> 5 - Pédagogie en ZEP > Innovation et Education prioritaire (généralités) > B* Programme de pleine conscience et de psychologie positive pour tous au (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Programme de pleine conscience et de psychologie positive pour tous au collège REP+ Hubert Delisle de Saint-Benoît, La Réunion (Journée innovation 2017)

14 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Vers plus de conscience, pour toute la vie
Expérimentation art.34

Collège [REP+] Hubert Delisle
79 rue MONTFLEURY , 97470 ST BENOIT
Padlet du college
Auteur : Lionel Mailfert, Pascal Weber, Fanny Beguinet
Mél : lionel.mailfert@ac-reunion.fr ; pascal.weber@ac-reunion.fr ; fanny.Beguinet@ac-reunion.fr

La volonté de ce projet est de donner à l’ensemble des personnes volontaires du collège des moyens simples et utilisables à tous moments pour réguler son stress, améliorer sa concentration, développer sa confiance en soi et renouer avec ses ressources, comprendre ses fonctionnements psychologiques, faire redécouvrir à chacun leur corps comme un espace important à considérer puisque tout s’y joue (le corps ne ment jamais).

Plus-value de l’action
…le projet lui-même…

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Tous les niveaux.
L’ensemble des élèves du collège, car la visée est systémique, pour des effets d’ampleur.

A l’origine
Le collège est un véritable théâtre de stress pour les adolescents qui y vivent diverses peurs comme « la peur de ne pas réussir », « la peur de ne pas avoir d’amis », « la peur de ne pas plaire aux copains », « la peur de ne pas savoir quoi faire de sa vie » etc.
Toute la communauté éducative mais aussi les parents sont organisés autour de ce même objectif de réussite pour leur enfant et connaissent chacun à leur niveau également son lot de stress.
Non seulement il faut réussir, mais en plus il faut réussir vite, à l’image de ce qui se passe en dehors de l’école. Lorsqu’un enfant se trompe à l’école, n’y arrive pas, il est important que tout soit mis en œuvre pour lui permettre de comprendre son erreur sans se déprécier et plus largement comprendre comment il fonctionne, quels sont ses besoins afin de proposer des apprentissages adaptés. Il est aussi important qu’avec le temps, il intègre les moyens d’y arriver de façon de plus en plus autonome afin qu’il puisse s’adapter et rebondir en société.
Les enseignants, le personnel des établissements ne sont malheureusement pas tous formés à cette école et quand bien même ils sont consciemment dans une démarche d’accompagnement bienveillante, ils manquent d’outils tantôt pour retrouver l’attention de leurs élèves, leurs motivations, tantôt pour comprendre le statut des erreurs de leurs élèves, si hétérogènes, et y remédier, tantôt pour désamorcer la violence à laquelle ils assistent, parfois impuissants voire complètement dépassés.

Objectifs poursuivis
L’objectif le plus large est la prévention et la lutte contre les violences scolaires et l’insécurité, l’amélioration du climat scolaire et la refondation d’une école sereine.
Les objectifs opérationnels se retrouvent dans le référentiel de l’éducation prioritaire et sont proposés en annexe. Ils s’inscrivent bien dans les six ambitions :
• Garantir l’acquisition du « Lire, écrire, parler » et enseigner plus explicitement les compétences que l’école requiert pour assurer la maîtrise du socle commun
• Conforter une école bienveillante et exigeante
• Mettre en place une école qui coopère utilement avec les parents et les partenaires pour la réussite scolaire
• Favoriser le travail collectif de l’équipe éducative
• Accueillir, accompagner, soutenir et former les personnels
• Renforcer le pilotage et l’animation des réseaux
N’ayant guère de prise, à notre niveau, sur le contexte socio-économique local, nous avons décidé, parallèlement à un renforcement du cadre disciplinaire, de tenter d’actionner un autre levier, intérieur celui-là, qui permet d’agir directement sur la psychologie de l’élève en faisant de lui un acteur conscient de son développement personnel.
En apprenant aux élèves les principes et les bases de la méditation et en la leur faisant pratiquer régulièrement, nous visons à leur inculquer une meilleure conscience de leurs émotions, qui permet ensuite de ne plus être dominé par elles et donc une meilleure conscience d’eux-mêmes. En leur apprenant comment accéder à des ressources intérieures, indépendantes de toutes causes extérieures, nous leur offrons ainsi un outil supplémentaire pour s’émanciper et échapper au déterminisme social.
Au-delà de l’impact fondamental sur l’amélioration du climat scolaire et la refondation d’une école sereine, l’objectif plus large du projet « Vers plus de conscience » est aussi l’apprentissage de nos élèves (augmentation de la concentration, de l’attention, connaissance et acceptation de soi) et leur épanouissement en tant que personne.

