> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > Liaison Recherche / Pratiques (Général.) > "Science et pédagogie : déformations et impostures", une chronique de Paul (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Science et pédagogie : déformations et impostures", une chronique de Paul Devin sur son blog Mediapart : - L’expérimentation Alvarez - Agir pour l’école et Parler

26 septembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Science et pédagogie : déformations et impostures (1) l’expérimentation Alvarez

Le premier d’une série de billets sur des affirmations scientifiques censées faire la preuve de la pertinence d’un choix pédagogique mais déformées ou manipulées par volonté idéologique,...Il est consacré à l’expérience de Céline Alvarez à l’école maternelle Lurçat de Gennevilliers ; le prochain s’intéressera aux relations entre l’association « Agir pour l’École » et le programme PARLER, …

La caution scientifique inexistante de Cécile Alvarez
Une multitude d’articles de presse ont affirmé que l’expérience menée par Céline Alvarez à l’école maternelle Lurçat de Gennevilliers avait donné lieu à une recherche menée par le CNRS de Grenoble. Ces articles affirmèrent que les résultats positifs obtenus par Céline Alvarez étaient confirmés par une évaluation assurée par le même CNRS de Grenoble, garantissant la preuve scientifique des progrès extraordinaires des élèves. La presse(1) avait parlé de résultats probants.

Extrait de mediapart.fr/paul-devin du 07.09.17 : Science et pédagogie : déformations et impostures (1) l’expérimentation Alvarez

 

Quand l’argument de la validation scientifique apparaît à nouveau comme une stratégie de communication pour défendre des choix idéologiques sans que réellement on puisse en tirer quelque conclusion que ce soit pour légitimer les méthodes prônées.

Le programme PARLER
Entre 2005 et 2008, l’expérimentation PARLER était menée dans des écoles grenobloises dans la prolongation de travaux menés par Michel Zorman depuis la fin des années 1990. Lors d’un colloque (1) Michel Zorman affirme que « l’évaluation [de l’expérience] montre un effet positif et significatif du programme PARLER sur chacune des habiletés testées (compréhension, orthographe, vocabulaire, fluence de lecture, QI). Tous ces résultats convergent pour montrer l’efficacité́ des mesures mises en place dans le programme afin de faciliter l’entrée des élèves dans l’écrit. ». L’article que publie l’équipe grenobloise (2) confirme les effets positifs de l’expérimentation mais redouble cependant de précautions rappelant que les résultats positifs ne permettent pas encore de tirer des conclusions sur l’efficacité de PARLER (p.66) et qu’« il faut demeurer prudent dans l’interprétation de ces résultats. » [...]

L’association « Agir pour l’Ecole » s’en mêle...
Mais voilà qu’intervient l’association « Agir pour l’école ». L’association « Agir pour l’Ecole » se donne l’objectif d’expérimenter pour vaincre l’échec scolaire. Présidée par Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne, l’association est le bras armé du think tank sur les questions scolaires. Jean-Michel Blanquer était, jusqu’à une date récente, membre du comité directeur de l’association.
Extrait de mediapart.fr/paul-devin du 07.09.17 : Science et pédagogie : déformations et impostures

 

Voir sur le site OZP les mots-clés

Liaison avec Recherche (Action loc.) (gr 4)/

Pédag. Neurosciences, Pédag. cognitive (gr 4)/

Pédag. Montessori (gr 4)/

Répondre à cet article