> 6 - DISPOSITIF > DISCRIM. / ETHNICITE > Discrimination positive / Ecole inclusive > Un dossier en ligne de Carenews sur l’historique et les défis de l’Egalité (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un dossier en ligne de Carenews sur l’historique et les défis de l’Egalité des chances : Education prioritaire, Coup de pouce, Réseau Etincelle, les Voyageurs du numérique...

6 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

[ÉGALITÉ DES CHANCES] [CNJ] Le défi de l’égalité

Depuis près de trente ans, la société française s’arrache les cheveux pour tenter de réparer l’ascenseur social. Éducation prioritaire, tutorat, passerelles simplifiées vers les grandes écoles, promotion de la diversité dans les entreprises... les nombreuses initiatives lancées ne suffisent pas. Le système éducatif français reste le plus inégalitaire des pays de l’OCDE. Des inégalités perçues dès le CP et que l’école ne cesse de creuser au fil du parcours de l’élève. Et si la promotion de l’égalité des chances laissait place à celle de l’égalité des acquis ? C’est probablement l’enjeu pour l’école du XXIe siècle, obligée de recentrer ses efforts sur les fondamentaux et la pédagogie. Et déjà, sur le terrain, professeurs et associatifs expérimentent pour redonner aux élèves l’envie d’apprendre.

[...] Égalité versus équité
C’est avec la promesse de “donner plus à ceux qui ont moins” qu’Alain Savary, ministre de l’Éducation de Pierre Mauroy, crée en 1981 les Zones d’Éducation Prioritaires (ZEP). À l’époque, grâce au travail des sociologues, on met en relation les résultats scolaires des élèves avec leur origine sociale et leur situation géographique. Une sacrée avancée, là où avant on estimait que si un élève ne réussissait pas, c’est tout simplement qu’il n’était pas doué. Avec la création des ZEP, pour la première fois dans l’histoire de l’école, une stratégie inégalitaire est mise en œuvre dans un but d’équité. C’est le début de la discrimination positive. ZEP, REP, REP +, au fil des décennies, l’éducation prioritaire – à l’origine provisoire – change de nom, mais s’installe durablement dans les politiques éducatives de droite comme de gauche.

Au début des années 2000, la montée du chômage et la crise des banlieues font voler en éclat le mythe de la France black-blanc-beur. Les mouvements antiracistes dénoncent les discriminations à l’embauche et plus généralement la non-représentativité des minorités dans le monde du travail. Commence alors une politique de “promotion de la diversité”. Une à une, les grandes écoles intègrent la discrimination positive. Science Po crée en 2001 une voie d’entrée prioritaire pour des jeunes de quartiers défavorisés. En 2002, l’ESSEC lance son programme Pourquoi pas moi ?, un système de tutorat entre étudiants et lycéens de quartier prioritaire. Il inspirera la création en 2008 des Cordées de la réussite, un dispositif étatique national de tutorat mené par les universités et les grandes écoles à destination des collèges et lycées, défavorisés ou non. L’objectif étant d’éviter le décrochage scolaire et d’inciter les jeunes à poursuivre leurs études dans le supérieur. [...]

Extrait de carenews.com du 06.02.18 : Egalité des chances : le défi de l’égalité

 

Note du QZ :

Réseau Etincelle (Fondation Entreprendre
Le site des Voyageurs du numérique

Répondre à cet article