> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale AU COLLEGE > Collège (Maths et Sciences) > B* Le travail personnalisé ; les mathématiques à la carte au collège REP+ (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Le travail personnalisé ; les mathématiques à la carte au collège REP+ Henri Baumont de Beauvais

28 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Le travail personnalisé ; les mathématiques à la carte.
Expérimentation art.34

Collège REP+ Henri Baumont
36 RUE DU 8 MAI 1945 , 60000 BEAUVAIS
Site du collège
Auteur : Muriel BARBET
Mél : Muriel-Regine.Caron@ac-amiens.fr

Projet d’accompagnement personnnalisé en mathématiques pour éviter le décrochage et renforcer les compétences des élèves, par le développement de l’autonomie grâce à la coopération.

Plus-value de l’action
Site internet de l’établissement

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Niveau Troisieme : 150 élèves

A l’origine
Compétences vues dans des séances précédentes (ou années précédentes) non comprises ou oubliées (effet zapping) - Manque d’autonomie - Difficulté face à des problèmes ouverts (même des élèves de bons niveaux) - Cours non récupéré après une absence. Ces constats sont encore plus présents dans un établissement tel que le nôtre (éducation prioritaire).

Objectifs poursuivis
Il s’agit de développer ici l’implication des élèves dans leurs apprentissages, de les rendre acteurs de leur progression. Ainsi, au fur et à mesure de l’année, ils doivent être convaincus que leur investissement aura des effets nécessairement positifs sur leurs resultats. C’est à cela que doit servir la possibilité d’être réévalués.
Ce dispositif a donc l’ambition de motiver les élèves dans leur rapport aux apprentissages par hausse des notes mais pas seulement. Le sentiment d’une réelle progression ainsi que celui d’une prise en compte par l’école de leur propre identité, d’une organisation moins indifferenciée, aura, souhaitons-le, des effets positifs sur la motivation.
Autre effet attendu, celui de la coopération. De nombreuses études ont montré à quel point l’aide apportée, ainsi que l’aide reçue, avaient un impact positif sur la compréhension des aidants autant que des aides. De plus, elle favorise un comportement altruiste, première pierre d’un comportement citoyen.
Point central dans ce dispositif : le développement de l’autonomie. Arrivés en classe de 2nde l’année prochaine, ils devront faire preuve de responsabilité et devront être capables d’effectuer un travail personnel qui ne leur sera pas nécessairement dicté par les professeurs. Dans ce dispositif, ils apprennent à identifier leurs difficultés et choisir des exercices adaptés à leur situation pour progresser. C’est un peu du travail à la maison de l’année prochaine qui se joue ici.
Par ailleurs, on met aussi le doigt sur le fait que l’apprentissage est un travail de long terme, ce qui permet de sortir de son caractère parfois très ponctuel lié à une évaluation sans lendemain, voire à une série d’exercices que les élèves sont nombreux à considérer comme indépendants, sans rapports entre eux et dont ils n’imaginent pas réinvestir les enjeux par la suite. La réussite, enfin. Effectuer des exercices adaptés à chacun, réactiver des connaissances anciennes, reprendre des difficultés, deévelopper leurs capacités de raisonnement dans le cadre de problèmes ouverts, s’impliquer dans ses apprentissages, gagner en motivation,d évelopper une autonomie appelée à se prolonger à la maison, autant de situations qui devraient favoriser leur progression au fil de l’année.

Description
Les élèves choisissent eux-mêmes des points précis qu’ils souhaitent travailler selon leurs besoins et ils sont accompagnés par les enseignants en co-intervention.

