> 5 - Education prioritaire > TYPE DE DOCUMENT > DOSSIERS > Une évaluation du PDMQDC par Yves Duterc et Éric Maleyrot (CREN) dans (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une évaluation du PDMQDC par Yves Duterc et Éric Maleyrot (CREN) dans l’ouvrage collectif "Professionnalisme enseignant et politiques de responsabilisation", éditions Deboeck Supérieur, 2017 (ToutEduc)

2 août Version imprimable de cet article Version imprimable

Quels impacts des politiques avec objectifs de résultats et de performance sur le professionnalisme et la responsabilisation sociale des enseignants ? (ouvrage collectif)

Depuis une vingtaine d’années, l’école est soumise de plus en plus, dans de nombreux pays, à une obligation de résultats et de performance. Quatorze chercheurs se sont penchés sur la façon dont ces politiques peuvent impacter le travail, le professionnalisme des enseignants et leur "responsabilisation sociale", mais aussi sur la façon dont elles sont accueillies par tous les protagonistes, en y incluant l’école dans son ensemble (acceptation, résistance, adhésion...).
Leurs contributions sont réunies dans un ouvrage paru en juin 2017 aux éditions Deboeck Supérieur, "Professionnalisme enseignant et politiques de responsabilisation", réalisé sous la direction d’Yves Dutercq, co-directeur du CREN (Centre de recherche en éducation de Nantes) et de Christian Maroy, sociologue (universités de Montréal et de Louvain) et titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les politiques éducatives.

Les études de cas qu’ils proposent sur 10 chapitres sont, disent-ils, "complémentaires" : parce qu’elles portent sur des dispositifs très variés (évaluation des acquis des élèves, orientation, formation des enseignants...) et parce que ces dispositifs prennent corps dans différents contextes nationaux (Belgique, Brésil, Espagne, France, Québec et Suisse).

Le maître + en tant qu’outil de responsabilisation ? Un dispositif jugé incomplet
L’étude de cas proposée en France porte sur le dispositif Plus de maîtres que de classes. Une étude choisie parce que cette mesure induit à la fois une forte responsabilisation des personnes et des équipes - un enseignant supplémentaire "conduit à une forte remise en question des routines enseignantes" même si cette responsabilisation est "encadrée", écrivent Yves Dutercq et Éric Maleyrot (Centre de recherche en éducation de Nantes) -, mais aussi une gestion axée sur les résultats, double dimension que l’on retrouve dans "des mesures d’action publique initiées dans de très nombreux systèmes scolaires".

En s’appuyant sur un recueil de données issues d’une enquête territorialisée et d’une enquête nationale réalisée par un autre groupe de chercheurs, les deux auteurs ont étudié trois écoles d’une même académie dotées d’un maître surnuméraire. De cette étude, ils concluent d’abord que ce dispositif, en tant qu’outil de responsabilisation sociale des enseignants et de "reddition de comptes" (fait de rendre des comptes), est incomplet et ambigu. Ainsi, observent les chercheurs, la "reddition des comptes" "rencontre incompréhension et réticences", en même temps que des indicateurs pour évaluer l’impact du dispositif sur les élèves et sur leurs pratiques "ne sont pas prévus".

De plus, cette absence de prévision de modalités d’évaluation du dispositif au niveau national, à laquelle s’ajoute "l’absence de préparation des équipes d’école et de circonscription", place les acteurs de proximité dans une situation de responsabilisation particulièrement élevée et parfois de tension : entre, d’une part, les attentes de leur hiérarchie et les priorités des projets académiques, et, d’autre part, "les réticences, les frilosités, les craintes et tout simplement les difficultés pratiques de ceux qui agissent dans les écoles". Cet exemple renvoie aux "contradictions des politiques de responsabilisation", jugent les chercheurs.
Pour autant, ces derniers notent que l’instauration du dispositif fait ressortir "deux formes de professionnalité" : d’une part une ouverture à la co-intervention et, magré tout, une "acceptation consensuelle d’une certaine reddition de comptes", et, d’autre part, "la recherche du confort pédagogique" des enseignants, en même temps que celle du "mieux-être des élèves pour apprendre".

Une pression institutionnelle grandissante mais en réalité "non contraignante"
Au regard de tous les cas analysés dans cet ouvrage collectif, Yves Dutercq et Christian Maroy concluent que, même si elles font l’objet d’une "grande diversité" d’interprétations, ces politiques de responsabilisation des enseignants sur leurs résultats accompagnent néanmoins d’autres dispositifs plus larges (orientation, développement professionnel, incitation à l’innovation pédagogique) qui "tendent à renouveler et renforcer la responsabilité morale et professionnelle des personnels à l’égard de la réussite de leurs élèves et plus généralement de l’efficacité de leurs établissements".

Ils dégagent également trois grands constats concernant l’effectivité de ces politiques et leurs incidences sur le travail et le professionnalisme enseignants. Ils observent d’abord des "variations assez fortes" concernant les effets de ces politiques sur le fonctionnement de la classe et sur les pratiques. Variations qui s’expliquent, c’est leur deuxième constat, par le fait que dans la plupart des politiques observées, la "pression institutionnelle visant à responsabiliser les enseignants, que ce soit par rapport à la réussite ou l’orientation des élèves ou à leur propre développement professionnel" est en réalité "non contraignante" et "rarement clairement prescriptive". Enfin, les auteurs observent, au regard notamment de l’enquête menée autour de la politique de gestion axée sur les résultats mise en œuvre dans l’État de Pernambuco (Brésil) ou encore au Québec, que plus les demandes, les évaluations, les préconisations émanent d’experts externes (dans le dernier cas, d’une commission scolaire), plus les personnels enseignants ressentent une nette dégradation de leurs conditions de travail.

"Professionnalisme enseignant et politiques de responsabilisation" Sous la direction d’Yves Dutercq et Christian Maroy, Collection Perspectives en éducation & formation, éditions Deboeck Supérieur, 266 pages, 36 €

Extrait de touteduc.fr du 01.08.17 : Quels-impacts-des-politiques-avec-objectifs-de-resultats-et-de-performance-sur-le-professionnalisme-et-la-responsabilisation-sociale-des-enseignants-ouvrage-collectif-

Répondre à cet article