> 5 - Education prioritaire > TYPE DE DOCUMENT > DOSSIERS > "Éducation populaire : politisation et pratiques d’émancipation", dossier de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Éducation populaire : politisation et pratiques d’émancipation", dossier de la revue Agora débats/jeunesses 2017/2 (N° 76), 2 études sur "L’orchestre à l’école " et sur les choix scolaires des familles

17 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Le sommaire du dossier

EXTRAITS (articles)

La démocratisation culturelle à petits pas. Les visées mi-scolaires mi-artistiques d’un orchestre à l’école,
par Frédérique Giraud

Postdoctorante à l’université Toulouse 3, membre du Centre Max-Weber, équipe Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations (CNRS-UMR5283).
frederique.giraud.at.ens-lyon.fr
Pages 23 - 37

DOI : 10.3917/agora.076.0023
Éditeur : Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

Résumé
L’auteure étudie un dispositif de démocratisation de l’enseignement des pratiques artistiques, l’Orchestre à l’école, déployé dans une école élémentaire d’un quartier défavorisé d’immigration dans une banlieue en fragilité sociale d’une grande ville française. Ce dispositif fait l’objet d’une valorisation intense de la part des élèves, sans pour autant que les objectifs inscrivant l’action dans la politique de démocratisation de la ville soient lisibles, homogènes chez tous les intervenants, ni toujours concrètement mis en œuvre. Ce paradoxe constitue le point névralgique permettant de comprendre l’ambivalence du dispositif entre exigences artistiques et scolaires.

Plan de l’article
La découverte de la pratique instrumentale entre socialisation, sociabilité et progrès scolaires
Les contours négociés de l’enseignement instrumental
Un dispositif scolarisé
Un outil de différenciation au sein de la cité
Confrontation à des situations culturelles savantes
Musique et déclic scolaire
Conclusion

Extrait de cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses 2017 : La démocratisation culturelle à petits pas

 

À l’école de la ville. Scolarité et socialisation urbaine des enfants : regards de parents,
par Clément Rivière

Maître de conférences en sociologie (université de Lille 3) et chercheur au Centre de recherche Individus, épreuves, sociétés (CeRIES). Corédacteur en chef de Métropolitiques.

Pages 39 - 52

Résumé
Cet article s’appuie sur une enquête par entretiens conduite auprès de parents (n = 88) à Paris et à Milan pour mettre en lumière le rôle que joue l’institution scolaire dans le processus de socialisation urbaine des enfants. En explorant le volet urbain des effets socialisateurs de l’expérience scolaire, il montre notamment comment les choix scolaires des familles constituent l’un des ressorts de la différenciation sociale de la socialisation à la ville et au quartier, contribuant en dernière analyse à produire des inégalités entre les enfants.

Plan de l’article
Cadre méthodologique
Un processus de socialisation structuré par la carrière scolaire
Choix scolaires et différenciation sociale du processus de socialisation urbaine
Conclusion

Extrait de cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses 2017 : À l’école de la ville.

 

Le dossier
Agora débats/jeunesses
2017/2 (N° 76)
Éducation populaire : politisation et pratiques d’émancipation

Pages : 170
Éditeur : Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
Revue précédemment éditée par L’Harmattan
Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr
ISBN : 9782724634853
ISSN : 1268-5666
Site internet http://www.injep.fr/boutique/term/564

Présentation
Si l’on constate un renouveau de l’éducation populaire aujourd’hui c’est moins par les méthodes et les pratiques étudiées que par la réaffirmation de postures politiques et contestataires venant rappeler que tout geste éducatif est produit par des tensions entre visées émancipatrices et participatives.

D’une part, en effet, les acteurs qui revendiquent un retour à l’éducation populaire l’investissent d’une forte dimension politique et expérimentale. D’autre part, les chercheurs qui s’y intéressent explorent la question du rapport au politique en lien avec les transformations des manières de faire citoyenneté, de penser les alternatives ou les contre-pouvoirs. Cela produit sans doute une distorsion dans l’appréhension du phénomène de l’« éducation populaire » en le réduisant à ses dimensions les plus militantes, excluant les acteurs plus institués. Mais cet éclairage permet d’ouvrir un espace de possibles qui structure chez les acteurs le sentiment d’un « réenchantement » des pratiques démocratiques appuyées sur les enjeux éducatifs.

Extrait de cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses 2017 : Éducation populaire : politisation et pratiques d’émancipation

Répondre à cet article