> 5 - Education prioritaire > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, parents, pauvreté, rythmes, santé, (...) > DECROCHAGE (12 SR) > Actions locales et acad. (Décrochage) > PIRLS : les réactions du ministre Blanquer

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

PIRLS : les réactions du ministre Blanquer

7 décembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur le site du ministère
A l’occasion de la présentation des résultats de PIRLS 2016 (Progress in International Reading Literacy Study), Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a tenu une conférence de presse, mardi 5 décembre. Depuis 2001, l’enquête PIRLS pilotée par l’IEA (International Association for the Evaluation of Education Achievement) évalue les performances en compréhension de l’écrit des élèves à la fin de leur quatrième année de scolarité obligatoire (CM1 pour la France) et permet de comparer les systèmes éducatifs de 50 pays afin d’améliorer l’enseignement et l’apprentissage de la lecture partout dans le monde.

Les résultats de l’enquête internationale PIRLS, qui mesure le niveau en compréhension de l’écrit des élèves de CM1, sont une nouvelle fois insatisfaisants. Non seulement les résultats de nos élèves sont en baisse mais ils sont également en baisse par rapport à ceux des autres pays européens qui ont participé à l’enquête. Contrairement à nous, certains d’entre eux voient leurs résultats progresser fortement.

Pour n’être pas nouvelle, cette tendance n’en est pas moins une préoccupation majeure. Nous ne pouvons pas nous résoudre à ce que, enquête après enquête, la France glisse vers les profondeurs des classements. Aussi, l’acquisition des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui) par tous les élèves de notre pays est un impératif au coeur des politiques d’éducation. Plus que jamais, cet impératif doit être l’enjeu d’une mobilisation collective, en agissant au plus tôt, avant que les difficultés ne s’enracinent. Je sais que les professeurs font parfois face à des situations très difficiles. Aussi, je serai à leurs côtés pour les soutenir dans leur tâche, qui est fondamentale pour la Nation.

C’est précisément pour les soutenir, et pour aider les familles qui peuvent se sentir démunies que, dès le mois de mai dernier, j’ai souhaité donner une priorité absolue à l’école primaire et à la maîtrise par tous les élèves des savoirs fondamentaux.

Inscrite au cœur du projet présidentiel, cette priorité s’est traduite très concrètement par le dédoublement des classes de CP en Rep+ dès la rentrée, grâce à l’engagement des maires. Cette politique se poursuivra l’année prochaine avec le dédoublement des classes de CP en Rep et des classes de CE1 en Rep +.

Face à l’ampleur du défi, cette politique se double d’un volontarisme pédagogique au bénéfice de tous les élèves. Cela passe par le déploiement de pédagogies explicites, progressives et structurées fondées sur l’expérience, la recherche et la comparaison internationale.

C’est pour cette raison que j’ai réuni un Conseil scientifique qui regroupe des chercheurs issus de disciplines variées et unanimement reconnus pour la qualité de leurs travaux. Leur réflexion sera précieuse pour éclairer les choix que nous avons à faire et pour guider les inspecteurs et les professeurs dans leurs pratiques.

Ainsi, nous mettrons à disposition un "état des lieux de la recherche" pour permettre d’appuyer l’enseignement de la lecture sur les résultats scientifiques les plus récents. De même, des progressions annuelles claires aideront les professeurs à mieux accompagner les élèves tout au long des différents cycles.

Plusieurs recommandations viendront également souligner le caractère quotidien et central de la lecture, ainsi que l’importance d’un apprentissage systématique du vocabulaire, de la grammaire et donc de l’orthographe. Dans ce cadre, et dans le prolongement des instructions données lors de la publication des programmes à la rentrée 2016, la dictée sera quotidienne à l’école primaire.

Pour les élèves dont la scolarité est déjà bien engagée, nous devons également agir. L’heure hebdomadaire que les professeurs des écoles utilisent pour des activités pédagogiques complémentaires (APC) sera entièrement consacrée à la compréhension de l’écrit. Au collège, les élèves dont les évaluations de novembre soulignent des faiblesses en compréhension de l’écrit auront au moins deux heures d’accompagnement personnalisé dédiées à cette compétence indispensable pour continuer leur scolarité dans de bonnes conditions.

Pour faire face à ce défi majeur que constitue la maîtrise par tous les enfants des savoirs fondamentaux, nous devons nous rassembler. C’est dans cet esprit de confiance que nous pourrons faire progresser notre École.

Jean-Michel Blanquer
Ministre de l’Éducation nationale

Extrait de éducation.gouv.fr du : Maitriser le français, une exigence pour la réussite de tous

 

Dictée, récitation, évaluation… Les annonces de Blanquer pour l’école

Le ministre de l’éducation s’est emparé, mardi, des mauvais résultats en lecture des écoliers dans l’enquête Pirls pour légitimer son plan d’action.

En convoquant toute la presse, mardi, dans la foulée de la publication des résultats, pour sonner la mobilisation autour de la maîtrise du français et des « fondamentaux », le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, a réitéré l’exercice, s’emparant, comme ont pu le faire ses prédécesseurs, d’une enquête internationale pour légitimer son plan d’action.

Un « coup de com » déconnecté des nouveaux programmes
L’« évaluation », la « recherche » et la « comparaison internationale » sont les maîtres mots d’un projet pour l’école que le locataire...

Extrait de lemonde.fr du 06.12.17 : Face à des résultats en dégradation constante, Blanquer fixe son cap

 

A la rentrée, des évaluations en début de CP et de 6e avaient été mises en place par le gouvernement. Elles avaient fortement été critiquées par les syndicats sur la forme et sur le principe. M. Blanquer souhaite également aider les professeurs dans le choix de leurs manuels scolaires, grâce au conseil scientifique qu’il a créé en novembre. Il estime que « tous les manuels ne se valent pas, des études ont prouvé que certains sont plus efficaces que d’autres ».

Lors de cette conférence, Jean-Michel Blanquer a, de plus, promis un plan de formation en lecture pour les professeurs des écoles et a annoncé notamment la tenue d’une « grande conférence » en mars, sur l’école maternelle.

Extrait de lemonde.fr du 05.12.17 : Ecole : les compétences en lecture diminuent depuis les années 2000

Répondre à cet article