> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale AU COLLEGE > Collège (Français et Langues) > B* Rédiger des comptes rendus de lecture littéraires ou artistiques sous (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Rédiger des comptes rendus de lecture littéraires ou artistiques sous forme d’abécédaire au collège REP Lucie et Raymond Aubrac de Paris 11e : avantages et limites de l’outil

25 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Lecture cursive et écriture de la réception : création d’un abécédaire.

Eve Laborie, professeure de Lettres modernes au collège Lucie et Raymond Aubrac dans le 11ème arrondissement, renouvelle la traditionnelle fiche de lecture en proposant à ses élèves de 5ème la création d’un abécédaire comme compte rendu. Elle nous propose ici le déroulé de son projet.

Niveau de classe concernée :
cycle 4 - 5ème
L’ensemble des élèves de deux classes de 5ème ont réalisé leur compte rendu de lecture suivie sous forme d’abécédaire pendant les vacances de la Toussaint (de mi-décembre à début janvier, soit approximativement trois semaines) à l’issue d’une séquence pédagogique consacrée aux héros.

Vidéo

L’entrée « Agir sur le monde » permet de se questionner sur le rapport de l’homme au monde. En cinquième, cette entrée engage à explorer l’héroïsme comme modalité d’action sur le monde. Les enjeux littéraires et de formation personnelle précisent pour cette entrée qu’il s’agit pour l’élève de « découvrir des œuvres et des textes relevant de l’épopée et du roman et proposant une représentation du héros / de l’héroïne et de ses actions » et de « comprendre le caractère d’exemplarité qui s’attache à la geste du héros / de l’héroïne et la relation entre la singularité du personnage et la dimension collective des valeurs mises en jeu », ou encore de « s’interroger sur la diversité des figures de héros / d’héroïnes et sur le sens de l’intérêt qu’elles suscitent. »

Place de la séquence dans la progression :

Il m’a semblé intéressant d’étudier cet enjeu littéraire et de formation personnelle « Héros, héroïnes, héroïsmes » en début de cycle 4 afin de réinvestir les connaissances antérieures des élèves sur les figures de héros rencontrées au cycle 3. Ce choix est guidé par le souci de créer des liens entre un thème déjà connu des élèves, voire familier pour certains d’entre eux, et de le renouveler par son questionnement transhistorique et la découverte de nouvelles figures héroïques.

Questionnement :

• Comment rendre compte de sa lecture personnelle d’un texte littéraire et plus spécifiquement d’une œuvre de littérature jeunesse sur la thématique des héros ?
• Pourquoi proposer une forme de restitution singulière, à la fois littéraire et artistique ?
• En quoi le choix du corpus de lecture cursive permet-il pour chaque élève de proposer un compte rendu de lecture personnel d’un récit lu en autonomie ?

Objectifs :

Le projet est issu d’un questionnement préalable sur la lecture cursive et ses modalités de restitution écrites et orales. Ce questionnement, intervenu lors de l’élaboration d’une séquence pédagogique sur les héros en classe de 5ème et sur les attendus en lecture cursive en fin de séquence, a favorisé la programmation et la proposition d’un choix de lectures cursives lors de la présentation de la séquence aux élèves (sommaire de séquence). Ce questionnement a aussi permis de choisir un dispositif de restitution adapté au thème, au goût et au niveau de l’élève (différentiation pédagogique).

C’est ainsi qu’est née l’idée de l’abécédaire qui permet de renouveler la traditionnelle fiche de lecture cursive. Nous avons choisi de proposer cette modalité de restitution de lecture car elle sollicite fortement l’image : l’image mentale et sa représentation illustrée. Puisqu’elle est la plupart du temps absente des textes lus, il faut que le lecteur se mette en quête de possibles correspondances et se livre à une sorte de "relecture" du texte, qu’il développe une interprétation sensible pour traduire en images ses émotions esthétiques.

L’abécédaire, à la croisée des mots !
L’abécédaire désigne, à l’origine, un livre qui a pour finalité d’apprendre les lettres de l’alphabet aux écoliers. Réaliser un compte rendu de lecture cursive sous forme d’abécédaire consiste à retenir des mots clés correspondant aux lettres de l’alphabet afin de présenter sa lecture par différentes « entrées ». C’est donc une sélection des meilleurs moments d’une lecture individuelle au moyen de quelques mots classés dans l’ordre alphabétique. Pour que sa réalisation se transforme pas en un exercice fastidieux, chaque élève pourra ne retenir qu’une dizaine, voire une quinzaine de mots, commençant tous par une lettre différente.

