> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > CLIMAT SCOLAIRE > Climat (Position de chercheur) > Violence à l’école et gouvernance : le Café revient deux ans après sur le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Violence à l’école et gouvernance : le Café revient deux ans après sur le constat et les préconisations de l’enquête Debarbieux-Fotinos de 2012

31 mars 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

"Laissez-nous tranquilles !" C’était la conclusion qu’on aurait pu tirer de la publication en septembre 2012 par Eric Debarbieux et Georges Fotinos, d’une enquête de victimation auprès des enseignants du premier degré. Elle montre que la question de la violence scolaire pose aussi celle du fonctionnement du système éducatif, de sa violence institutionnelle et de ses valeurs.

[...] En 2012 les préconisations d’E Debarbieux et G Fotinos allaient nettement vers une réforme de la gouvernance. "Il est temps d’accorder aux enseignants une véritable autonomie de l’école accompagnée des moyens de fonctionnement nécessaires", notait E Debarbieux." Il faut supprimer l’aide personnalisée vomie par le personnel. Repenser les évaluations nationales. Donner du temps aux équipes pour qu’elles puissent fonctionner. Il faut "un autre modèle de relations humaines... Le modèle pyramidal a vécu. Il est même considéré par les personnels des écoles comme une « violence institutionnelle... ».
"La réflexion doit donc progresser sur l’équilibre entre une autonomie réelle et un pilotage raisonnable et non bureaucratique de cette autonomie dans un cadre national. Le statut des directeurs, et leur mode de nomination, le rôle de coordination des IEN, la remise à plat des pratiques et des finalités de l’inspection pédagogique, l’importance de la recherche et de l’innovation pédagogiques dans les pratiques de classes sont des débats à mener sans a priori

Deux ans plus tard, le modèle pyramidal semble avoir bien résisté. Lutter contre la violence scolaire c’est défendre un type de relations humaines et de fonctionnement social. Un modèle démocratique qui se heurte à la réalité du système éducatif. La culture du système peine à être ébranlée. "Changer les choses ne sera pas simple" avait prédit Eric Debarbieux...

Le rapport de 2012 : L’école entre bonheur et ras-le-bol. Enquête de victimation et climat scolaire auprès des personnels de l’école maternelle et élémentaire

Extrait de cafepedagogique.net du 27.03.14 : Climat scolaire : La part de la gouvernance

Répondre à cet article