> 6 - ACTEURS, POSITIONS > ACTEURS > PARENTS > Actions locales en direction de parents (et mallette) > Projet de réforme du système de notation : l’AFEV s’en félicite et se dit prête (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Projet de réforme du système de notation : l’AFEV s’en félicite et se dit prête à accompagner les familles des quartiers populaires pour éviter que la suppression des notes ne distende davantage leurs liens avec l’école

5 juin 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’Afev se félicite de l’annonce de Vincent Peillon sur la réforme du système de notation

L’Afev, initiateur de l’appel à la suppression des notes à l’école élémentaire en novembre 2010, se félicite de l’annonce ce week-end du Ministre de l’Education nationale pour « réformer le système de notation à la française ».

Cette évolution était indispensable tant ce système de notation, particularité française, apparaît, pour nous acteurs de terrain impliqués au quotidien auprès d’enfants en difficulté, comme injuste et surtout inefficace.

L’évaluation peut se passer de notes qui ne reflètent pas toujours les compétences acquises par l’élève, l’évolution de son travail, et les efforts qu’il a produits. C’est surtout un système qui alimente un climat scolaire tourné vers la compétition, le stress des élèves et, au final, la souffrance scolaire. Beaucoup d’enfants intériorisent leurs notes comme leur valeur intrinsèque, minant leur confiance et soi et leur capacité de réussite.

"Cette position du ministre est également courageuse, car en France, existe une confusion, persistante entre « effort » et « souffrance ». S’attaquer à la souffrance scolaire est souvent amalgamé à l’idée que l’on ne valorise pas l’effort. C’est une confusion, qu’il devient urgent de dépasser. L’acte d’apprendre nécessite en effet des efforts répétés et soutenus. Mais à terme, une notation constamment décourageante, malgré les efforts, place l’enfant en situation de souffrance qui devient incompatible avec les exigences de l’apprentissage" explique Christophe Paris, directeur général de l’Afev.

On le sait cette évolution devra être accompagnée, notamment vis-à-vis des parents les plus éloignés de l’école et de la compréhension de ses codes, afin que cette suppression des notes ne risque pas de distendre davantage les liens entre famille et école.

L’Afev se tient prêt à accompagner ces évolutions auprès des milliers de familles des quartiers populaires auprès desquelles elle intervient au quotidien.

Répondre à cet article