L’abécédaire devra être justifié (explicitation des mots choisis) et illustré.

Un abécédaire pour quoi faire ?
L’abécédaire a le mérite de proposer :
• Une activité de compte rendu de lecture littéraire individuelle et personnelle d’un texte lu (choix des mots clés et explicitation de chacun d’eux.) En effet la lecture en général, et plus encore la lecture cursive, qui est une activité de lecture autonome et intime, suppose et nécessite l’engagement du lecteur.
• Une activité culturelle et artistique favorisant l’imagination et la créativité. « L’acquisition d’une culture littéraire et artistique est l’une des finalités majeures de l’enseignement du français. Elle suppose que les élèves prennent le goût de la lecture et puissent s’y engager personnellement ; qu’ils soient, à cette fin, encouragés à lire de nombreux livres ; qu’ils puissent acquérir des connaissances leur permettant de s’approprier cette culture et de l’organiser, d’affiner leur compréhension des œuvres ».
• Une activité permettant de sensibiliser l’élève à une approche symbolique de l’œuvre fictionnelle : à savoir exprimer en images des impressions, des sensations, des sentiments, une atmosphère, une idée mais aussi établir des correspondances entre le texte et les images choisies pour l’accompagner, et être capable de justifier les choix graphiques effectués.
• Une activité permettant à l’élève plus fragile linguistiquement de modifier sa posture d’élève et de lecteur au moyen d’une activité ludique, stimulante et originale, tout en affinant ses compétences de lecture et son goût pour l’activité de lecture.

Un abécédaire mode d’emploi : pour développer des stratégies de lecture et de compréhension

• Une offre alléchante :
◦ choisir des œuvres de littérature jeunesse stimulantes pour le jeune lecteur qui devra lire une œuvre sélectionnée de manière autonome pendant les vacances scolaires (trois semaines). L’élève réalisant cette activité seul, il convient de proposer un panel d’œuvres littéraires susceptibles de l’intéresser.

• Une proposition engageante :
◦ présenter le projet au début de la séquence afin de donner du sens à l’activité de lecture cursive comme prolongement personnel du travail fait en classe.

• Un choix varié, des figures intemporelles héroïques :
◦ proposer plusieurs entrées possibles en lien avec le thème étudié pendant la séquence. Pour la séquence portant sur les héros il s’agissait de choisir des romans jeunesse en lien avec les héros étudiés en classe : héros antiques, héros médiévaux ou super-héros ;

• Un rappel salutaire :
◦ prévoir en fin de séquence (avec le vidéoprojecteur ou la tablette) une séance présentant un abécédaire numérisé, expliciter les attentes ainsi que les modalités d’évaluation et permettre à chaque élève de s’engager dans l’activité de lecture individuellement ;

• Une ouverture d’esprit et une évaluation positive :
◦ accueillir avec bienveillance toute forme de restitution pourvu qu’elle réponde aux compétences évaluées.
◦ valoriser les réussites, l’originalité des réalisations et proposer si besoin des pistes d’amélioration à ces dernières.

La recette de l’abécédaire nécessite trois ingrédients clés pour favoriser l’approfondissement des stratégies de lecture, de compréhension et d’interprétation des textes lus :

• UNE PRÉSENTATION EFFICACE ET OUVERTE : La présentation d’un réseau de lectures est proposée aux élèves selon plusieurs entrées thématiques : les héros antiques, les héros médiévaux, les super-héros et les héros d’hier à aujourd’hui. La présentation d’un modèle d’abécédaire permet d’illustrer les attentes et d’expliciter les critères de réussite.
• UN CHOIX PERSONNEL : Le choix des élèves, en fonction de leurs envies, de leurs goûts, de leur niveau de lecture, et de leur héros préféré, concerne une œuvre de littérature jeunesse sur les héros à lire parmi celles qui ont été présentées par le professeur en début de séquence.
• UNE ÉVALUATION POSITIVE : Les lectures cursives doivent permettre aux élèves d’enrichir leur culture littéraire personnelle, de les inciter à tisser des liens avec les apprentissages menés en cours, tout en approfondissant le goût de la lecture. Il s’agit alors de proposer, voire d’élaborer avec les élèves des dispositifs d’évaluation leur permettant d’encourager la lecture et non de les en éloigner.

