> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > TYPE DE DOCUMENT > RAPPORT OFFICIEL > Rapport parlementaire : AN, Cese, Sénat > Le projet de suppression des CIO et l’avis du Cese sur l’orientation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le projet de suppression des CIO et l’avis du Cese sur l’orientation scolaire

13 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Orientation
Les inquiétudes provoquées par les annonces de la suppression des CIO et le transfert des DRONISEP aux régions commencent à se manifester dans la presse.

Vers un grand chamboule-tout du service public d’orientation par Erwin Canard. “Le gouvernement prévoit de transférer aux régions les délégations régionales de l’Onisep et d’affecter les psychologues de l’Éducation nationale dans les collèges et les lycées. Ce qui viderait les CIO de leur substance. Des projets qui suscitent l’inquiétude des acteurs de l’orientation. Ils y voient la fin d’une information nationale sur l’orientation et une place accrue laissée au privé.”

 

Le CESE propose de repousser l’orientation en fin de seconde

”Le Conseil économique , social et environnemental a adopté le 11 avril un projet d’avis rapporté par Laure Delair (groupe des organisations étudiantes et mouvements de jeunesse) et Albert Ritzenthaler (groupe CFDT). Le CESE propose de revoir le système d’orientation actuel et propose plusieurs recommandations. Le CESE préconise "de déplacer le palier d’orientation de la fin de la troisième à la fin de la seconde, en faisant de l’année de la seconde une année d’observation et de découverte des voies générales, technologiques et professionnelles" et "de spécialiser la formation en première et en terminale pour les diplômes de l’enseignement professionnel de niveau IV tout en offrant la possibilité d’une spécialisation de niveau IV après le baccalauréat". Il invite aussi à "développer le mentorat par des salariés d’une entreprise ou d’une association" auprès des jeunes et à "développer les relations entre Ecole et monde professionnel par la nomination dans chaque établissement d’un.e délégué.e au monde économique et social disposant de moyens pour organiser les relations avec les entreprises et services publics du bassin d’emploi".

Sur le site du Cese

Extrait de cafepedagogique ;net du 12.04.18 : Le CESE propose de repousser l’orientation en fin de seconde

 

L’Avis du Cese : Extrait de la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 12.04.18

Et à propos de cet avis du CESE : Orientation des jeunes : prendre son temps... sans le perdre ! “Le CESE préconise donc de « déplacer le palier d’orientation préparant aux trois baccalauréats de la fin de la troisième à la fin de la seconde...articulant enseignements généraux, transversaux et des modules de découverte des enseignements professionnels en lycée professionnel et en CFA ». Négligeant le fait que la réforme du lycée portée par Jean-Michel Blanquer et examinée le 12 avril par le Conseil Supérieur de l’Education, ne prend pas du tout cette voie-là ! Mais l’idée de « prendre son temps » est manifestement dans l’air… du temps. Ainsi, lors d’une table ronde sur l’éducation au « Printemps de l’Economie » qui s’est déroulé du 20 au 23 mars à Paris, Daniel Agacinski (France Stratégie) a parlé d’un « droit à l’errance » pour les étudiants. « Le Temps mange la vie » écrivait Baudelaire dans son poème « l’Ennemi ». Tout l’art consiste à savoir le prendre sans le perdre.”

Hélène Fauvel dans Miroir social présente les différents points de l’avis du CESE : Transformer l’orientation pour permettre à chaque jeune d’être acteur de son parcours.

Une petite distance historique est proposé par Claude Lelièvre sur son Blog : Histoire et politiques scolaires, Mai 68 : pour Blanquer, c’est le Pompon ! “Jean-Michel Blanquer s’en est pris récemment à « l’esprit de Mai ». Si on le compare aux deux ministres de l’Education nationale choisis et soutenus par le général de Gaulle avant et après Mai 68 (Alain Peyrefitte et Edgar Faure) ou avec son Premier ministre (Georges Pompidou), duquel est-il le plus proche en matière de politique scolaire ? De Pompon voyons !”

Et sur son blog, Jérôme Martin a publié Orientation : la victoire posthume de Georges Pompidou, par Jérôme Martin. “En 1974, dans son livre testament Le nœud Gordien, Georges Pompidou livrait sa conception de l’orientation scolaire :
« L’orientation ne peut être le fait que de ceux qui ont des enfants une connaissance approfondie c’est-à-dire prolongée. Elle ne peut donc être exercée que par la confrontation, dans des formes à préciser, des parents eux-mêmes, des enfants qui après tout ont en eux un instinct qui ne trompe pas toujours, tant s’en faut, des professeurs qui ont pu juger des qualités non seulement intellectuelles mais physiques et de caractère des enfants, des chefs d’établissements enfin qui, au cours des années, voient, s’ils s’en donnent la peine, s’affirmer la personnalité des élèves, avec leurs faiblesses et leurs possibilités ».
Plus de quarante ans plus tard, on pourrait penser que les idées de Georges Pompidou appartiennent à un passé révolu. Et pourtant rien n’est moins sûr.”
[...]

Extrait de cahiers-pedagogiques.com du 12.04.18 : Revue de presse

 

Sur le site OZP,
voir le mot-clé *Orientation (hors Découverte profess.)/

Rappelons que, sur le site de l’OZP, les avis du Cese, "assemblée consultative de la République", sont classés et indexés parmi les "rapports parlementaires" :
rubrique Rapport parlementaire : AN, Cese, Sénat
mot-clé Rapp. parlementaire : AN, Sénat, Cese

Répondre à cet article