> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Etudes universit.) > Semaine de l’égalité entre filles et garçons à l’école : un dossier du Café (7 (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Semaine de l’égalité entre filles et garçons à l’école : un dossier du Café (7 articles) et un dossier de la Depp

8 mars

Egalité femmes - hommes : Un problème aussi à l’Education nationale
L’Ecole devrait être à l’abri des inégalités de genre. A la fois parce que ses valeurs y poussent. Et aussi parce que les femmes y sont très majoritaires. Pourtant il n’en est rien. La place des femmes est liée à leur position hiérarchique. Et leur rémunération reste inférieure à celle des hommes. L’égalité entre les femmes et les hommes reste à construire à l’éducation nationale.
(...)

 

Jacques Gleyse : Le genre de l’école
Où en est-on de l’égalité filles - garçons dans l’école française ? Jacques Gleyse (LIrdef université de Montpellier) publie un ouvrage qui fait le point sur cette question (Le genre de l’école (L’Harmattan). Pour lui, la mixité mise en place dans le système éducatif ne correspond pas à l’égalité des chances ni à l’égalité de traitement des élèves filles et garçons. Les stéréotypes de genre restent très actifs à l’école. Ils se posent jusque dans les contenus disciplinaires. C’est ce qu’il explique.

 

Marie-Mélanie Dumas : Le combat contre les inégalités de genre commence dans le cour de l’école
À l’école élémentaire Jean Le Bail de Limoges, les élèves de cycle trois repensent l’espace de la cour de récréation. Un espace où habituellement filles et garçons ne se mélangent pas, un espace où généralement ces derniers occupent la grande majorité de l’espace, les filles se contentant de rester sur les abords. Dans cette école REP de quatorze classes, qui accueille 220 élèves, les élèves de Marie-Mélanie Dumas travaillent sur la notion d’égalité filles-garçons et sur ce qu’elle signifie concrètement dans une cour de récré. « Égalité filles-garçons », c’est le nom du projet qui a permis un partenariat solide avec l’éducatrice du quartier ainsi que le collège du REP.

 

Une intersyndicale appelle à la grève pour l’égalité femmes - hommes
" Les femmes représentent 73% des personnels dans l’Éducation nationale mais leur salaire net moyen demeure aussi inférieur à celui des hommes de 15%", rappellent les syndicats Sud, CGT et FSU dans un communiqué commun. " Nos organisations FSU, CGT et SUD éducation appellent à faire du 8 mars une grande journée de grève et de lutte pour les droits des femmes, dans le secteur de l’éducation". Les syndicats demandent des mesures de rattrapage salarial des femmes, une formation des personnels aux stéréotypes sexistes, "une véritable éducation à l’égalité, à la sexualité et contre les stéréotypes sexistes" pour les élèves.

 

Un label et des bourses de la mixité annoncés par le ministère
A l’occasion de la "semaine de l’égalité entre les filles et les garçons à l’école", le ministère de l’éducation nationale veut développer un label « égalité filles-garçons » pour les collèges et les lycées (LGT et LP) dont le contenu devrait être publié cette semaine. Le ministère expérimentera dans plusieurs académies des " bourses de la mixité , bénéficiant à des élèves déjà boursiers et s’engageant dans des enseignements de spécialité ou des séries technologiques dans lesquelles ils ou elles seraient très minoritaires de genre". On pouvait s’attendre à ce que le ministère cite des filières de l’enseignement professionnel puisque c’est là que les inégalités sont les plus fortes. Il n’en est rien : cela concernera que les lycées généraux et technologiques. "Cette expérimentation pourra porter sur certaines des spécialités ou séries suivantes : Les six spécialités en voie générale identifiées comme particulièrement peu mixtes : Numérique et sciences informatiques (NSI) ; Sciences de l’ingénieur (SI) ; Humanités, littérature et philosophie (HLP) ; Arts ; Littérature, langues et cultures de l’Antiquité (LLCA) ;Les trois séries en voie technologique identifiées également comme particulièrement peu mixtes : Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (STi2D) ; Sciences et technologies de la santé et du social (ST2S) et Sciences et technologies du design et des arts appliqués (STD2A)." Enfin le ministère va définir des objectifs cibles de 30% de mixité dans des formations à faible taux de mixité à un horizon de 5 ans. Là aussi cela concerne que les lycées généraux et technologiques. Ces quotas avaient été annoncés en juin dernier devant l’Assemblée nationale.

 

Des parcours scolaires différents pour les filles et les garçons
" À la fin des années 2010, dès l’entrée à l’école élémentaire, les filles ont des résultats légèrement supérieurs aux garçons en français. Elles conservent puis amplifient cet avantage tout au long de leur scolarité. En mathématiques, les résultats ne sont pas différents à l’entrée à l’école élémentaire ; par la suite, les garçons obtiennent des résultats équivalents ou supérieurs. Les filles réussissent mieux aux examens et obtiennent en particulier de meilleures notes au contrôle continu du diplôme national du brevet en français et en sciences de la vie et de la Terre (SVT). À l’inverse, dans les évaluations mesurant des compétences moins centrées sur les apprentissages du programme scolaire, les filles présentent un désavantage en mathématiques et leur avantage en français se réduit. À partir du collège, la motivation pour les études et la confiance des filles dans leurs capacités diminuent. Cette moindre confiance a des conséquences sur leurs orientations et plus globalement sur leurs stratégies de carrières scolaires". L’Insee, avec l’aide de la Depp, met en évidence les différences de parcours scolaire selon les genres . Notamment le meilleur niveau des filles en français et celui ds garçons en maths qui s’installe dès l’école primaire. Au final les filles choisissent moins les sciences au lycée.

Publication Insee

 

Egalité : Les 50 mémorables
Grévoka Parrot, professeure documentaliste, met en ligne l’exposition des "50 mémorables" réalisée par des collégiens pour célébrer 50 femmes mémorables. L’objectif était de renommer des salles et des couloirs de l’établissement. Mais cela , selon G Parrot, n’a pas pu avoir lieu par blocage de la direction. Il nous reste l’exposition elle - même : 50 panneaux conçus par les élèves qui ont cherché et retenu 50 personnages comme Ada Lovelace, Adèle Haenel, Alison Bechdel, Anne Bonny ou Clara Zetkin, qui, semble t-il, ne sont pas toutes en odeur de sainteté chez la hiérarchie de l’éducation nationale.

L’exposition

Extrait de cafepedagogique.net du 08.03.22

 

 

Filles et garçons sur le chemin de l’égalité.
De l’école à l’enseignement supérieur. Edition 2022

Depp, mars 2022, 28 p.

Cette publication met en évidence des différences selon les genres en matière de parcours et de réussite des jeunes, de choix d’orientation et de poursuite d’études entre filles et garçons, qui auront des incidences ultérieures sur l’insertion dans l’emploi ainsi que sur les inégalités professionnelles et salariales entre les femmes et les hommes.

Extrait de education.gouv.fr de mars 2022

Voir :
la sous-rubrique Inégalités et questions de genre
le mot-clé Inégalités de genre (gr 5)/

Répondre à cet article