> 4 - EDUCATION PRIORITAIRE 250 sous-rubriques (SR) > TYPE DE DOCUMENT (21 SR) > ETUDES (15 SR) > Etudes diverses > Une étude québécoise analyse les effets ségrégatifs de la concurrence entre les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une étude québécoise analyse les effets ségrégatifs de la concurrence entre les établissements

13 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Egalitarisme : L’étude qui contredit Blanquer

Alors que le ministre de l’éducation nationale pourfend "l’égalitarisme" en éducation et demande une diversification des établissements scolaires, une nouvelle étude québécoise de l’IRUS dénonce les effets négatifs de cette politique dans la province. Elle montre les effets négatifs de la mise en concurrence des établissements par une diversification de leur offre. Pour l’IRIS c’est cette politique de diversification qui explique la chute des résultats de tous les élèves y compris les plus privilégiés. L’étude invite à remettre au centre de la politique éducative la mixité sociale. Un concept qui intéresse peu le nouveau ministre français...

Extrait de cafepedagogique.net du 11.09.17 : Egalitarisme : L’étude qui contredit Blanquer

 

Une étude québécoise, analysant les résultats du développement de la concurrence au sein du marché scolaire depuis le début des années 2000, éclaire utilement les orientations données à notre propre système éducatif (Jean-Pierre Véran)

Quand le ministre français de l’éducation nationale pourfend l’égalitarisme comme facteur d’inégalité scolaire et affirme le 27 juillet sur France Culture que « c’est par plus de liberté que l’on peut aller vers plus d’égalité [1] », la note socioéconomique documentée de l’IRIS[2], publiée en septembre 2017, observe la détérioration de la qualité des enseignements offerts à la majorité des jeunes québécois par un marché scolaire caractérisé par la concurrence entre privé et public et entre établissements publics.

Les auteurs observent qu’ « avec l’essor du néolibéralisme dans les années 1980 », apparaît « une nouvelle dynamique : la marchandisation et la mise en concurrence des établissements, au nom de l’efficience prétendue des solutions inspirées des mécanismes de marché ». Ils s’attachent donc à « à mieux comprendre deux mécanismes de ségrégation scolaire basés sur la sélection des élèves : la place envahissante du système privé et le développement des programmes particuliers ».

Extrait de mediapart.fr du 11.09.17 : Concurrence scolaire et inégalités. Quelles leçons du Quebec ?

Répondre à cet article