Description
Formation des enseignants en mai-juin 2015.
Expérimentation sur les années scolaire 2015-16 et 2016-17. Annonce aux élèves par les professeurs volontaires.

Modalité de mise en œuvre
- Année 1 de déploiement (2015-2016) :
Au départ, avec l’ensemble des élèves du collège, nous pensions instaurer quelques minutes de pleine conscience avec la classe autant de fois que l’enseignant en responsabilité aurait estimé que c’était nécessaire (par exemple, après un incident critique, avant un examen, etc..) avec ce qui nous semblait être un minimum systématique de deux fois par jour.
Cependant, après entrevue avec M. PAQUET et M. VAUTHIER deux enseignants chercheurs universitaires, contacté et ayant accepté d’être associés au projet et d’étudier les effets de notre expérimentation, nous avons modifié nos modalités de mise en œuvre.
• 1er rendez-vous avec les collègues intéressés le mardi 08 septembre 2015 en S3 :
20 collègues dont une dizaine de nouveaux.
Le but de ce rendez-vous est de faire le point en ce début d’année avec les collègues volontaires, anciens et nouveaux et de repréciser l’organisation dans l’année relative au projet.
C’est aussi l’occasion de répondre à toutes les questions et surtout de relancer la pratique individuelle de pleine conscience afin que nos enseignants sachent de quoi il en retourne quand ils guideront leurs élèves.
• 2ème rendez-vous le mardi 06 octobre 2015 au réfectoire :
Réunion plénière animée par Mme RUEMGARDT ainsi que l’ensemble des personnels impliqués dans le projet pour les collègues intéressés par le projet mais aussi plus largement par la pleine conscience.
Mme BEGUINET et Mme LORION ont participé à la formation « MINDFULL UP » proposée par Mme RUEMGARDT afin de pouvoir appliquer les protocoles préconisés par Mme SIAUD-FACCHIN dans on livre "Tout est là, juste là" ;.
• rentrée scolaire d’octobre 2015 :
Début des 3 protocoles : intensif, léger libre et léger strict, décrits ci-dessous :
◦ 8 SEMAINES DE PROTOCOLE INTENSIF d’entraînement à la pleine conscience et de psychologie positive de la rentrée d’octobre 2015 aux vacances de décembre 2015 :
*pour deux classes complètes (une 6° et une 4°)
L’intervention hebdomadaire a eu lieu pour les 608 sur le créneau du jeudi après-midi de 13h30 à 15h30 ; pour les 408 sur le créneau du jeudi matin de 8h à 10h, ces créneaux étant initialement les créneaux réservés aux cours d’EPS (Mme BEGUINET étant leur professeur d’EPS et aussi la porteuse du projet VPC).
*pour deux groupes d’une douzaine d’élèves, ayant un profil de Vie Scolaire difficile ou en décrochage scolaire, issus des niveaux 6° et 5° pour le premier et d’élèves issus des niveaux 4° et 3° pour le second. Ce protocole intensif pose deux heures d’intervention hebdomadaire sur le créneau du mardi matin de 10h à 12h pour le groupe d’élèves 6°-5° et pour le groupe d’élèves dysfonctionnant 4°-3° sur le créneau du mardi après-midi de 13h30 à 15h30. Les parents volontaires sont invités à participer également à ces rendez-vous animés par deux intervenants.
◦ 16 SEMAINES DE PROTOCOLE LÉGER LIBRE avec toutes les classes du collège sauf 2, qui serviront de classes-témoins aux deux protocoles légers.
Les élèves ont suivi autant de sessions de pleine conscience que les enseignants en responsabilité de la classe l’avaient décidé de la rentrée d’octobre 2015 aux vacances de mai 2016 sur le temps scolaire.
◦ 16 SEMAINES DE PROTOCOLE LÉGER STRICT avec les classes de 605 et de 407 :
Les élèves ont suivi 5 minutes de pleine conscience deux fois par jour et une fois le mercredi, soit 9 interventions par semaine donc 45 minutes au total de la rentrée d’octobre 2015 aux vacances de mai 2016 sur le temps scolaire, et pas plus.
Un questionnaire auprès de l’ensemble des élèves participants au projet a été réalisé par voie numérique, à 3 moments précis de l’année (avant le début du protocole, après le protocole intensif – soit avant le départ en vacances au mois de décembre- et 3 mois après le protocole intensif soit aux vacances de mai 2016). Les résultats sont traités et analysés par les universitaires.
Le suivi des indicateurs habituels de vie scolaire est également évalué.

