> 4 - Education prioritaire. 250 sous-rubriques (SR) > POSITIONS (5 SR) > Autres positions : association, journaliste, observateur, personnalité... (...) > CP à 12 et PDM : "La démarche scientifique de J.-M. Blanquer", par Bernard (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

CP à 12 et PDM : "La démarche scientifique de J.-M. Blanquer", par Bernard Toulemonde (Igen honoraire). "Ce qu’en dit la recherche", par Faïza Zerouala, journaliste à Mediapart (article payant)

3 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

La politique éducative vue par le nouveau ministre, Jean-Michel Blanquer
Bernard Toulemonde 26 juin 2017
Société Éducation, formation, recherche

[...] La démarche scientifique de Jean-Michel Blanquer

À ce vademecum, Jean-Michel Blanquer ajoute ses convictions personnelles qui portent essentiellement sur la méthode de pilotage, assez neuve dans l’Éducation nationale. Faisant fi des clivages politiques, idéologiques ou corporatistes, il place l’épanouissement de l’enfant et l’éducation à la liberté comme finalités premières du système éducatif. Au service de cette fin, il trace une démarche intellectuelle qui permet de rationaliser l’action à entreprendre ; cette démarche comporte trois dimensions :

Où en sommes-nous ? Quelle analyse peut-on faire de la situation sur tel ou tel point ? Quelles en sont les caractéristiques et quels sont les résultats ?

Quelles leçons peut-on tirer de ce qui se fait ailleurs, en particulier à l’étranger ? J-M.Blanquer intègre dans sa réflexion les solutions mises en oeuvre dans les pays qui caracolent en tête des évaluations internationales (pays nordiques et asiatiques).

Que nous apporte la recherche ? Que disent les chercheurs français et étrangers des divers secteurs : sciences cognitives, sciences sociales et économiques, sciences de l’éducation ? Quelles conclusions tirent-ils des expériences menées çà et là, sont-elles efficaces ? À cet égard, plusieurs expériences menées à l’initiative de J-M. Blanquer lui-même ont fait l’objet d’évaluations scientifiques : par exemple, « la mallette des parents » dans l’académie de Créteil ou les « internats d’excellence » créés sous son autorité un peu partout en France. C’est aussi pourquoi, il envisage de centrer la mission des corps d’inspection sur les audits d’établissements plus que sur l’inspection des personnels.

En somme, faire entrer la science et l’efficacité dans la décision de politique éducative ! Une réelle nouveauté dans un pilotage habituellement fondé sur des idéologies, des impressions peu étayées sur le plan scientifique et des « expérimentations » généralisées rapidement, sans évaluation.

L’école primaire, priorité des priorités
A partir de cette démarche, Jean-Michel Blanquer définit ses priorités aux différents niveaux. La priorité des priorités, c’est l’école primaire, là où les inégalités vont s’enkyster si l’on n’y prend garde immédiatement. La maternelle doit être l’école du langage, s’inspirer de la pédagogie Montessori de l’expérience et du jeu, éduquer aussi à la vie sociale et au respect de l’autre. Pour leur part, les classes élémentaires ont pour objet essentiel l’acquisition des fondamentaux, auxquels l’essentiel des horaires doit être consacré (20 h/semaine en français et maths) ; la pédagogie doit s’inspirer des meilleures méthodes aux yeux des spécialistes des neurosciences (notamment Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France) ; les évaluations des élèves de CE2 et CM2 (supprimées en 2012) doivent guider le travail des enseignants et remédier aux difficultés rencontrées.
Sur le plan matériel, les moyens doivent renforcer l’action dans les établissements difficiles, avec la réduction du nombre d’élèves par classe, préconisée par les travaux de deux chercheurs de l’EHESS, Thomas Piketty et Mathieu Valdenaire, en 2006, et par des études anglo-saxonnes (quoique d’autres chercheurs doutent de son efficacité). Enfin, gage de succès, les parents doivent être étroitement associés à l’éducation de leurs enfants par le biais, par exemple, d’une « maison des parents ».

Extrait de telos-eu.com.fr du 26.06.17 : La politique éducative vue par le nouveau ministre

 

Classes allégées ou maîtres supplémentaires : ce qu’en dit la recherche
par Faïza Zerouala (article payant)

Le ministre de l’éducation nationale a promis de réduire à 12 élèves les classes de CP en REP +, le grade supérieur de l’éducation prioritaire. L’idée n’est pas nouvelle et la recherche a une assez bonne connaissance de l’efficacité du dispositif. Seulement, ces CP allégés entrent en concurrence avec le « Plus de maîtres que de classes », qui a fait l’objet d’une moindre évaluation scientifique.

Extrait de mediapart.fr du 01.07.17 : Classes allégées ou maîtres supplémentaires : ce qu’en dit la recherche

Répondre à cet article