> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. TYPE DE DOCUMENT > EDUC. PRIOR. (Rapports officiels) > EDUC. PRIOR. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, (...) > Les enseignants de collège en éducation prioritaire ont un jugement moins bon (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les enseignants de collège en éducation prioritaire ont un jugement moins bon que les autres sur le climat scolaire mais meilleur sur les conditions de travail : relations avec les parents, temps disponible, travail en équipe, sentiment d’utilité (Depp)

6 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

DEPP
Note d’information N° 19.53 – Décembre 2019

Résultats de la première enquête de climat scolaire auprès des personnels du second degré de l’Éducation nationale

Au cours du printemps 2019, les personnels du second degré de l’Éducation nationale (MENJ) ont répondu à une enquête de climat scolaire. Globalement, ils ont une perception positive du climat scolaire au sein de leur établissement. Dans leur très grande majorité, ils jugent leurs relations, avec les membres de la communauté éducative, bonnes ou très bonnes. Les hommes et les femmes ont une vision assez similaire du climat scolaire. Neuf personnels sur dix affirment effectuer des tâches qui leur plaisent. Cependant, six personnels sur dix disent ne pas avoir assez de temps pour bien les effectuer. Le sentiment de reconnaissance de la part de la hiérarchie est éprouvé par les trois quarts des personnels.Les enseignants du secteur public jugent le climat et les conditions de travail moins positivement que les autres personnels du secteur public.
En éducation prioritaire et dans les lycées professionnels, le climat scolaire est certes jugé moins bon pour certaines dimensions, mais les conditions de travail décrites y sont plutôt favorables. Parmi les incidents graves auxquels sont confrontés les personnels, on trouve les contestations ou refus d’enseignement (35%, mais cela est très rarement en lien avec les convictions personnelles des élèves), les moqueries ou insultes (24%) et les menaces (12%)

Extrait de education.gouv.fr de décembre 2019

 

EXTRAIT

[...] En éducation prioritaire et dans les lycées professionnels, un jugement moins bon pour le climat, meilleur pour les conditions de travail

Dans les collèges de l’éducation prioritaire, les enseignants ont une perception du climat scolaire de leur établissement globalement moins favorable : 54% le jugent satisfaisant, contre 68% hors éducation prioritaire. Les différences sont notables pour ce qui est du sentiment que les élèves y apprennent bien fi gure 3. Ce sentiment exprimé par un enseignant sur quatre (25%) atteint un niveau de deux fois inférieur à celui constaté hors EP (53%). De même, 83% des enseignants des collèges en EP estiment que la violence est présente dans leur établissement, contre 58% pour les enseignants exerçant dans les autres collèges publics.
S’agissant du sentiment de sécurité, les écarts sont importants aux abords du collège (18points) ; ils le sont nettement moins en son sein (7points).

Le constat d’un climat perçu comme moins bon en l’éducation prioritaire ne vaut pas pour toutes les dimensions. En particulier, les enseignants de ces collèges s’estiment plus souvent respectés par les parents d’élèves (91% contre 85% pour les enseignants hors EP). Un tel constat inversé se vérifie par ailleurs pour de nombreuses dimensions relatives aux conditions de travail. En éducation prioritaire, les enseignants ont plus souvent l’impression de faire partie d’une équipe figure 4.
Ils sont plus nombreux à estimer disposer d’un temps suffisant pour effectuer leur travail. Enfin, le sentiment de faire quelque chose d’utile aux autres est également plus fréquent (+5points). De manière générale, la perception des enseignants des lycées professionnels publics est comparable à celle de l’éducation prioritaire : elle est moins bonne pour le climat scolaire et plus nuancée pour les conditions de travai.

Répondre à cet article