> 9 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2006 > septembre 2006 > 05.09.06 - Un reportage dans le Cirque de Mafate, ZEP de Cilaos

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

05.09.06 - Un reportage dans le Cirque de Mafate, ZEP de Cilaos

5 septembre 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site de « France 5 », le 02.09.06 : L’instituteur et ses marmailles : une classe unique à La Réunion

Depuis toujours, le cirque de Mafate, sur l’île de la Réunion, est synonyme d’isolement et d’inaccessibilité. Son relief tourmenté empêche la route de pénétrer en son coeur. Pourtant, 700 personnes vivent dans ce sanctuaire naturel, dont de nombreux enfants en bas âge. Comment maintenir santé et éducation dans une zone aussi sauvage ?

Rentrée scolaire 2005 : Alan Nivoix prend son premier poste d’instituteur à Marla, village de quarante habitants au pied du piton des Neiges, le plus haut sommet de l’océan Indien. Marla, 1 650 mètres d’altitude, n’est accessible que par des sentiers ou par hélicoptère.

Pour la première fois depuis treize ans, le nombre d’enfants permet de rouvrir une classe, donc l’école. Le jeune instituteur va enseigner, en classe unique, à huit enfants, âgés de 2 ans et demi à 7 ans. La caméra le suit dans ce baptême du feu peu habituel.

Les élèves sont plus accoutumés à la pleine nature qu’à la discipline scolaire : Nathan, le petit blond, peine à rester en place, Marie-Jeanne, sa grande soeur, découvre chiffres et lettres pour la première fois...

"M. Alan", comme l’appellent rapidement les enfants, doit, lui aussi, faire preuve d’humilité et apprendre des gestes nouveaux : un parent d’élève lui montre comment tuer et plumer une poule ; les enfants lui enseignent le nom des plantes lors d’une sortie botanique. Des liens se tissent entre les petits et leur maître qui sortent du cadre de la classe.

France Harvois

Diffusion : volet 1 - mardi 5 septembre 2006 à 21:35 (câble, satellite et TNT) ; volet 2 - mardi 12 septembre à 21:35 (câble, satellite et TNT).

Durée : 2 X 52’
Auteur : Dominique Clément
Réalisation : Benoît Finck
Production : France 5 / Néria Productions
Année : 2005
Inédit

Pourquoi avoir choisi d’enseigner dans une école aussi isolée ?

Alan Nivoix : Quand j’ai passé le concours d’instituteur, je savais déjà que je voulais aller à Mafate ! Cet isolement m’attirait, justement. Je ne crois pas qu’il existe sur d’autres îles un site aussi incroyable, tropical et dominé par des montagnes culminant à 3 000 mètres... Ce côté aventureux me plaît. Je me suis porté volontaire et, bien que ce soit ma première affectation, je n’ai eu aucun mal à être recruté : l’inspection d’académie manque de candidats pour ce type de poste. Et surtout il y a l’aspect aventure humaine : j’ai rouvert une école fermée depuis treize ans. Je me sens comme ces instituteurs du début du siècle dernier qui enseignaient dans des conditions matérielles parfois précaires.

Dans le film, on vous voit en effet demander à la mairie de réparer le groupe électrogène de l’école...

A. N. : Oui, et il n’était toujours pas réparé en juin ! Donc pas d’électricité, ce qui signifie pas de repas chaud pour les enfants à midi et pas de chauffage pour moi le soir. Et l’hiver, à 1 650 mètres, il gèle le matin. Alors on a ramassé du bois !

Un tournage dans une aussi petite classe double les effectifs...

A. N. : Oui ! C’était un événement, cette réouverture d’école, si bien que le jour de la rentrée il y avait plus de journalistes que d’élèves dans la classe ! L’équipe est restée trois semaines et s’est mise à participer à la vie scolaire : elle a montré aux enfants comment réaliser un petit film et, du coup, ils n’étaient pas du tout impressionnés.

Propos recueillis par F. H.

Un film en deux volets

L’autre partie de ce documentaire, intitulée Naître et grandir à Mafate, sera diffusée le mardi 12 septembre à 21h35

Répondre à cet article

4 Messages de forum