> 4 - Education prioritaire > TYPE DE DOCUMENT > DOSSIERS > L’éducation prioritaire dans la circulaire de rentrée 2017 (BO du 9 mars (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’éducation prioritaire dans la circulaire de rentrée 2017 (BO du 9 mars 2017). Extraits et commentaire du Café

9 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Circulaire de rentrée 2017
NOR : MENE1707568C
circulaire n° 2017-045 du 9-3-2017
MENESR - DGESCO

EXTRAITS RELATIFS A L’EDUCATION PRIORITAIRE

[...] 1. Une École exigeante et attentive au parcours de chaque élève
1.1. Une ambition affirmée pour l’école et le collège

La priorité au premier degré

Depuis cinq ans, la priorité est donnée au premier degré. Cette priorité est à maintenir. Il s’agit de permettre à chaque élève d’acquérir dès le plus jeune âge les fondamentaux nécessaires à sa réussite. C’est le sens des nouveaux programmes d’enseignement mis en œuvre à la rentrée scolaire 2016. Les programmes de français et de mathématiques ont, en particulier, pour objectif de donner à chaque élève les connaissances et les compétences nécessaires pour assurer une bonne maîtrise de la langue et lutter contre l’innumérisme.

Les dispositifs mis en place depuis 2012 ont vocation à être renforcés afin de lutter au plus tôt et au mieux contre les difficultés scolaires et toute forme de déterminisme social. En poursuivant la mobilisation de l’ensemble des partenaires concernés, la dynamique en faveur de la scolarisation des enfants de moins de trois ans sera amplifiée, notamment dans les territoires de l’éducation prioritaire ou dans les secteurs ruraux ou de montagne isolés.
Quant au dispositif « Plus de maîtres que de classes », qui vise à prévenir et à lutter contre la difficulté scolaire et réduire ainsi les écarts de réussite, il sera, à la rentrée prochaine, déployé dans toutes les écoles primaires de l’éducation prioritaire. Ce dispositif implique la création de formations dédiées pour tous les acteurs permettant d’améliorer les compétences didactiques des enseignants, notamment les pratiques professionnelles induites par la co-intervention et le co-enseignement. L’aide apportée par les enseignants spécialisés et les psychologues de l’éducation nationale aux élèves rencontrant des difficultés persistantes est fondamentale pour améliorer leur réussite. L’action des Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED), distincte de celle des enseignants du dispositif "Plus de maîtres que de classes », sera donc soutenue par un pilotage renforcé de ces réseaux.

[...] 1.2. Des parcours scolaires cohérents et sécurisés

[...] Une orientation plus juste et mieux préparée [...]
[...] Les dispositions visant une meilleure préparation de l’orientation des élèves participent à la réduction des effets des inégalités sociales et notamment pour l’accès aux études supérieures. C’est le sens de la mise en place des parcours d’excellence, pour accompagner tous les élèves volontaires des collèges de l’éducation prioritaire et de territoires isolés de la classe de 3e au baccalauréat.

L’année scolaire 2017-2018 permet, après la généralisation à tous les collèges Rep+, l’extension du dispositif aux collèges Rep et la mise en œuvre au lycée du suivi individualisé des élèves de la classe de 3e Rep+ ayant intégré le dispositif à la rentrée 2016. Vous vous assurerez des bonnes modalités de l’accompagnement au lycée grâce à la mobilisation du partenariat avec les établissements d’enseignement supérieur et par le recours au tutorat par des étudiants.

[...] 1.3. Une École juste et inclusive
Lutter contre les inégalités sociales et territoriales

L’École a fait de la lutte contre les inégalités sociales et territoriales une priorité. Cet objectif concilie un soutien renouvelé aux élèves, aux établissements et aux territoires les plus fragiles dans une logique partenariale forte.

Faire réussir tous les élèves, quelle que soit leur origine sociale nécessite de développer partout, et particulièrement en éducation prioritaire, des pratiques pédagogiques qui s’adressent à tous, en prenant en compte, dans tous les temps de classe, les besoins des élèves les moins familiers de l’univers scolaire. Le référentiel de l’éducation prioritaire fournit des repères fiables aux équipes pour permettre de conforter et développer les orientations pédagogiques les plus efficaces pour la réussite de tous qu’il s’agisse d’enseigner plus explicitement en s’attachant à clarifier les enjeux des tâches scolaires, de faire percevoir aux élèves ce qu’il s’agit de comprendre et d’apprendre au-delà de ce qu’il s’agit de faire ou encore d’enseigner les compétences et les processus qui permettent de réussir et d’apprendre. Une circulaire spécifique renforcera les exigences attendues des différents niveaux de pilotage afin d’impulser et de soutenir plus fortement les évolutions pédagogiques souhaitées au sein des classes et des réseaux.

