> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale AU COLLEGE > Collège (Action autre ou interdisciplinaire) > B* Donner accès à la culture scientifique et développer une pensée critique : (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Donner accès à la culture scientifique et développer une pensée critique : sciences ou croyances ? projet Les Savanturiers à Saint-Denis (Observatoire des pratiques en éducation prioritaire )

29 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Donner accès à la culture scientifique et développer une pensée critique : sciences ou croyances ?

« La culture scientifique (s’acquiert) quand on est dans la culture de la démarche scientifique… Dans le cas du travail de groupe, aussi » : c’est la conviction d’un professeur de SVT. Avec son collègue de lettres, il accompagne des élèves de 6ème, en équipes, dans un projet Savanturiers « Sciences ou croyances ? ».

Les Savanturiers : l’école de la recherche

On considère une « croyance », par exemple, « le Soleil tourne autour de la Terre ; la science répond à toutes les questions ; l’éruption du Vésuve est le fruit d’une intervention divine ».

Puis on recherche : quelle est l’origine de cette croyance ? Quel est le scientifique qui a montré qu’elle était erronée ? Quelle est l’expérience qui lui a permis de le prouver ?
Bibliographie, lecture, expérimentations : en fin d’année, à la rencontre nationale des Savanturiers, on en proposera une mise en scène.

Imaginer une situation problème, rédiger un protocole expérimental, lister le matériel nécessaire, schématiser l’expérience, en décrire le déroulement, proposer une remédiation en conséquence : c’est bien à la démarche et à l’écrit scientifiques que l’on s’exerce, à la modélisation expérimentale d’un phénomène que l’on peut s’attacher.

Selon une mère, l’activité répond à l’appétence des élèves, “très intéressés par la science”.

Elle répond aussi aux préoccupations des enseignants. L’un d’eux souligne combien « l’évaluation par les pairs des protocoles, des analyses d’expériences » donne du sens à la pratique disciplinaire. La science se construit sous les yeux des élèves, demande « un regard critique », et autorise à recommencer. « Des groupes se lancent sans passer par le protocole. Par le groupe, ils vont se rendre compte qu’on a fait des erreurs ou qu’il manque des éléments et qu’on doit refaire ».

Couplé à la démarche scientifique, le travail collaboratif améliore la relation aux autres et la confiance en soi des élèves, et de l’enseignant. Il a « parfois du mal à expliquer pourquoi c’est réussi. (…) L’évaluation par les pairs permet de voir les micro-progressions, pas évaluables directement. Sur la base de petites améliorations par compétences, on passe à l’acquisition. C’est important que les pairs le disent ».

Mais sans doute doit-on renoncer à mettre en scène des expériences qui ne peuvent pas être réellement menées, comme l’injection du bacille de la peste à une souris ou la kinesthésie pour le système solaire ? C’est un sujet de réflexion essentiel pour l’enseignant.

Observateurs : Mme Nathalie BRUMAUD, M. François-Régis GUILLAUME, Mme Anne SZYMCZAK, Mme Martine AMABLE.

Extrait de educationartistiqueetculturelleeneducationprioritaire.wordpress.com du 25.10.18 : Donner accès à la culture scientifique et développer une pensée critique : sciences ou croyances ?

Répondre à cet article