- Année 2 de déploiement (2016-2017) :
En année 2 de déploiement (2016-2017), nous mettons en œuvre des modalités identiques pour toutes les classes : les professeurs volontaires choisissent des créneaux horaires "stratégiques" correspondant aux moments où les tensions sont les plus fortes (fin de journées, retours des récréations) ou sur des temps laissés à la libre appréciation et ils font faire de 3 à 5 mn de méditation (tout d’abord de "pleine conscience") afin de favoriser un retour au calme, tant relationnel qu’intérieur.
Un planning hebdomadaire est réalisé par le professeur porteur du projet, afin de s’assurer que les interventions sont correctement réparties (ni trop rapprochées pour éviter l’effet de saturation, ni trop peu nombreuses) pour chaque classe sur la semaine.
Ce planning couvre pratiquement chaque créneau horaire hebdomadaire d’ouverture. Sur certains créneaux horaires, il y a parfois jusqu’à 7 classes différentes impactées.

Trois ressources ou points d’appui
1. : Conjonction de ce projet avec un premier projet phare : les DPVE (Débats philosophiques à visée éducative), initié il y a 4 ans de cela et qui, par d’autres moyens (le dialogue guidé) permet d’apprendre aux élèves le "vivre ensemble" ;.
Dans le projet VPC (Vers Plus de Conscience) ici décrit, les élèves sont invités en quelque sorte à apprendre à "vivre avec soi-même". La complémentarité entre ces deux projets est très pertinente. D’ailleurs, certains enseignants pratiquent notamment les deux (VPC et DPVE) sur un même temps (en Heure de Vie de Classe par exemple).
2. : Témoignages écrits et audio-visuels sur les pratiques de méditation (Jon KABAT ZIN, Jeanne SIAUD-FACCHIN).
3. : L’expérience du professeur porteur du projet dans la pratique de la méditation.

Difficultés rencontrées
1. : Scepticisme de certains enseignants.
2. : Difficultés pour certains élèves à entrer dans cette démarche.
3. : Aller à l’encontre du préjugé qui montre la méditation comme "un objet religieux exotique" alors qu’il s’agit d’une pratique complètement laïque.

Moyens mobilisés
- Personnels du collège et partenaires.
Adhésion au projet et participation d’un groupe de professeurs volontaires (plus du tiers du corps enseignant, soit 25 professeurs), encadré par un professeur porteur du projet, pratiquant lui depuis très longtemps la méditation.
Il aura fallu prévoir une rémunération pour les intervenants extérieurs pour l’année de préparation. Actuellement, cependant, les temps de méditation ayant lieu durant les cours, il n’y a pas de rémunération supplémentaire spécifique sauf pour le porteur du projet qui bénéficie d’une unité d’IMP.
- Ressources : Jeanne Siaud-Facchin « Tout est là, juste là », avril 2014
Dr Jon KABAT-ZINN « Au coeur de la tourmente, la pleine conscience », 1990
Thomas d’Ansembourg « Cessez d’être gentil, soyez vrai ! », 2001
Marshall ROSENBERG « Les mots sont des fenêtres (ou bien ils sont des murs) », 1999
Le ventre notre 2ème cerveau

