> 4 - Education prioritaire > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, parents, santé, internat...) > RELATIONS PARENTS-ECOLE > Actions en direction de parents étrangers > Dans le cadre de "Ouvrir l’École aux parents", la métropole de Toulouse crée (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans le cadre de "Ouvrir l’École aux parents", la métropole de Toulouse crée un parcours citoyen, une formation d’un an pour les parents migrants et allophones

7 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

"Ouvrir l’École aux parents" : à Toulouse, un "parcours citoyen" pour les parents

Une quarantaine de parents ont reçu, ce lundi 29 mai 2017 des mains du maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc, un diplôme "original". Celui-ci récompense une année de formation suivie dans le cadre du dispositif "Ouvrir l’École aux parents pour la réussite des enfants" (Oepre).
Ici, à ce dispositif national co-financé par les ministères de l’Éducation nationale et de l’Intérieur, s’est agrégé un partenaire supplémentaire, la Métropole qui, dans le cadre de son contrat de ville 2015-2020, a notamment inscrit, en sus des modalités encadrées par circulaire (ici), un "parcours citoyen" pour ouvrir ces parents migrants et allophones également à la culture et au patrimoine français.

La Métropole finance à ce titre des visites au musée ou encore des sorties au théâtre (bus, billetterie...), tout comme, depuis l’an passé, cette remise des diplômes. Une cérémonie jugée importante par le maire de Toulouse, car elle permet d’ "encourager" ceux qui se sont engagés dans la démarche, "d’inciter d’autres à le faire" et de montrer que l’on est dans "une société où l’intégration n’est pas simplement un mot, un principe, mais aussi quelque chose de vécu".

Extension du dispositif dans 7 des 8 départements de l’académie à la rentrée prochaine
Le dispositif Oepre est opérationnel à Toulouse depuis 2009 et doit s’étendre à la rentrée prochaine à 7 des 8 départements que couvre l’académie de Toulouse (hors Ariège). En 2015-2016, il a concerné 80 parents et en 2016-2017, 112 parents, répartis dans 9 établissements toulousains, principalement des collèges. Chacun de ces pôles bénéficie pour ce faire d’un budget de 3 200 euros. Enseignants spécialisés en FLE (Français langue étrangère), enseignants de l’établissement, autres personnels, voire partenaires associatifs sont sollicités, selon les thèmes, pour intervenir auprès des parents.

80 heures de formation, dont la répartition dans le temps est laissée à l’appréciation de chaque pôle, sont dispensées au parents d’octobre à juin. Les trois quarts des heures sont consacrées à l’initiation à la langue française (comprendre, parler, lire, écrire) et un quart à l’enseignement des valeurs de la République et au fonctionnement de l’école. La formation démarre par une visite de l’établissement et la rencontre avec l’ensemble des personnels.

Les parents sont quant à eux "recrutés" par le biais des enfants scolarisés en classes allophones, la communication faite auprès des enseignants, de l’ensemble du réseau associatif du quartier et par le biais d’une campagne d’affichage et la distribution de flyers.

Participation de parents à un EPI
Cette année, autre originalité, des parents formés au sein du collège Hubertine Auclert ont été sollicités sur un EPI (enseignement pratique interdisciplinaire), organisé en 4e sur le thème "les migrations". Outre témoigner de leurs propres parcours, les parents ont aussi organisé un repas avec des produits de leurs pays d’origine.

Interrogée sur l’impact du dispositif, la chargée de mission politique de la ville à la Direction des services départementaux de l’éducation nationale de la Haute-Garonne (DSDEN 31), Isabelle Lazerges, relève que les parents concernés n’hésitent plus ensuite à "rentrer dans l’école". Les personnels des établissements constatent aussi des changements de comportement chez les enfants dont les parents suivent le dispositif. "Les enfants se disent très fiers de leurs parents, du coup, ils ne veulent pas décevoir non plus", observe Isabelle Lazerges. Enfin, le parcours citoyen dédié à ces parents et qui fait l’originalité de l’opération Oepre dans la Ville rose a aussi pour mérite, selon elle, "d’inciter notamment les femmes à sortir de leurs quartiers, de leur apprendre à se déplacer et à se repérer dans la ville dans laquelle elles viennent peu ou pas du tout". Les femmes restent d’ailleurs très majoritaires dans le dispositif, un constat observé aussi au niveau national selon la chargée de mission : elles représentent les trois quarts des personnes formées à Toulouse. Un seul homme était d’ailleurs présent à la cérémonie de remise des diplômes.

Extrait de touteduc.fr du 29.05.17 : "Ouvrir l’École aux parents" : à Toulouse, un "parcours citoyen" pour les parents

Répondre à cet article