> ACTEURS et PARTENAIRES > Parents > Parents (Dossiers et Guides, Actes) > « Parents modèles, parents sous pression", la série complète de 5 articles (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

« Parents modèles, parents sous pression", la série complète de 5 articles d’universitaires sur la parentalité (site The Conversation)

21 août Version imprimable de cet article Version imprimable

Guides sur la parentalité : une infinie course au bien-être ?
Claude Martin,
sociologue (Ehesp)
Jamais les parents qui s’interrogent sur l’éducation de leurs enfants n’ont eu accès à autant d’informations et de conseils. Il leur suffit d’un clic sur le web pour qu’affluent forums et sites spécialisés. Il leur suffit d’un passage en librairie pour découvrir une multitude de nouveaux guides et manuels. Alors faut-il voir dans cette profusion une aide ou un risque de se perdre ? Ne crée-t-elle pas des injonctions inconciliables ? Dans ce premier épisode de notre série « Parents modèles, parents sous pression", Claude Martin (EHESP), s’interroge sur ces guides de la parentalité et notre infinie course au bien-être.

Extrait de theconversation.com du 16.08.20

 

Ce que le confinement nous a appris du désarroi parental
Ludovic Gadeau,
Université Grenoble-Alpes

[...] Le confinement a peut-être fonctionné comme un pare-feu (« moi-peau-familial »), protégeant le dedans contre un dehors menaçant. Mais en concentrant les obligations parentales sur quelques fondamentaux simples, en rendant ces obligations communes à tous les parents, il a peut-être amorcé aussi une relégitimation des positions parentales, en recréant temporairement une transcendance, une loi commune, restaurant ainsi le sentiment d’évidence.

Que les parents dans leur très grande majorité aient respecté à la lettre la règle du confinement n’est peut-être pas étranger à cela. Mais les effets de l’expérience du confinement sur la parentalité n’ont été souvent que transitoires, ce qui en montre le caractère éminemment artificiel.

Extrait de heconversation.com du 17.08.20

 

Parents « hélicoptères », enfants sous pression !
Ana Aznar,
Lecturer in Psychology, University of Winchester

Ces deux dernières décennies ont vu émerger des parents d’un nouveau style. De ces parents anxieux qu’on surnomme parents « hélicoptères » aux « mamans tigres », réputées pour leur exigence, ces différentes catégories ont un point commun : elles ont tendance à surinvestir leur rôle de parents, et à gérer la vie de leurs enfants. Elles leur laissent peu d’autonomie, leur mettent trop de pression pour atteindre leurs objectifs scolaires et personnels, leur donnant peu de chances d’expérimenter l’échec et la frustration.

Extrait de theconversation.com du 05.02.20

 

Débat : L’éducation positive, mot creux, ou vraie révolution ?
Sylvain Wagnon, Université de Montpellier)

Depuis une dizaine d’années, l’expression « éducation positive », souvent reliée à la bienveillance, connaît un franc succès, que ce soit auprès des institutions scolaires ou des familles. Toute une série de déclinaisons est possible : la parentalité positive, l’autorité positive ou la discipline positive.

Bien que sa définition soit encore à faire, il apparaît bien déjà qu’il s’agit avant tout d’un respect des droits et des besoins des enfants et des adultes par des relations humaines plus compréhensives, empathiques et constructives.

Extrait de theconversation.fr du 27.02.20

 

Pister son enfant avec une appli, une fausse bonne idée
Joel Michael Reynolds, University of Massachusetts

Les problèmes les plus délicats qui peuvent se poser viennent des applications conçues pour pister d’autres personnes, par exemple celles qui permettent à des parents de suivre leurs enfants. Il existe aujourd’hui des applis spécifiques pour les parents qui veulent surveiller la position GPS de leurs enfants, savoir qui ils appellent, à qui ils envoient des textos, quelles applications ils utilisent, ce qu’ils regardent en ligne et quels sont les numéros enregistrés dans leurs contacts.

En tant que bioéthicien, spécialiste des nouvelles technologies, je crains qu’avec de telles applications, la prudence inhérente au rôle de parent ne vire à la surveillance. Voici pourquoi.

Extrait de theconversation.com du 5.11.19

Répondre à cet article