> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Français et Langues) > B* Une séquence de 6e avec un carnet de lecture pour l’élève sur "L’enfant et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Une séquence de 6e avec un carnet de lecture pour l’élève sur "L’enfant et la rivière" d’Henri Bosco au collège REP+ Henri Wallon de Marseille 14e (Le Café)

22 juin

L’enfant, la rivière et le carnet de lecture

Cécile Colonna-Césari, professeure au collège [REP+] Henri Wallon à Marseille, partage une séquence de 6ème sur le roman « L’enfant et la rivière » d’Henri Bosco. Avec en particulier un carnet de lecture qui invite l’élève à s’interroger et rédiger au fil de son parcours dans l’œuvre. Exemples de questions : pourquoi le narrateur dit-il « de ma vie, fût-elle longue encore, je n’oublierai ces jours de ma jeunesse où j’ai vécu sur les eaux » ? Dans quel lieu souhaiterais-tu aller ? Quels passages font penser à un rêve ? Comment Pascalet se sent-il quand il rentre chez lui ? Pourquoi ? T’attendais-tu à cette réaction ? Que penses-tu de la fin de l’histoire ? As-tu eu l’impression de rêver en lisant ? Selon toi qu’apporte ce voyage à Pascalet ? …

Extrait de cafepedagogique.net du 14.05.22

Voir la séquence en ligne

Récit d’aventures / création poétique au cycle 3

2
• Séance 2 Oral/écriture
Þ S’approprier le contexte et l’univers de référence
Þ Emettre des hypothèses de lecture
Visionnage d’images de la Durance
Les élèves font part de ce qu’ils ont appris aux autres
Hypothèses à partir du titre du récit L’Enfant et la rivière :
A ton avis que va raconter ce récit ?
→ 2 GN reliés par la conjonction de coordination « et » : pied d’égalité, comme si la rivière
était un personnage
→ On ne donne pas le nom du personnage principal ce qui donne de l’importance à
l’enfance : peut-être cela va -t-il raconter un épisode-clé de son enfance, un événement qui
va le faire grandir.
Des éléments-clés du récit émergent : les élèves pensent au conte, au surnaturel, à
l’étrangeté, à l’enchantement, au mystère, au fait de grandir, au lien particulier avec la rivière.
Cette activité facilitera l’interprétation de l’œuvre.
• Séance 3 Vocabulaire/lecture
Lecture des titres des chapitres : petites hypothèses à l’oral pour aiguiser la curiosité.
Les élèves ont cherché cinq mots ou expressions en lien avec le mot « tentation » à la
maison. La classe a ensuite élaboré une petite fiche-réseau autour du mot « tentation » qui
éclairera la lecture qui va suivre de l’œuvre.
Prendre des risques – risquer sa vie – s’aventurer
Être tenté par quelque chose – céder à la tentation
Obsession – intérêt – besoin – envie – être attiré par quelqu’un/quelque chose – être alléché
Être curieux – la curiosité
Lecture par le professeur des premières pages pour s’assurer de la compréhension : lieu,
ce qu’on apprend des personnages, leurs motivations/désirs.
→ Foyer, mais l’enfant semble solitaire
→ Pascalet « doux »/ « facile à conduire »
→ Bargabot le braconnier qui appartient à nature, au monde de la rivière
→ La mystérieuse grand-tante qui l’adore et régente tout le monde
→ La crainte et l’attirance de Pascalet pour Bargabot et la rivière
L’avertissement du père (comme dans les contes) / tenté
→ va lui donner envie : « me faire rêver de la rivière, nuit et jour. »
Peur et « désir violent de la connaître ».
Hypothèses à partir du sens du verbe « connaître » : va désobéir, se mettre en
danger pour la voir
Ecriture : réutilisation du lexique de la tentation pour exprimer le désir d’évasion du
personnage et les dangers qui se profilent.
Formulation de phrases avec ces mots avec les élèves :
3
Pascalet est tenté par la rivière, il a le « désir violent de la connaître ». Ses parents
l’avertissent : il ne doit pas s’aventurer dans la rivière car elle est dangereuse.
Observation d’une phrase particulièrement expressive :
« Mais au-delà coulait une rivière. » :
La postposition du sujet du verbe crée un effet d’attente, et montre ainsi l’importance de la
rivière. L’effet est également poétique.
• Séance 4 Lecture : l’appel de la nature
Þ Montrer le lyrisme de la description de la nature
1
5
10
15
Je partis à travers les champs. Ah ! Le cœur me battait ! Le printemps rayonnait dans
toute sa splendeur. Et quand je poussai le portail donnant sur la prairie, mille parfums
d’herbes, d’arbres, d’écorce fraîche me sautèrent au visage. Je courus sans me
retourner jusqu’à un boqueteau. Des abeilles y dansaient. Tout l’air, où flottaient les
pollens, vibrait du frémissement de leurs ailes. Plus loin un verger d’amandiers n’était
qu’une neige de fleurs où roucoulaient les premières palombes de l’année nouvelle.
J’étais enivré.
