Chalon sur Saône ont relevé. Il y a là Vincent Compagnon, un jeune professeur d’histoire-géographie, Delphine Bernard, professeure documentaliste, Olivier Gilarès, professeur d’EPS et Guillaume Blanchard, professeur de technologie.

Leur projet a la particularité de s’étaler sur deux années.

- En 2015-2016, les élèves de 4ème ont commencé à préparer leur Tour de France en visitant leur région aussi bien pour son patrimoine touristique qu’industriel et agricole. Ils ont pris contact avec des entreprises locales et préparé des exposés sur des produits locaux (la moutarde, le vin bio mais aussi la métallurgie du nucléaire).
- En 2016-2017 , en 3ème, ils organisent un Tour de France qui doit les amener à intervenir à Strasbourg, Lille, Rouen, Le Havre et Combourg au mois de mai. Dans ces villes ils présenteront les productions et le patrimoine chalonnais à des collégiens locaux qui leur feront découvrir une particularité locale. Un projet qui réclame de l’organisation, de l’argent, de la débrouillardise et beaucoup de travail relationnel avec les acteurs locaux.

Sortir du quartier pour investir la Cité

"On a fait le constat que nos élèves étaient très peu mobiles. On le voit par exemple lors de l’orientation de fin de 3ème. Des élèves refusent des affectations en dehors de Chalon. Ils refusent même de sortir du quartier pour aller au lycée de centre ville. Notre objectif premier c’est de les intégrer dans le chalonnais et au-delà dans ce pays", nous dit Vincent Compagnon.

"Pour cela on veut leur faire découvrir la région. Mais on veut aussi qu’ils découvrent qu’ils peuvent être acteurs de leur région. Pour cela il faut les mettre au contact des structures régionales".

L’année dernière, les élèves ont sillonné à vélo le chalonnais pour visiter des entreprises locales et y "vendre" leur projet. Ils ont été reçus par des élus locaux, un viticulteur local mais aussi par un grand producteur de moutarde et par Areva, une importante société de la filière nucléaire. "La surprise ce sont les difficultés qu’ils ont rencontrées pour trouver des entreprises locales qui acceptent de les accueillir et de leur confier un peu de marchandise pour leTour de France", explique Vincent Compagnon.

Maintenant il veulent restituer ce qu’ils ont réalisé et monter leur Tour de France. Il faut affronter une autre difficulté : réunir le budget. Le projet est soutenu par le Rotary Club local pour les deux tiers. L’autre tiers il a fallu le trouver lors de ventes ponctuels et auprès des parents.. Curieusement le département s’est défilé.

Travailler l’ambition

En classe, les élèves ont fait des recherches sur le patrimoine local et des villes de destination. Mais ils ont aussi du trouver des partenaires, aussi bien industriels que les établissements scolaires de destination. "Ce n’est pas évident pour les élèves de prendre le téléphone ou de faire un courrier et d’argumenter pour trouver le bon correspondant et le convaincre de nous recevoir", explique Vincent Compagnon. .

C’est tout un travail de préparation.

Les élèves doivent aussi préparer leurs interventions dans les collèges de destination pour présenter les produits chalonnais. Ils ont réalisé des vidéos et des présentations numériques lors d’ateliers histoire, sidérurgie, moutarde etc..

Ce projet sur deux années les fait-il progresser ?
"J’ai vu les progrès en autonomie", confie V Compagnon."Ils ont appris à prendre la parole. Ils gèrent mieux les conflits entre eux. Ils savent se dire leurs sentiments".

Et les profs qu’ont-ils appris ?
"J’ai appris à laisser davantage d’autonomie aux élèves même sur les tâches complexes. Les élèves sont pleins d’idées. On peut leur laisser plus de liberté, on n’est pas déçus", dit V Compagnon. "J’ai compris aussi que la motivation se travaille sur le long terme. Ca ne sert à rien de mettre trop de pression au début. Il faut savoir laisser faire les choses. C’est l’investissement progressif des élèves qui augmente leur détermination. Il y a des périodes difficiles avec le découragement. Ce projet est aussi tout un travail sur l’ambition".

Vous pouvez les aider. Les collégiens sont encore à la recherche d’un collège d’accueil pour les villes normandes et pour Strasbourg.

Extrait de cafepedagogique.net du 27 ?01.17 : Vincent Compagnon : Travailler l’ambition et la citoyenneté en 3ème

Répondre à cet article