> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > Travail collectif (des enseignants) > B* Échanger sur nos pratiques professionnelles pour enrichir notre gestion (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Échanger sur nos pratiques professionnelles pour enrichir notre gestion de classe au collège ECLAIR Lou Blazer de Montbéliard

30 avril 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Dernier ajout le 13 février 2016

Échanger sur nos pratiques professionnelles pour enrichir notre gestion de classe, collège [ECLAIR] Lou Blazer, Montbéliard, académie de Besançon

Projet sélectionné pour la Journée de l’Innovation 2015.

En quelques mots
Face à un climat d’établissement redevenu plus apaisé et plus propice aux apprentissages scolaires, une équipe d’enseignants qui avait décidé deux ans plus tôt, de créer un groupe d’échanges sur leurs pratiques professionnelles, continue de se réunir au sein d’un collectif de travail :
• pour changer le regard porté sur leurs élèves et mieux appréhender les stratégies cognitives qu’ils mettent en place.
• pour mutualiser leurs gestes de métier et adapter leurs pratiques d’enseignement face à des élèves en « mutation ».
• dans l’idée que la gestion de classe positive rejaillisse sur le climat d’établissement.

Contact
STREHL Caroline Professeure certifiée
Tél : 07 78 11 37 22, Mél : caroline.strehl@ac-besancon.fr
Site du groupe Echange de pratiques professionnelles

Constat à l’origine de l’action
A l’issue de 2 années d’échanges de pratiques au départ dans un contexte difficile, l’équipe, convaincue de la plus-value apportée par les partages d’expérience au sein du groupe d’EDP (Echanges de pratiques) a décidé de poursuivre son cheminement aboutissant à la mise en place d’un véritable collectif de travail au sein du collège.

Objectifs poursuivis
- Depuis le début du groupe d’EDP en 2012 :
• Éviter l’isolement des enseignants face à des problèmes de métiers accentués par un terrain professionnel difficile.
• Poursuivre le travail en équipe engagé durant les 2 années précédentes.
• Prendre du recul sur nos postures d’enseignants afin de les faire évoluer et de les adapter aux besoins de nos élèves.

- Objectifs spécifiques pour l’année 2014-2015 :
Une demande a émergé du groupe en fin d’année scolaire 2014, appelant à travailler cette fois-ci non plus à partir de vidéos extraites du site néopass dont nous avons maintenant largement fait le tour, mais plus particulièrement avec des supports issus de notre contexte local de travail (films d’enseignants du collège dans leurs classes, co-observations...) et sur une thématique : L’aide aux élèves, à l’intérieur de
nos classes et sur le temps scolaire, qui plus est, en milieu défavorisé : comment réduire les inégalités ?
Les objectifs sont donc de :
• Faire le constat des différentes aides existantes dans le réseau d’éducation prioritaire
• Évaluer la pertinence et l’efficience de ces aides
• Conserver et mutualiser les démarches probantes
• Mettre en place des démarches innovantes.

Nombre d’élèves et niveaux concernés
Tous les élèves du collège (environ 465).

Description et modalités de mise en œuvre
Le groupe continue à concerner 10 à 15 enseignants, avec notamment un « noyau dur » qui assiste à chacune des rencontres. Les autres viennent en fonction de leurs disponibilités et des thèmes proposés.
Il nous a semblé pertinent d’ouvrir le groupe aux CPE (Conseillers principaux d’éducation) et assistants pédagogiques volontaires, dont le regard offre de nouvelles perspectives à nos débats. Le COP (Conseiller d’Orientation psychologue) du collège nous rejoint lors de certaines discussions pour y jouer le rôle d’ « ami critique » (ayant un autre regard et un autre recul que celui qui enseigne), mais aussi pour nous apporter des contenus plus théoriques, issus de la recherche en psychologie autour des pratiques enseignantes, des relations systémiques qui se mettent en place entre des enseignants et leurs élèves, ou encore sur la psychologie des enfants et adolescents...

- Une démarche :
Ajustement des aides existantes et expérimentation de nouvelles pistes d’aide, échange avec nos élèves sur la perception de ces aides (sont-elles efficaces et comment les perçoivent-ils ?).
- Une perspective :
Développer une réflexion au niveau du réseau d’éducation prioritaire, futur REP+, afin de préparer le partenariat avec le chercheur Patrick Rayou (Université Paris VIII) sur la question de l’aide aux élèves en milieu d’éducation prioritaire à la rentrée prochaine.

Moyens mobilisés
• Nous nous réunissons quand nous le pouvons, en fonction de nos disponibilités puisque ces temps d’échanges doivent être placés sur du temps personnel, c’est-à-dire en dehors de nos temps de service.
• Temps de préparation investi par les enseignantes pilotes du projet (Mmes DURUPTHY, PASSAQUI et STREHL), hors temps dû par leur service d’enseignement, donc sur la base du bénévolat.
• Temps personnel investi, sur la base du volontariat, par les enseignants participant au groupe.
• Temps personnel investi pour aller s’observer entre pairs, pour se filmer entre collègues dans certaines situations de classe.
• Utilisation d’une salle de l’établissement, le soir après les cours de la journée (donc au-delà de 17h30) pour se réunir, équipée d’un vidéo projecteur et d’une connexion internet pour accéder au site NéoPass@ction et/ou pour utiliser nos ressources vidéos propres.

