> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, SOCLE > Enseignement privé > Ecoles hors-système : ces enfants de plus en plus nombreux qui quittent (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ecoles hors-système : ces enfants de plus en plus nombreux qui quittent l’école de la République (Franceinfo)

7 septembre 2021

Il n’existe pas de chiffres officiels, mais en recoupant différentes sources on estime que l’instruction en famille (IEF) représente entre 30 000 à 50 000 élèves, majoritairement dans les classes de primaire. Une population infime au regard du chiffre des inscrits dans une école de l’enseignement public. En revanche, on note une progression spectaculaire de ces enseignements hors système : le nombre des enfants instruits en famille a doublé en dix ans.

Les foyers qui utilisent les supports pédagogiques autres que ceux du Cned (Centre national d’enseignement à distance), représentaient un quart des inscrits il y a dix ans. Ils sont aujourd’hui 53%, tous profils confondus. Les raisons les plus souvent évoquées par les parents pour ne pas scolariser leurs enfants sont confessionnelles. Mais certains enfants ont aussi besoin d’un rythme particulier quand d’autres ont des difficultés, ou n’ont pas accès à l’école car leurs parents travaillent et vivent dans des péniches, en caravane, ou dans un refuge de haute montagne, par exemple.

Des sites d’apprentissage douteux
Dans la plupart des cas, cet enseignement hors de l’école se déroule correctement. Mais certains sites d’apprentissage, notamment qui mettent en avant une éducation musulmane, sont de véritables "écoles" salafistes en ligne. Parmi eux, on peut citer Apprends-moi Ummi, l’Académie du muslim, Eve éducation ou Madrassah LMDE. Ces sites ont un statut d’entreprise ou d’association. Ce ne sont pas des écoles déclarées hors contrat. Or certains prétendent tout de même assurer un enseignement scolaire complet.

La journaliste Anna Erelle, auteure de plusieurs livres sur le salafisme, s’est fait passer pour une mère de famille désireuse de déscolariser ses enfants pour des raisons religieuses. De prime abord, raconte-t-elle, on a l’impression d’avoir à faire à un site d’apprentissage très classique : "On y voit le logo du Cned, on y parle pédagogie Montessori, Freinet, et d’autres… On vous promet un accompagnement parfois jusqu’au bac. Mais on ne peut rien savoir sur le CV des professeurs, par exemple, dont le nom ne donne rien si on le ’googlise’. Et très vite on se rend compte que le plus important, c’est l’enseignement religieux"

Extrait de francetvinfo.fr du 04.09.21

Répondre à cet article