Notre volonté de réussite pour tous les élèves impose d’aider les familles en situation de précarité économique. Après une revalorisation des bourses de lycées de 10 % à la rentrée 2016, les bourses accordées aux collégiens d’origine modeste sont revalorisées de 25 % à la rentrée scolaire 2017 pour tous les échelons. Les mesures prises pour identifier et accompagner les familles qui ne sollicitent pas les bourses auxquelles elles sont pourtant éligibles sont renforcées. Parallèlement, le montant des crédits consacrés aux fonds sociaux des établissements scolaires atteint 65 millions d’euros en 2017, soit plus de 85 % d’augmentation depuis 2012. Cet effort permet d’aider au mieux les familles touchées par des difficultés économiques, et de mieux prendre en charge, en complément des bourses, les changements de situation des familles en cours d’année scolaire. Ces moyens supplémentaires accompagnent l’introduction, à l’article L. 131-13 du code de l’éducation, d’un droit à la cantine scolaire sans discrimination.
Afin de tenir compte des conditions de vie matérielle des familles, il est demandé à tous les enseignants de veiller à ce que les demandes de fournitures scolaires restent raisonnables. De même, l’organisation des sorties scolaires exige discernement, anticipation et accompagnement, pour permettre à tous les élèves d’y participer. Afin de porter au mieux la politique sociale du ministère et de la coopération avec les autres services sociaux, les personnels du service social en faveur des élèves voient leur rôle conforté par la publication prochaine d’une circulaire relative à leurs missions. Les créations d’emplois, engagées depuis 2012 et accentuées à la rentrée 2017, permettront d’intensifier leurs missions et de faire face à des besoins accrus, mais également d’étendre leurs interventions dans des écoles en Rep+.

[...] L’aide apportée aux élèves et aux familles les plus fragiles s’accompagne d’un soutien renforcé aux établissements et aux territoires les plus en difficulté et d’une volonté réaffirmée de favoriser la mixité sociale.

À la rentrée scolaire 2017, 450 postes sont ainsi alloués aux lycées d’enseignement général, technologique et professionnel les plus fragiles. Les autorités académiques allouent ces moyens supplémentaires aux établissements les plus en difficulté, selon des critères qu’elles définissent, comme les caractéristiques socio-économiques ou la part des élèves qu’ils scolarisent provenant de collèges en Rep+ et Rep.

Afin de renforcer la mixité sociale et territoriale, vingt projets ont été mis en place à la rentrée scolaire 2016. Prenant appui sur des diagnostics territoriaux et conçus de manière partenariale, en particulier avec les collectivités, ils bénéficient d’un accompagnement scientifique qui permettra de mesurer les effets des solutions retenues, en particulier la création de secteurs multi collèges. En 2017-2018, cet engagement s’amplifie et près de la moitié des départements français seront concernés par plus de 80 projets similaires. Signe de l’importance des enjeux de mixité sociale, les autorités académiques sont désormais tenues de présenter, chaque année, un bilan de l’évolution de la mixité sociale et scolaire de tous les établissements scolaires de chaque district devant le conseil départemental de l’éducation nationale.

[...] S’appuyant sur la volonté d’offrir les mêmes chances à tous les élèves, le parcours d’éducation artistique et culturelle a pour objectif de lutter contre les inégalités d’accès aux arts et à la culture. S’appuyant notamment sur le partenariat avec les acteurs du monde de l’art et de la culture, ou encore avec les collectivités territoriales, la structuration de ce parcours repose sur un pilotage territorial fort. Afin d’accompagner les territoires les moins pourvus de ressources culturelles, l’École a développé des dispositifs en lien avec le ministère de la culture et de la communication à l’exemple de l’opération « Création en cours ». Par ailleurs l’effort de déploiement de crédits supplémentaires prévu par la feuille de route interministérielle 2015/2017 en faveur de l’éducation artistique et culturelle se poursuivra, en veillant à une répartition qui prenne en compte les besoins des territoires prioritaires.

