> LES POSITIONS DE l’OZP > L’OZP reçu au MEN par Nathalie Elimas

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’OZP reçu au MEN par Nathalie Elimas

6 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

L’OZP reçu au MEN par Nathalie Elimas
A sa demande, notre association a été reçue le lundi 5 octobre 2020 en fin d’après-midi au Ministère par Nathalie Elimas. C’est l’OZP qui a inauguré le cycle des rencontres de la secrétaire d’Etat, avant les organisations syndicales.

Etaient présents pour l’OZP : Marc Douaire, Marc Bablet, Alexis Lebert et Jean-Paul Tauvel.
La secrétaire d’Etat était accompagnée de Mathieu Blugeon, directeur de cabinet, et de deux conseillers, Thomas Leroux et Nathalie Vilacèque.
L’entrevue, qui a duré 1 heure, s’est déroulée dans une atmosphère d’écoute et d’ouverture.

Nathalie Elimas a précisé d’entrée qu’elle était dans une phase de diagnostic du dispositif et qu’elle poursuivait son tour de France de l’éducation prioritaire.

Marc Douaire a présenté l’association et fait un historique de l’éducation prioritaire, marquée par des controverses à gauche comme à droite et par la discontinuité de la politique menée au niveau national. Il a souligné que s’était développée progressivement dans les équipes des réseaux une "intelligence collective" qu’il importait de ne pas freiner par des injections à différents niveaux de la hiérarchie et a fait remarquer par ailleurs que les ghettos n’étaient pas dans le milieu rural mais dans les quartiers urbains. Il a expliqué enfin les raisons qui ont poussé l’OZP à mener lui-même, avec ses moyens limités, une évaluation du dispositif.

Marc Bablet a présenté le questionnaire, composé essentiellement de questions ouvertes qui amenaient les acteurs à répondre avec leurs propres mots, puis une synthèse des réponses classées selon trois critères : les acquis, les obstacles, les leviers, et enfin les préconisations qu’en a tirées le conseil scientifique de l’association.

Nathalie Elimas, qui a précisé qu’elle avait enseigné elle-même en éducation prioritaire au début de son parcours professionnel, a marqué un vif intérêt pour cette enquête et a posé sur les points suivants des questions qui ont entraîné des réponses circonstanciées de l’OZP :
le peu de références dans les résultats de l’enquête à l’enseignement des mathématiques ;
les effets du confinement sur les relations des enseignants avec les familles :
l’utilité du référentiel ["un outil indispensable", a répondu l’OZP] ;
l’adéquation des formations aux besoins des acteurs ;
la quasi absence de réponses au questionnaire sur le partenariat ;
les cités éducatives et l’impression recueillie par l’OZP [qui "suit le dispositif avec intérêt"] que les points de vue des acteurs, au moins en région parisienne, avaient du mal a être pris en compte par l’administration de l’éducation nationale.

En conclusion, Nathalie Elimas a souligné son souci, dans les cités éducatives comme ailleurs, d’être à l’écoute du terrain et de pratiquer "un pilotage ascendant à partir des particularités de chaque territoire."

Répondre à cet article