> 6 - Pédagogie / Formation > Actions interdegrés > B* Arti-Cité : Recevoir des élèves d’autres établissements/académies afin de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Arti-Cité : Recevoir des élèves d’autres établissements/académies afin de leur faire aimer le patrimoine de proximité au collège REP+ Louis Nucéra de Nice (Journée Innov. 2018)

23 novembre Version imprimable de cet article Version imprimable

2018F-Arti-Cité : Liaison inter-degrés,Cultures et Territoire

Collège [REP+] Louis Nucéra
2 pont RENE COTY , 06300 NICE
Site : http://www.ac-nice.fr/college-nucera/
Auteur : Dupuy Ariane et Lemaitre Mathilde
Mél : ariane.dupuy@ac-nice.fr mathilde.lemaitre@ac-nice.fr

Des élèves deviennent « passeurs de culture » pour d’autres élèves. Grace à un travail de projet interdisciplinaire (arts plastiques, musique, langues vivantes, français, EPS) considéré comme EPI, dans lequel chaque classe réalise une part spécifique mais complémentaire du projet les élèves visent un but commun : recevoir des élèves d’autres établissements/académies afin de leur faire aimer le patrimoine de proximité. Les élèves deviennent acteurs et créateurs de leurs réalisations comme de leurs interventions, ils évoluent et s’approprient leurs espaces (muséal, architectural, géographique, historique et culturel) comme leurs outils, ils maitrisent leurs savoirs et les recherches et s’investissent dans la vie de la cité de manière active et pérenne.


Plus-value de l’action
Cette action fait naitre le plaisir d’apprendre !

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
5 classes de 6° : 6°1/6°2/6°3 /6°4/6°7 4 classes de 3° : 3°1/3°2 (classe médiation) /3°4 (classe créations sonores) / 3°6 (classe communication) 4 classes de CM 2 classes d’enseignement de spécialité Arts-plastiques et Art Danse du lycée Apollinaire

A l’origine
Réseau REP+ avec des familles en situations sociales défavorisées n’ayant pas accès à la culture. Des ressources culturelles bien présentes, riches et diversifiées sur le territoire Nice-Est. Des élèves en manque de confiance avec un niveau de l’ « estime de soi » assez bas, manque de vocabulaire et conflits présents. Difficulté avec le regard d’autrui sur soi. Et pourtant une curiosité et une créativité très développées. Possibilité de créer des liens affectifs très fort. Dans sa lettre accompagnant la Charte de l’Éducation Artistique et Culturelle, notre recteur Emmanuel Ethis rappelle cet objectif : « favoriser la construction de références communes », et s’appuyant sur « la diversité des points de vue et des sensibilités, tout en les unifiant » permettre à la culture de devenir un « facteur d’unité ». En lisant ce document, convaincue que c’est bien dans l’espace et le temps du quotidien que notre travail de passeur de culture doit se vivre. Nous avons été frappé par ces directions qui, au delà de leur résonance indubitable avec l’enseignement des arts , trouvent en échos très fort avec l’axe principal du projet « Arti-cité »et qui pourrait reprendre à son compte cette phrase conclusive : rendre nos élèves leurs « propres médiateurs d’une culture partagée ». Désirant aider nos élèves à devenir des « passeurs de culture » nous avons en équipe eu l’occasion de travailler très activement et spécifiquement dans ce sens depuis quelques années voyant nos projets prendre de l’ampleur et de l’intérêt auprès es équipes pédagogiques et surtout auprès des élèves.

Objectifs poursuivis
Contribuer à développer « l’Estime de soi », la confiance en soi et envers autres Améliorer le vivre ensemble en favorisant un travail collectif et basé sur la mixité Mettre en pratique le respect de soi et d’autrui Favoriser les valeurs de tolérance, de mixité, d’écoute Parvenir à partir d’individualités à créer un projet collectif

Description
Rendre nos élèves acteurs et passeurs culturels de leur patrimoine, leur donner envie de faire connaître et partager leur ville, leurs musées, les œuvres d’arts qui s’y trouvent en enclenchant une véritable dynamique citoyenne d’appropriation qui porte ses fruits de manière pérenne bien au delà du temps de projet qui ne serait finalement que l’impulsion initiale.
Projet « Sur le Fil » Ouvrir le dialogue,s’approprier des connaissances et mettre en œuvre des compétences lors d’échanges entre les élèves de différents niveaux, sur la dimension artistique. Ces liens s’appuieront sur un échange linguistique CM/6° et 3°, en travaillant sur la production de réalisations plastiques, créations chorégraphiques et littéraires autour de différentes thématiques des œuvres du musée Chagall. Projet « NiceArt » (EPI niveau 3° :) Les échanges entre Français, langues (Anglais,Italiens,Espagnol), musique, et Arts déboucheront sur la réalisation de créations sonores. A Chaque rencontre inter-classes,inter-degrés les élèves produiront des articles en 4 langues mis en lien sur le site du collège (lien avec les TICE). Les œuvres choisies par les groupes d’ élèves de 3° (au MAMAC et au Musée Chagall)seront analysées (enseignants/médiateurs des structures). Les connaissances ,la compréhension et l’appropriation des œuvres (contexte social et historique, processus de création de l’artiste) feront l’objet d’un exposé oral sensible et plastique in situ face à un public . Les œuvres choisies seront également les œuvres supports pour la médiation culturelle dans le cadre du projet « Mediterr’Art ». Les élèves du lycée présenteront une déambulation Dansée (Travail sur l’improvisation Danse/Arts plastiques) autour des œuvres du MAMAC.