[...] 2.4. Une relation plus forte avec les parents au service de la réussite des élèves

La qualité de la relation entre l’École et les parents constitue un levier tant pour améliorer le climat scolaire que pour créer les conditions de la réussite scolaire. Le décret n° 2016-1574 du 23 novembre 2016 relatif aux représentants des parents d’élèves siégeant dans les conseils départementaux, régionaux, académiques et nationaux concrétise le « statut du parent délégué » qui englobe l’ensemble des réponses permettant de donner toute leur place aux parents. Il permet de favoriser leur engagement et la reconnaissance de leur engagement à l’École. Il est complété par l’action des fédérations de parents d’élèves dont le soutien a été renforcé.

Le dialogue avec les parents, y compris ceux qui sont éloignés de la culture scolaire, permet leur participation effective à la vie des écoles et établissements scolaires. Dans ce cadre, l’espace parents de l’établissement constitue un lieu essentiel pour instaurer un véritable dialogue avec les familles sur la scolarité de leur enfant ou sur des questions sociétales (la santé, et plus particulièrement les addictions, l’alimentation, le sommeil, etc.). Il s’appuie également sur le dispositif « La mallette des parents » en proposant des outils que les équipes éducatives utilisent pour animer la discussion avec les familles. Elle est accessible à tous sur le site « La mallette des parents » régulièrement alimenté par de nouvelles ressources.

Extrait de education.gouv.fr du 09.03.17 : Circulaire de rentrée 2017

 

Le dossier du MEN : "Préparer la rentrée 2017"

11 662 postes supplémentaires à la rentrée 2017
L’égalité sur tout le territoire
La refondation de la scolarité obligatoire
Le plan numérique pour l’éducation
La stratégie langues vivantes
Les quatre parcours éducatifs
Des nouveautés pour l’enseignement professionnel à la rentrée 2017
L’exigence d’une école inclusive pour les élèves en situation de handicap
Décrochage scolaire : objectif 80 000 en 2017
La grande mobilisation pour les valeurs de la République
Les mesures pour renforcer la sécurité des écoles, des collèges et des lycées
Le statut du parent délégué
Climat scolaire et lutte contre le harcèlement et les violences à l’école

 

[...] On notera aussi la mention des Rased :" L’action des Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) sera donc soutenue par un pilotage renforcé de ces réseaux". La ministre confirme qu’il y aura un maitre surnuméraire (maitre +) dans chaque école de l’éducation prioritaire à la rentrée 2017. Evidemment cela ne veut pas dire qu’il sera à temps plein dans chaque école, même s’il y aura 5161 maitres + pour 4353 écoles en rep. La circulaire mentionne les APC et rappelle l’obligation du lien avec le collège.

Renforcement du pilotage en éducation prioritaire
La circulaire s’attache aussi à l’éducation prioritaire. La circulaire affirme vouloir renforcer le pilotage. "Le référentiel de l’éducation prioritaire fournit des repères fiables aux équipes pour permettre de conforter et développer les orientations pédagogiques les plus efficaces.. Une circulaire spécifique renforcera les exigences attendues des différents niveaux de pilotage afin d’impulser et de soutenir plus fortement les évolutions pédagogiques souhaitées au sein des classes et des réseaux". Pour la ministre, la nouvelle politique d’éducation prioritaire donne des fruits. Elle cite des augmentations du taux de réussite au brevet.

Elle rappelle aussi les aides aux familles :l es bourses pour les collégiens seront réévaluées de 25% à la rentrée , les fonds sociaux des lycées passeront à 65 millions. 450 postes seront attribués aux lycées "fragiles" :" Les autorités académiques allouent ces moyens supplémentaires aux établissements les plus en difficulté, selon des critères qu’elles définissent, comme les caractéristiques socio-économiques ou la part des élèves qu’ils scolarisent provenant de collèges en Rep+ et Rep."

La politique de mixité sociale et territoriale sera poursuivie : " En 2017-2018, cet engagement s’amplifie et près de la moitié des départements français seront concernés par plus de 80 projets similaires".

Extrait de cafepedagogique.net du 10.03.17 : Circulaire de rentrée : Le testament pédagogique de N Vallaud Belkacem

Répondre à cet article