Les limites de l’abécédaire ou comment évaluer autrement ?
Il convient de veiller à ce que la dimension créative et artistique de l’abécédaire ne supplante pas l’activité de restitution de l’œuvre lue en valorisant les productions proposant un compte rendu de lecture pertinent et cohérent. Pour ce faire, l’évaluation par compétences (lire et comprendre l’écrit) permet de prendre en compte les deux pôles complémentaires de l’abécédaire, à la fois production littéraire et création plastique. Il s’agit bien d’évaluer un compte rendu de ce qui a été retenu de la lecture de l’œuvre. Les critères de réussite consistent pour l’élève à choisir des mots cohérents, reprenant plusieurs aspects essentiels de l’œuvre lue et à les justifier clairement. Ils résident dans la capacité de proposer une présentation originale et créative ainsi que d’adapter son illustration aux mots choisis.

L’intérêt de l’abécédaire en classe : retour sur les productions individuelles…
La découverte et la lecture des abécédaires en classe ont permis d’explorer autant de formes différentes que de parcours de lecture singuliers, riches et complexes, parfois pour une même œuvre lue. Elles ont facilité l’explicitation des invariants de l’œuvre lue (cadre spatio-temporel, personnages principaux, auteurs, thèmes majeurs) mais aussi d’en révéler une interprétation plurielle comme cela a été le cas pour le roman de Rick RIORDAN, Percy Jackson, Le voleur de foudre, qui propose une adaptation du monde mythologique au monde contemporain. Ce roman de littérature de jeunesse complexe, pouvant être lu par de petits lecteurs, a conduit à des productions d’élèves à la fois réussies et singulières : axées sur la mythologie et la reprise des motifs antiques au XXIème siècle, centrées sur le jeune héros new-yorkais et son univers ou encore sur la narration et le thème de l’aventure.

Leur présentation orale en classe, sous forme de courts exposés par les élèves eux-mêmes à l’issue du projet, a contribué autant à la mise en lumière de leurs réalisations qu’à la mise en valeur des atouts de chacun : présentation originale (jeu de cartes, éventail, frise, rouleau, disque, carnet, dessin, document numérique tel qu’un PADLET), choix de mots cohérents favorisant la reformulation des aspects dominants de l’œuvre lue, justification aboutie des mots choisis mais encore questionnement personnel d’un moment important de l’œuvre lue. Elle a contribué également à l’explicitation par les élèves de leurs démarches, leur intérêt pour le livre lu, l’expression de leurs sentiments. L’enjeu est de favoriser la production autant que la réception : l’élève qui élabore un compte rendu de lecture personnel sous forme d’abécédaire est amené à écrire pour donner du sens. Cela peut parfois l’aider à se réconcilier avec l’activité de lecture car il assume alors plusieurs rôles : lecteur-auteur, interprète, mais encore critique.

Leur présentation orale a donné lieu à un véritable échange au sein d’un cercle de lecture improvisé sur les romans lus et présentés sous forme d’abécédaire par les élèves. Selon nous la classe est le lieu privilégié pour constituer une communauté de lecteurs, le dialogue entre pairs donnant du sens à l’activité de lecture et de réception critique du texte lu. C’est de cet échange construit que naît l’envie de lire, l’appétence littéraire, le professeur devant changer de posture pour devenir un facilitateur au sein du dialogue entre élèves. D’autres dispositifs et propositions de mises en œuvre pédagogiques impliquant les activités de lecture-écriture sont également possibles telles que le journal de lecture dialogué, le comité de lecture, le geste anthologique, le concours de lecture, le cahier d’écrivain, l’écriture coopérative ou l’échange culturel.

Prolongements possibles en dehors de la classe
Deux classes ayant participé au même projet de restitution de lecture cursive sur le thème des héros, sous forme d’abécédaire, plusieurs pistes d’échanges en dehors de la classe sont encore à conduire :

• Exposition des réalisations au CDI et organisation avec le professeur documentaliste du collège d’une rencontre entre les deux classes de 5ème ayant travaillé sur le même projet ;
• Exposition des réalisations lors des portes ouvertes du collège en fin d’année à l’attention des élèves et de leurs familles ;
• Présentation et exposition des réalisations numérisées des productions des élèves sur le site du collège et diffusion par ce biais aux parents d’élèves du collège ainsi qu’à la communauté éducative et scolaire.

En savoir plus
Déroulé de la séquence (3 pages)
1. SEQUENCE 1 PROGRESSION 5ème (1 page)
2. SOMMAIRE SEQUENCE (1 page)
4. EVALUATION ABCDEDAIRE compétences (1 page)

Extrait de ac-paris.fr du 09.04.18 : Lecture cursive et écriture de la réception : création d’un abécédaire

Répondre à cet article