Les petits chemins m’attiraient sournoisement. « Viens ! Que t’importent quelques
pas de plus ? Le premier tournant n’est pas loin. Tu t’arrêteras devant l’aubépine. »
Ces appels me faisaient perdre la tête. Une fois lancé sur ces sentes qui serpentent
entre deux haies chargées d’oiseaux et de baies bleues, pouvais-je m’arrêter ?
Plus j’allais et plus j’étais pris par la puissance du chemin. A mesure que j’avançais,
il devenait sauvage.
L’Enfant et la rivière, Henri Bosco, 1945
Notes prises au tableau à partir des propositions de élèves :
Pascalet est sensible › les sens (toucher, odorat, vue, ouïe, goût)
Pascalet est bouleversé devant la beauté de la nature
Pascalet émerveillé › - lumière « rayonnait », « splendeur »
 « Le cœur me battait ! » émotion forte (réécriture de la phrase sous
une forme plus neutre : Mon cœur battait.), poésie
 personnification « abeilles dansaient »
« enivré » : il est ému, hors de lui
Mise en mouvement : « avançais », « allais », « lance »
« émotion » vient du latin movere : mettre en mouvement → Tout vibre, comme son cœur.
Questionnement final : Pourquoi peut-on dire que Pascalet est frappé par l’émotion ?
Entraînement à la lecture expressive : Comment souligner l’émotion ?
accents d’insistance, modulation de la voix pour charmer, jeu sur les intensités.
4
• Séance 5 Langue L’imparfait et le passé simple - emplois et
conjugaison
Þ Revoir les marques de temps et de personnes à partir d’un corpus
Ecriture : Bargabot invite Pascalet à pêcher. Raconte la scène en utilisant l’imparfait et le
passé simple. Décris d’abord Bargabot/la barque/la rivière, puis rapporte leurs actions.
Vocabulaire : hameçon – appât - canne à pêche- lancer la ligne - mordre à l’hameçon –
flotter - tirer la ligne – moulinet
Mon carnet de lecteur
Lecture du chapitre « L’île » du livre L’Enfant et la rivière de Jules Vallès : pages 35 à
51 - travail dans le carnet de lecteur :
• Prends des notes sur :
 les émotions de Pascalet
 la rencontre de Gatzo : qui est-il ? Comment le rencontre-t-il ?
 les autres personnages de l’île : quelle image est donnée d’eux ? Te font-ils penser à des
personnages particuliers ?
• Selon toi que va-t-il arriver à Pascalet et Gatzo ? Aurais-tu aimé être à la place de Pascalet ?
Pourquoi ?
• Séance 6 Lecture
Þ Le passage dans un autre monde infernal (pages 41-43)
Notes au tableau :
Pascalet a peur :
Petite-fille étrange, est-ce une sorcière ?
→ elle a un don, un pouvoir particulier car elle parle aux corneilles
→ marmite personnifiée « sorte de créature étrange, avec deux petites oreilles et une panse
rebondie »
Vieille femme-sorcière : adjectifs qualificatifs « maigre et farouche »
égorge un coq
Ours comme animal de compagnie
« Quatre grands diables, secs et noirs, plus noirs, plus secs que Bargabot » → méchants,
malveillants, diaboliques
Insistance sur leur noirceur
10
• Séance 9 langue
Þ Les accords dans les GN le GN : groupe prépositionnel et adjectif qualificatif
Dictée préparée
Oral !
Apprendre par cœur des passages significatifs (pour nourrir le sujet de réflexion final)
et les mettre en voix
Carnet de lecteur Les parcours de lecture transversaux
Appui sur notes/remarques du carnet de lecteur
Cercles de lecture sous la forme des ateliers d’expression réflexive (responsables de la
prise en notes des idées énoncées)
→ le merveilleux : la rivière-personnage / la nature amie et confidente, à la fois protectrice
et inquiétante, source de rêve et de plénitude / le motif de l’enchantement (mot « chant »
(latin carmen) pour travailler sur la dimension hypnotique, l’oubli de soi) / l’impression de
rêve éveillé, de voyage onirique
 Pour les bons lecteurs :
Relève au fur et à mesure les éléments étranges, les éléments qui sont pour toi
magiques
 Extraits précis redonnés à lire aux petits lecteurs
 Pour tous :
As-tu eu l’impression de rêver en lisant ?
Selon toi qu’apporte ce voyage à Pascalet ? Comment se sent-il ?
→ les lieux : à la fois pièges et refuges (toujours tension) : passage de la rivière et voyage
sur les îles symboliques : entrée dans autre monde (monde des rêves, imaginaire - des
Enfers – merveilleux (d’une grande beauté)) / les eaux dormantes / le village fabuleux de la
révélation / le retour au réel marqué par l’ennui, la déception
Recherche de mots représentant le moment passé avec Gatzo, sur les eaux
dormantes du bras mort :
 tranquillité – détente - paix – bonheur
 lenteur du temps qui s’écoule
 temps passé à admirer la nature / ils ont profité du paysage (comme une ode à la
nature)
Possibilité de création d’une carte des lieux avec dessins dessins expressifs et citations / mots clés choisis par les élèves
Lire la suite

Répondre à cet article