> 4 - Education prioritaire > POSITIONS > Positions syndicales (ZEP) > Présidentielle. La Peep propose que des professeurs des écoles puissent (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Présidentielle. La Peep propose que des professeurs des écoles puissent intervenir en collège auprès des élèves les plus en difficulté

1er avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Les "propositions présidentielles" de la PEEP

"Y en a marre de ces CDEN et CAEN (Conseils départementaux et académiques de l’Education nationale) où les parents siègent pendant des heures et qui ne sont que des lieux de transmission d’informations." Valérie Marty présentait hier, 29 mars, à la presse les "propositions présidentielles" de la PEEP. La fédération de parents d’élèves, qu’elle préside encore pour quelques semaines, estime que ces conseils consultatifs doivent être remplacés par des "instances décisionnaires où siégeront les représentants des parents d’élèves" et qui pourront, "par exemple, décider de l’allocation des moyens, de la politique de recrutement des enseignants, des modalités de pilotage des politiques engagées".

Cette revendication en appelle une autre, que les parents élisent directement et pour trois ans leurs représentants dans ces instances départementales et académiques. Ils seraient moins tentés de voter pour des associations indépendantes, qui n’ont pas d’ambitions au-delà de l’école ou de l’établissement auquel elles se limitent.

Un satisfecit à la ministre, mais des réformes illisibles
La fédération accorde toutefois son satisfecit à la ministre pour la place qu’elle a donnée aux fédérations de parents, et que "personne ne pourra (leur) reprendre". Elle est en revanche sévère pour la réforme des rythmes scolaires, "une réforme violente" sur laquelle il faudrait revenir, en annualisant le temps scolaire, et avec des textes ouverts à des projets innovants, par exemple ceux que propose Claire Leconte avec un allongement de la matinée. La PEEP demande aussi à ce sujet que soit créé un "conseil communal", la question ne pouvant être réglée au niveau de chaque école par son conseil.

Pour le reste des réformes du quinquennat, la PEEP estime qu’il reste "encore beaucoup de chemin" à parcourir pour la formation des enseignants, que les nouveaux programmes ne sont "pas beaucoup plus lisibles que les précédents", que la réforme du collège est "illisible", que "les parents pataugent" sur celle du DNB (le brevet).

Les parents ne sont pas demandeurs d’uniformes ou de portiques
Valérie Marty ne s’en montre pas moins sceptique lorsqu’on l’interroge sur les propositions pour l’éducation de François Fillon, hors l’idée que la présidence des conseils d’administration des collèges et lycées pourrait être ouverte aux parents. Mais ceux-ci ne sont pas demandeurs de portiques ou d’uniformes. Et "ils tiennent à leur école publique", c’est à elle que doivent aller les moyens, le soutien au privé hors-contrat la déstabiliserait et provoquerait "le développement d’écoles à caractère sectaire".

Parmi ses trente propositions, à noter plus particulièrement "un continuum pédagogique de la maternelle au collège" et la possibilité pour les professeurs des écoles, "plus spécialisés dans les apprentissages fondamentaux", d’intervenir au collège auprès des élèves les plus en difficulté.

- Une école qui accompagne les élèves, c’est à dire qui leur "apprend à apprendre".

- Susciter le développement de la capacité à créer chez chaque enfant.

- La création, à l’instar des associations sportives, d’associations culturelles et artistiques au sein de chaque établissement scolaire, regroupant élèves, parents, enseignants et acteurs du monde culturel.

- Un enseignement de l’informatique, des classes de primaire jusqu’au lycée (ce qui suppose la création d’un CAPES et d’une agrégation).

- L’enseignement des langues vivantes devra être complètement réformé et les élèves doivent pouvoir "séjourner régulièrement à l’étranger"

- Des "cordées des parents" pour que les parents qui le peuvent aident d’autres parents.

- Une nouvelle instance d’élaboration des programmes composée non seulement des experts, mais intégrant aussi des acteurs de la vie civile, dont les parents d’élèves.

Ces propositions ont été élaborées en tenant compte des avis déposés par quelque 200 personnes sur la plateforme collaborative de la PEEP

Extrait de touteduc.fr du : Les propositions présidentielles dela Peep

Répondre à cet article