> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Positions) > Education. Généralités (Positions autres : observateurs, assoc., (...) > Dans une lettre au ministre, le Crap-Cahiers pédagogiques présente ses (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans une lettre au ministre, le Crap-Cahiers pédagogiques présente ses propositions pour « l’école d’après »

30 juin

Le CRAP-Cahiers pédagogiques a adressé, ce mardi 28 juin, un courrier au ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, pour lui faire part des priorités que le mouvement a identifiées pour aller vers « une école plus juste, plus inclusive et qui fasse réussir tous les élèves ».

Monsieur le ministre,

Depuis plus de soixante-dix ans, notre association, le CRAP-Cahiers pédagogiques, à partir des valeurs humanistes de l’éducation nouvelle, milite pour une école plus juste, plus inclusive et qui fasse réussir tous les élèves.

Alors que débute un nouveau quinquennat, et alors que vous avez émis la volonté d’« écouter les acteurs » dans le cadre d’un débat nécessaire et trop souvent occulté sur l’avenir de notre école, nous nous permettons de vous faire part de quelques propositions qui se fondent à la fois sur notre expérience de pédagogues de terrain et sur les apports de la recherche qui peuvent éclairer nos pratiques.

Ce que nous avons appelé « l’école d’après », devrait répondre aux grandes lignes suivantes :

Une école qui se pose constamment la question du « comment réduire les inégalités », pas seulement sur le plan des moyens et du fonctionnement institutionnel, mais dans les pratiques quotidiennes.
Des activités en prise avec le monde d’aujourd’hui, pour donner plus de sens aux savoirs scolaires, enseignés à des élèves d’aujourd’hui.
Davantage de coopération, pour développer l’entraide et la fraternité.
Une formation de l’esprit critique, qui traverse toutes les disciplines et ne soit pas marginale.
Une valorisation de toutes les formes d’engagement des élèves pour développer responsabilité et construction de la citoyenneté.
Une écoute réelle de la parole des acteurs et des moyens donnés aux équipes pour leur permettre de travailler ensemble.
Des croisements de disciplines, nécessaires pour appréhender un monde complexe, notamment les questions de santé et d’environnement, et s’inscrivant le plus souvent dans une pédagogie de projet.
Une intégration des apports de la recherche, sans dogmatisme et avec des regards multiples (sciences cognitives, sociologie, psychologie, didactique…).
Une prise en compte dans l’enseignement des outils utilisés au quotidien dans la société numérique, comme l’enseignement à distance au moment du confinement en a montré la nécessité.
La valorisation des activités artistiques et culturelles, sans les opposer aux « fondamentaux », et ceci dès l’école maternelle, laquelle ne doit pas être réduite à une préparation à « la grande école ».
Une ouverture plus grande aux parents, aux territoires, aux associations complémentaires de l’école, sans pour autant confondre le rôle de chacun.
Une réflexion sur une évaluation formative et positive plutôt que sélective des acquis et apprentissages.
La mise en place d’une formation multiforme des enseignants, et en particulier une véritable formation continue, aujourd’hui parent pauvre de notre système éducatif, et qui ne soit pas seulement descendante, mais s’appuie sur les difficultés du métier identifiées par des équipes.
Ajoutons que notre association n’est pas, par nature, porteuse de revendications dans le domaine salarial ou celui des conditions de travail, mais nous connaissons bien sûr l’état de grand malaise au sein de l’Éducation nationale et les demandes des personnels. Il nous semble que, sans les entendre et sans réinstaurer la confiance au sein de notre système éducatif, rien ne sera possible.

Nous avons donc l’honneur de vous demander un rendez-vous pour une entrevue avec quelques membres de notre association, afin de vous exposer plus en détail nos propositions.

Gwenael Le Guével
président du CRAP-Cahiers pédagogiques

Extrait de cahiers-pedagogiques.com du 29.06.22

Répondre à cet article