Modalité de mise en oeuvre

- Travail de pilotage avec les équipes pédagogiques pour que chaque projet et chaque réalisation finale s’intègrent à un projet plus globalisant. Ce projet de restitution plus global s’organise autour d’un Parcours artistiques déambulatoire,dans une structure culturelle ou un lieu public d’un territoire. Lors de ces journées de restitution ouverte au public , ce parcours artistique déambulatoire sera animé par différentes performances d’élèves (créations plastiques,sonores,chorégraphiques ;exposés sensibles).Ces différences performances témoignent de la mise en projet des élèves et de l’appropriation des œuvres par la transmission d’une création sensible à un public - Co-intervention des enseignants lors des visites pédagogiques dans les structures et sur 3 séances minimum durant l’élaboration et de la réalisation de l’objet final du projet - Au moins 2 échanges inter-classe pendant l’élaboration du projet -Filage et restitution commune et partagée (les élèves sont liés à la logistique et à l’organisation des journées de restitution)

Trois ressources ou points d’appui
- La conduite du travail d’équipe facilitée sur le modèle de l’IC Intelligence Collective
- Le travail pédagogique en IC avec les élèves. Rendre les élèves acteurs , responsables avec les compétences qu’ils ont là où ils sont. -Le travail en partenariat avec les opérateurs culturels

Difficultés rencontrées
L’énergie dépensée pour monter le projet est majeure
Le plan vigipirate

Moyens mobilisés
Déplacement vers les structures Médiation culturelle : 45 euros/classe

Partenariat et contenu du partenariat

Partenariat avec le MAMAC —> médiations culturelles / complément et recadrage des contenus de l’exposé sensible/ aide à la mise en scène du parcours artistiques dans le Musée Musée Chagall : Médiation culturelle pour certaine classes Les Anciens Abattoirs de Nice transposition dans une structure culturelle atypique du territoire des performances en lien avec l’œuvre de Chagall. Danse et architecture

Liens éventuels avec la Recherche
/

Evaluation
Evaluation / indicateurs
Indicateur qualitatif : - impact sur les élèves : discours positif, engagement ,amélioration de l’ambiance et de la qualité de travail. - qualité des productions (présence /interprétation/oralité) lors de la phase de restitution des productions devant public

Documents
Aucun

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Auto-évaluation par les acteurs Évaluation interne par l’administration de l’établissement Evaluation externe par le Cardie et les corps d’inspection.

Effets constatés
Sur les acquis des élèves : On constate une évolution de la manière d’aborder les apprentissages : les élèves deviennent véritablement acteurs.Les enseignants deviennent des ressources et des facilitateurs qui les mettent au contact de savoirs, connaissances qu’ils s’approprient. Ils prennent l’habitude de rechercher par eux-même et de confronter entre eux le fruit de leurs recherches. Les acquisitions sont autant théoriques que pratiques et constamment dynamiques.Leur rapport au savoir devient également plus plaisant.

Sur les pratiques des enseignants : Les enseignants abordent leurs enseignements sous un angle double:thématique et pragmatique, les compétences comme les savoirs à faire acquérir s’en trouvent modifiés, plus adapté au groupe mais aussi à chaque individu. Ces innovations sont constamment débattues et la didactique spécifique à chaque matière vient alors enrichir les autres. Le projet prend sens dans chaque discipline.

Sur le leadership et les relations professionnelles : Renforcement de la cohésion dans les équipes. Chacun peut trouver sa place dans le projet à hauteur de son envie d’engagement. Discours commun par rapport au projet d’établissement sur le PEAC. Le chef d’établissement devient un facilitateur et suit constamment le projet.

Sur l’école / l’établissement : Création de buts communs et donc de culture et d’actions partagées indépendamment des groupes classes et ce en dehors du collège entre fratries,entre amis et entre les élèves d’un cycle différents : la frontière école/savoir/culture/vie personnelle/ territoire s’atténue

Plus généralement, sur l’environnement  Meilleure connaissance de la culture du patrimoine locale comme globale et surtout à ce qui peut s’y produire. Les élèves deviennent acteurs sur leur propre territoire culturel et des lieux pressentis comme « réservés à d’autres » deviennent des lieux communs et accessibles à tous. Les rapports entre eux s’améliorent

Extrait de eduscol ;education.fr/experitheque : Arti-Cité : Liaison inter-degrés,Cultures et Territoire

Répondre à cet article