> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > INEGALITES SOCIALES (Types de document) > Inégalités sociales (Rapports officiels) > Une étude Insee Pays-de-la-Loire souligne que le retard à l’entrée en 6e a (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une étude Insee Pays-de-la-Loire souligne que le retard à l’entrée en 6e a beaucoup baissé en 10 ans mais qu’il touche bien davantage les catégories socioprofessionnelles les plus faibles et les élèves de nationalité étrangère

2 février 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Près de 10 % des élèves arrivent en 6e avec au moins un an de retard

Claire Ropers, Rectorat de l’académie de Nantes

Parmi les 46 000 élèves des Pays de la Loire entrés pour la première fois en classe de 6e à la rentrée 2014, 9,7 % ont un retard scolaire d’au moins un an. Ce taux, légèrement inférieur à celui de France métropolitaine (10,1 %), place l’académie de Nantes au 11e rang des 26 académies métropolitaines. Si ce taux est en nette diminution depuis 10 ans, la probabilité de retard scolaire pour un élève varie toujours fortement selon ses caractéristiques sociodémographiques (nationalité, sexe) et celles de sa famille (profession des parents). Elle varie également en fonction de la situation géographique.

Sommaire
Le retard scolaire à l’entrée en 6e a considérablement diminué en dix ans
Davantage de retard scolaire dans les catégories socioprofessionnelles les moins élevées
Davantage de retard scolaire dans la Sarthe
Définitions, pour en savoir plus

[...] Davantage de retard scolaire dans les catégories socioprofessionnelles les moins élevées
Les garçons sont plus souvent en retard que les filles : 10,7 % ont pris au moins une année de retard au cours du cycle primaire, contre 8,6 % des filles dans l’académie de Nantes. La proportion d’élèves en retard varie également en fonction d’autres caractéristiques sociodémographiques, notamment de la catégorie socioprofessionnelle des parents.

Dans l’académie de Nantes, 2,6 % des enfants de cadres entrent au collège avec au moins un an de retard tandis qu’ils sont 13,4 % dans ce cas dans les ménages ouvriers (figure 3).
Les écarts sont très marqués entre les élèves de nationalité française et ceux de nationalité étrangère : ces derniers sont 31,6 % à commencer le cycle secondaire avec au moins un an de retard.

La France apparaît comme un pays où les redoublements sont très liés à l’origine sociale. Selon l’enquête PISA 2012 menée sur les jeunes de 15 ans, en France, à niveau de compétence égal en mathématiques, en compréhension de l’écrit et en sciences, un élève issu d’un milieu défavorisé est deux fois plus susceptible d’avoir redoublé qu’un élève de milieu favorisé.

Insee Flash Pays de la Loire N° 21 - janvier 2015 http://www.insee.fr/fr/insee_regions/pays-de-la-loire/themes/insee-flash/inf_21/inf_21.pdf

Données complémentaires (5018 ko) : Ce fichier présente les données des tableaux et des graphiques de la publication, enrichies éventuellement par des données complémentaires http://www.insee.fr/fr/insee_regions/pays-de-la-loire/themes/insee-flash/inf_21/inf_21.xls

Extrait de insee.fr

Répondre à cet article