> MATERNELLE, LYCEE, Enseign. PROFESSIONNEL, SUPERIEUR-RECHERCHE > Supérieur-Recherche, Etudiants, Ouverture sociale et Cordées > Ouverture sociale > Ouverture sociale. Sciences Po > Les IEP en région > La révolution des frais modulables dans les 8 Instituts d’Etudes Politiques (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La révolution des frais modulables dans les 8 Instituts d’Etudes Politiques (IEP) de région. Une enquête d’EducPros.fr

25 octobre 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

A la rentrée 2013, la majorité des IEP (Instituts d’études politiques) ont mis en place une réforme des frais de scolarité. En lieu et place d’un tarif unique, ceux-ci sont désormais progressifs et calculés sur la base du foyer fiscal des parents. Dix ans après le vote de cette réforme à Sciences po Paris, menée sous l’impulsion de Richard Descoings, et dans un contexte de tensions budgétaires, cinq des huit établissements de province appliquent désormais une modulation des droits par tranche de revenus.
Pour les autres, le train est en marche.

[...] D’un institut à l’autre, les modalités de mise en place de la réforme des frais d’inscription peuvent différer. [...]

 

Paris : un contre-modèle ?
Si elle a joué un rôle de précurseur, la réforme de Sciences po Paris n’est pas pour autant un modèle de référence pour les autres instituts. "Compte tenu du fait que c’est l’institut ayant le plus d’étudiants issus de CSP+, la redistribution n’est pas trop compliquée", glisse Patrick Le Floch à Rennes. "La fixation de droits très élevés alors que l’Etat était très généreux par ailleurs lui a permis de se développer encore plus", renchérit Pierre Mathiot.
Autre élément distinctif : le coût de la vie parisienne, notamment en matière de loyers, largement supérieur à celui des autres villes françaises, justifie le besoin de compléter les bourses CROUS.

Surtout, le rapport de la Cour des comptes de novembre 2012 dresse un bilan mitigé de la réforme des droits sous l’argument de la diversification sociale. Entre 2004 et 2010, notent les auteurs du rapport, la part des droits consacré à la redistribution a fortement diminué, de 42,7% à 18,9%. "Les droits d’inscription restent partiellement un outil de redistribution, mais ils sont surtout devenus d’abord un outil de financement majeur de la formation initiale", conclut le rapport.

Extrait de letudiant.fr du : Sciences Po. La révolution des frais modulables dans les IEP de région

Répondre à cet article