> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > PAUVRETE et AIDE SOCIALE > Récits du projet de promotion familiale, sociale et culturelle à Lille-Fives (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Récits du projet de promotion familiale, sociale et culturelle à Lille-Fives (2008-2018). Témoignages. Editions Quart Monde, 2018, 91 p.

7 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Récits du projet de promotion familiale, sociale et culturelle à Lille-Fives (2008-2018). Témoignages, Editons Quart Monde, 2018, 91 p., 7,00 Euros

Un nuage de mots ouvre ce livre sur les 10 ans du projet de promotion familiale, sociale et culturelle dans le quartier de Fives à Lille. Et au-delà des mots, c’est la vie qui jaillit d’une multitude de rencontres personnelles, familiales, en groupe d’enfants, en groupe de parents, en groupe de pairs, avec des habitants, des familles, des enseignants, des animateurs, des travailleurs sociaux.

Des récits pleins d’humanité – de labeur et de joie, de doute et d’espoir – pour sortir de l’exclusion, renouer des liens confiants avec l’école, les services sociaux et les associations, agir en partenariat dans le respect mutuel, montrer que la pauvreté, la méfiance et les préjugés n’ont pas le dernier mot.

Des actions qui bousculent la vie quotidienne et donnent un élan. Elles montrent qu’il est possible de se comprendre, de créer ensemble, de croiser les savoirs et les pratiques, de faire chemin en partenaires. Et surtout elles mettent en valeur la contribution essentielle des plus pauvres au vivre ensemble.

ATD Quart Monde, un mouvement qui veut s’appuyer sur l’expérience de vie des personnes et des familles qui « ont la vie difficile » et qui vivent au quotidien la précarité et l’incompréhension. Alors n’oublions personne pour croiser les regards.

Les auteurs sont tous membres d’ATD Quart Monde.

Et c’est la vie qui jaillit d’une multitude de rencontres. Elles montrent qu’il est possible de se comprendre, de créer ensemble, de croiser les savoirs et les pratiques. Et surtout elles mettent en valeur la contribution essentielle des plus
pauvres au vivre ensemble.
« Nous, les habitants qui avons participé au projet, [...] nous nous sentions seuls
dans notre situation, témoignent deux militantes, Cathy et Coralie. Nous avions
parfois une mauvaise image de nous-mêmes. Aujourd’hui nous nous soutenons.
Nous osons aller voir les enseignants, dire non quand nous ne sommes pas d’accord.
Nous comprenons mieux le fonctionnement de l’école. Certains sont devenus militants Quart Monde et entrent dans des actions avec les enseignants et
les acteurs de quartier. Nous le faisons pour tous les enfants et pas seulement
pour les nôtres. »

Extrait de atd.quartmonde.fr de septembre 2018 : Journal Atd, septembre 2018

Répondre à cet article