> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > DISCRIM. / ETHNICITE > Ethnicité / Enfants d’immigrés en ZEP > Un rapport de recherche au Défenseur des droits sur la scolarisation des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un rapport de recherche au Défenseur des droits sur la scolarisation des élèves allophones et des enfants de voyageurs (Le Café,Tout Educ)

8 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

L’accès à la scolarisation des enfants étrangers entravée

Remis fin décembre, un rapport du Défenseur des droits interroge sur le droit à la scolarisation des élèves allophones et des enfants de familles itinérantes. Il s’appuie sur une recherche menée dans quatre académies, avec des entretiens conduits auprès de tous les acteurs concernés (professionnels, associatifs, familles, élèves) sur le suivi de plus de 300 élèves âgés de 6 à 16 ans. "Malgré l’existence d’un cadre réglementaire relatif à l’organisation de la scolarité de ces élèves... l’étude met en évidence certaines disparités", affirme le Défenseur. Il souligne "une inclusion en classe ordinaire pas toujours effective pour ces jeunes publics, en particulier pour les mineurs non accompagnés, et un accompagnement des familles trop rare ; des moyens très inégaux des CASNAV pour organiser la scolarisation de ces élèves ; des délais d’affectation parfois très longs, et des temps de prise en charge dans les dispositifs spécifiques pas toujours adaptés aux besoins des enfants et différents selon les établissements ; une absence de formation continue des enseignants pour la prise en charge de ces publics spécifiques, d’indications sur les contenus à enseigner et de temps d’échanges avec l’ensemble des acteurs concernés".

Des réalités dont certaines avaient déjà été mentionnées dans le rapport d’A C Lang. Le scandale du refus de scolarisation à Chilly Mazarin a depuis confirmé ces inégalités.

Le Défenseur des droits "constate des entraves importantes dans l’accès à l’éducation des enfants étrangers, à travers les saisines fréquentes qu’il reçoit relatives à des refus de scolarisation discriminatoires en raison de l’origine, de la nationalité ou encore de la particulière vulnérabilité résultant de la situation économique". Il réaffirme que " le droit à l’éducation est un droit fondamental, inconditionnel, dont les enfants doivent pouvoir jouir sans aucune discrimination[.

Le rapport

Sur le rapport Lang

Sur le scandale de Chilly Mazarin

Extrait de cafepedagogique.net du 08.01.18 : L’accès à la scolarisation des enfants étrangers entravée

 

Elèves allophones et enfants issus de voyageurs : quelle volonté politique de l’Education nationale ? (rapport au Défenseur des droits)

"La place importante prise par le secteur associatif (...) nous amène à douter de la volonté institutionnelle de l’Éducation nationale à donner véritablement un caractère prioritaire à la scolarisation des EFIV (enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs)" et des EANA (élèves allophones nouvellement arrivés), écrivent les coordinatrices de l’étude EVASCOL Maïtena Armagnague et Isabelle Rigoni (INS HEA) pour le Défenseur des droits.

"Dans le 1er degré, le fait que les parents n’aient à identifier qu’un seul enseignant" semble leur donner confiance, mais "au collège, les relations sont moins fréquentes et plus formelles, voire inexistantes". L’étude souligne d’ailleurs l’isolement des enseignants d’UPE2A et d’UPS (les unités pédagogiques "pour élèves allophones arrivants" ou "spécifiques") et pointe le manque de "concertation avec le reste de l’équipe pédagogique".

Après leur sortie de ces dispositifs, les élèves se retrouvent dans le collège de secteur "sans réelle concertation, ni suivi", ce qui "peut générer des situations violentes" : "démotivation, échec scolaire dans le nouvel établissement, déscolarisation en raison de mauvais résultats ou d’un sentiment de déconsidération, voire retour au pays d’origine, etc. (...) Plus inquiétant encore, la sortie effective du dispositif est régulièrement interprétée comme automatique au bout d’un an et n’est quasiment jamais décidée au regard des performances scolaires de la classe d’âge de référence ou de la progression réalisée par l’élève depuis son arrivée dans le système éducatif." Il faudrait pourtant prendre en compte "la durée d’appropriation de la langue française en tant que langue seconde, estimée entre 3 et 7 ans".

Ces familles sont d’autre part "victimes de discriminations dans l’accès à l’éducation, que ce soit en raison de leur mode de vie ou de leur origine réelle ou supposée". De leur côté, "certains élèves, surtout les collégiens, témoignent d’une vision de l’institution scolaire et de ses représentants négative et coercitive, tandis que d’autres y voient déjà un moyen d’émancipation".

Les associations pallient l’insuffisance des moyens des établissements

Quant à "l’accès des professionnels aux formations continues", il "s’appuie sur des moyens qui varient considérablement selon les académies". Ces enseignants constituent pourtant "le seul lien entre les différents acteurs scolaires et les élèves, leurs familles et réseaux", mais "les moyens accordés aux établissements scolaires par les pouvoirs publics ne sont pas suffisants pour mettre en oeuvre un accompagnement des familles" et de fait, ce sont souvent "les acteurs associatifs" qui jouent "un rôle complémentaire à celui des équipes éducatives".

Plus grave, l’étude dénonce "l’absence d’un pilotage national", "d’un véritable projet inclusif" ainsi que l’imprécision "des catégories et des dispositifs" qui provoque "des effets d’assignation et de confusion entre EFIV, voyageurs, élèves en difficultés, familles éloignées de l’école et/ou précaires". Elle préconise notamment de "renforcer la collaboration entre les acteurs institutionnels en rapprochant les CASNAV des rectorats et inspections académiques", de "rappeler le droit inconditionnel à une inscription scolaire quelle que soit la situation des familles des enfants concernés au regard de la domiciliation et du statut de leur lieu de vie", et d’inscrire l’inclusion de ces élèves dans le projet d’établissement pour "favoriser l’implication de tous les enseignants".

L’étude "sur la scolarisation des élèves allophones nouvellement arrivés (EANA) et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (EFIV)" est téléchargeable ici

Extrait de touteduc.fr du 27.12.18 : Elèves allophones et enfants issus de voyageurs : quelle volonté politique de l’Education nationale ? (rapport au Défenseur des droits

 

Voir aussi Comment et pourquoi Robespierre met-il en place la Terreur ?, scénario expérimenté au collège REP Roger Salengro de Saint-Martin-Boulogne (Pas-de-Calais)

 

Sur le site OZP, voir
la rubrique ->rubrique426] (200 articles)
le mot-clé Diversité, Ethnicité/ (groupe 5)
le mot-clé *Pédag. enfants immigrés et voyageurs/ (groupe 4)

Répondre à cet article