Partenariat et contenu du partenariat
• Mme Gisèle LORION, diplômée en Communication Non Violente, a suivi des ateliers de Faber et Mazlish (notamment en communication bienveillante avec les adolescents), animatrice d’un rendez-vous hebdomadaire appelé Café des parents (CNV parents/enfants).
• M Mickael VAUTHIER du laboratoire Icare, en lien avec le CERVOI
• M Rodolphe SINIMALE responsable DU en méditation
• M Philippe LAOURDE, diplômé en Mindfullness, résidant à la Réunion
• APPOI : association de Psychologie Positive de l’Océan Indien

Liens éventuels avec la Recherche
Les techniques utilisées en méditation de pleine conscience ont été développées initialement par Jon KABAT-ZIN (docteur, enseignant, écrivain) aux Etats-Unis d’Amérique puis en France notamment par Christophe ANDRE (psychiatre, écrivain) et Jeanne SIAUD-FACCHIN, qui a écrit notamment un ouvrage qui s’intitule "Tout est là, juste là" dont les protocoles décrits ont servi de base à notre expérimentation.
*Dr Jon KABAT-ZINN : « Au coeur de la tourmente, la pleine conscience », 1990
*Jeanne SIAUD-FACCHIN : « Tout est là, juste là », avril 2014
Comme expliqué précédemment, lors de sa première année de mise en œuvre (2015-2016), le projet a bénéficié d’un suivi de recherche en liaison avec deux enseignants-chercheurs de l’ESPE de La Réunion :
*Yvan PAQUET, Président de l’Association de Psychologie Positive de l’Océan Indien, Responsable du DU « Introduction à la psychologie positive », Chercheur au Laboratoire IRISSE, Professeur associé au LRCS (UQAM), Chercheur associé à l’Institut des Sciences du Sport de Lausanne
*Mickaël VAUTHIER, enseignant-chercheur en Psychologie, Université de la Réunion, Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education, Laboratoire I-CARE (Institut Coopératif Austrak de Recherche en Education)

Evaluation
• Q0 Socle commun de connaissances, de compétences et de culture et évaluation des acquis des élèves.
• Q2 Développement des usages du numérique dans les établissements.
• Q5 Prévention de la violence : climat scolaire, gestion de classe.
• Q6 Dispositifs en faveur de l’égalité des chances : parcours scolaire des filles et des garçons.
• Q7 Scolarisation des élèves en difficultés d’apprentissage, handicapés et parcours scolaires.
• Q8 Formation des formateurs : ingénierie de l’accompagnement dont le tutorat et la formation ouverte à distance (FOAD).

Documents
Aucun

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
- cf ci-dessus

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves :
• Une meilleure maîtrise des émotions.
• Une demande de ces moments de pause méditation dans certaines circonstances.
• Une amélioration des résultats scolaires : c’est un effet pour lequel il faudrait réfléchir à une mesure scientifique ; néanmoins, qualitativement, on a constaté que ces techniques induisaient sur les élèves une meilleure attention, une meilleure concentration, une plus grande disponibilité aux apprentissages. Les résultats sont alors nécessairement impactés et c’est là un effet collatéral, non visé directement au départ du projet, qui n’est pas des moindres…
- Sur les pratiques des enseignants :
Une posture différente de l’enseignant vis à vis de sa classe, qui peut permettre de renforcer la relation enseignant-élève. L’enseignant qui mène ces temps de méditation ne peut pas être un simple prescripteur. Il doit lui-même avoir expérimenté. Sa propre expérience le conduit vers un développement personnel et donc vers un développement professionnel, qui impacte positivement sa relation pédagogique globale aux élèves.
- Sur le leadership et les relations professionnelles :
Le partage d’un moment de méditation au sein d’un groupe d’adultes renforce le sentiment de confiance mutuelle et d’appartenance à une communauté. Idem pour la dynamique de projet engagée.
- Sur l’école / l’établissement :
Un apaisement du climat scolaire.
- Plus généralement, sur l’environnement :
Une image d’établissement où il fait bon vivre et travailler.

Extrait du site Expérithèque : 2017F Clg Hubert Delisle : Vers plus de conscience, pour toute la vie

 

Reportage

Méditation de pleine conscience au REP+ collège Delisle de Saint-Benoît à La Réunion , Réunion

Répondre à cet article