Modalité de mise en œuvre
Elément dérogatoire : Le dispositif envisagé est, pour les élèves, particulièrement chronophage. Par ailleurs, travailler autrement avec des élèves en éducation prioritaire néecessite aussi du temps. Il serait donc nécessaire de déborder du cadre des 26h. Nous demandons donc, dans le cadre d’un dispositif innovant, l’attribution de 12 HP (il ne s’agit pas non plus de surcharger la tâche des enseignants dans un contexte de réforme du collège très prenante). Chaque élève de 3e bénéficierait de 4,5h de maths au lieu de 3,5h, c’est-à-dire une heure supplémentaire pendant laquelle 2 professeurs, dont celui de la classe évidemment, seraient présents.
Concrètement, pendant l’une des heures qui précèdent celle de travail personnalisé, les élèves remplissent un tableau dans lequel ils indiquent ce qu’ils souhaitent effectuer. Dans ce tableau sont proposés différents domaines, généralement récemment abordés en classe. Cette liste n’étant pas exhaustive, ils trouveront une case –autre- qui leur permet d’y inscrire ce qu’ils souhaitent, ainsi qu’une case recherche mathématique s’ils veulent aborder un problème ouvert. Pour faire ce choix, chaque élève dispose des évaluations dans lesquelles il va trouver quels points faibles il peut travailler, ainsi que de l’œil avise du professeur qui peut réinvestir un suivi individuel des connaissances, des savoir-faire et des compétences. Cela rentre ainsi parfaitement dans l’esprit du programme par cycle qui entrera en vigueur a la rentrée prochaine. Il y inscrit également le cas échéant, sur quel objectif il souhaite être réévalué. Cette réévaluation ne serait pas l’occasion d’attribuer une nouvelle note à moins qu’il ne s’agisse de tester une connaissance ancienne), mais de modifier a àla hausse la note initiale en cas de progrès.
L’heure se déroule en présence d’un professeur surnuméraire, compte tenu de la multiplicité des parcours possibles. Aucun mélange de classes n’est envisagé car cela risquerait de rendre moins efficace le dispositif. En effet, les élèves se sentiraient moins concernés puisqu’ils auraient l’impression de sortir du contexte de la classe. Le lien avec celle-ci serait donc plus distendu, et les effets plus aléatoires. Par ailleurs, les 2 professeurs en question connaîtraient mieux la classe et les élèves qui la composent.
Chaque élève disposera d’exercices sélectionnés en fonction de l’objectif qu’il s’est fixe. La constitution de groupes pourra être envisagée selon les cas, dès que cela présente un intérêt pédagogique. Par ailleurs, il sera possible de développer la coopération entre élèves, à la condition de les y avoir formés, en permettant à des élèves en ayant besoin de solliciter l’aide d’un camarade pour avancer.

Moyens mobilisés
• Moyens humains : 5 enseignants de mathématiques
• Moyens financiers : HSE Cardie

Partenariat et contenu du partenariat
Pas de partenariat

Evaluation
- Résultats scolaire :
• Validation des compétences attendues en fin de cycle - Autonomie de l’élève
• Développement de coopération entre élèves
- Outil(s) d’évaluation : L’autonomie, la coopération, la responsabilisation, l’investissement dans ses propres apprentissages sont autant d’éléments qu’il est difficile d’évaluer à l’aide d’indicateurs numériques objectifs. Mais leur intérêt est-il encore à prouver ? Peut-être est-il possible d’envisager un questionnaire à destination des élèves en début d’année ainsi qu’en fin d’année, pour voir l’évolution de chacun d’eux à propos de leur regard sur leurs apprentissages, l’état de leur motivation, de leur implication, de leur autonomie, et voir ainsi sur quels élèves ce dispositif aura le plus d’impact.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Auto-évaluation

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Les élèves les plus faibles progressent et reprennent confiance tandis que les autres renforcent leurs compétences.
- Sur les pratiques des enseignants : L’heure se déroule en présence d’un professeur surnuméraire, compte tenu de la multiplicité des parcours possibles. Aucun mélange de classe n’est envisagé car cela risquerait de rendre moins efficace le dispositif. En effet, les élèves se sentiraient moins concernés puisqu’ils auraient l’impression de sortir du contexte de la classe. Le lien avec celle-ci serait donc plus distendu, et les effets plus aléatoires. Par ailleurs, les 2 professeurs en question connaîtraient mieux la classe et les éèves qui la composent.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Echanges de pratiques et concertation permanente
- Sur l’école / l’établissement : Bien-être des élèves qui sont plus actifs en classe
Plus généralement, sur l’environnement : Rayonnement de l’établissement

Extrait du site Expérithèque : 60 - BEAUVAIS - Collège Henri Baumont : Le travail personnalisé ; les mathématiques à la carte

Répondre à cet article