Partenariat et contenu du partenariat
Les 3 enseignantes animatrices du groupe d’EDP bénéficient des conseils et de l’accompagnement du Centre Alain Savary de Lyon, par l’intermédiaire de son Directeur Patrick Picard.

Liens éventuels avec la Recherche
Des contacts ont été pris avec le chercheur Patrick Rayou : un partenariat est en construction pour l’année scolaire 2015-2016 autour de la thématique de l’aide aux élèves des milieux populaires (contours qui seront précisés ultérieurement).
L’une des 3 enseignantes animant le groupe, C. Strehl, s’est lancée dans un Master 2 Formation de formateurs d’enseignants de l’espace francophone à l’ESPE de Clermont-Ferrand (Université Blaise Pascal). Cette démarche permet d’apporter un cadre théorique plus pointu concernant la formation d’adultes enseignants, de susciter de nouvelles pistes d’action et de réflexion au sein du groupe à partir de théories d’analyse de l’activité telles que la clinique de l’activité, le cours d’action ou encore la
didactique professionnelle.
C’est notamment dans cette perspective que des lectures d’ouvrages sur les pratiques de travail de groupe ou encore sur la formation d’enseignant réflexifs ont été entreprises :

- Bibliographie :
• FERRY Gilles. La pratique du travail en groupe, une expérience de formation d’enseignants, Sciences de l’éducation, Editions Dunod, 1977
• PERRENOUD Philippe. Développer la pratique réflexive dans le métier d’enseignant, ESF Editeur, 2012 (6e édition)
• TARDIF Maurice (Dir.), MARCEL Jean-François, DUPRIEZ Vincent, PERISSET BAGNOUD Danièle. Coordonner, collaborer, coopérer. De nouvelles pratiques enseignantes, Ed° de Boeck, 2007 (1e édition)
• PAYETTE Adrien et CHAMPAGNE Claude. Le groupe de co-développement professionnel, Presses de l’Université du Québec, 2010 (expériences qui datent des 1990’s)
• JF MARCEL et T.PIOT. Dans la classe et hors la classe. L’évolution de l’espace professionnel des enseignants, INRP, 2005
• J.DONNAY et E.CHARLIER. Apprendre par l’analyse de pratiques. Initiation au compagnonnage réflexif, Presses Universitaires de Namur, 2008, 2e édition revue et augmentée
• Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIe siècle » : - Conf du 25 mars 2014
• COSTE Sabine, « S ’épanouir dans le travail enseignant. Réalité, normes, stratégies » « L’agir enseignant : des gestes professionnels ajustés », présentation de l’ouvrage de Dominique BUCHETON dans les Cahiers pédagogiques par Yannick Mével, suivi d’un entretien de D.Bucheton avec JM Zakhartchouk
• Conférence de D.BUCHETON. Accompagner les transformations du métier enseignant, 15 novembre 2012 à l’IUFM de Cergy
• PICARD Patrick. Former les formateurs pour mieux accompagner les enseignants à faire réussir les élèves, article sur le site du Centre Alain Savary
• AMIGUES René, FELIX Christine, SAUJAT Frédéric. « Les connaissances sur les situations d’enseignement apprentissage à l’épreuve des prescriptions », in Les pratiques d’enseignement-apprentissage : état des lieux (Revue internationale des Sciences de l’éducation, n°19, 2008, p.27-39)
• ROUSSEAU Christine. Fiche de lecture
HYPERLINK de la chaire DSO CNAM, Janvier 2002 : Chris Argyris et Donald A. Schön APPRENTISSAGE ORGANISATIONNEL Théorie, méthode, pratique Edition De Boeck Université
• FEYFANT Annie (2013). L’établissement scolaire, espace de travail et de formation des enseignants, Dossier de veille de l’IFE, n°87, novembre. Lyon : ENS de Lyon.
• FEYFANT Annie. http://www.cahiers-pedagogiques.com/La-formation-continue-en-etablissement
• SAUJAT Frédéric. Fonction et usages de l’instruction au sosie en formation initiale, Avril 2005
HYPERLINK
HYPERLINK
HYPERLINK
HYPERLINK
• CLOT Yves, Le geste est-il transmissible ?
HYPERLINK
HYPERLINK
HYPERLINK
HYPERLINK
• DUPRIEZ Vincent, Le travail collectif des enseignants : au-delà du mythe, Travail et formation en éducation, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 11 septembre 2014. http://tfe.revues.org/1492
• DUPRIEZ Vincent, De l’isolement des enseignants au travail en équipe : les différentes voies de construction de l’accord dans les établissements, Cahiers de recherche du GIRSEF, n°23, mars 2003
• MEYER Adeline, Ifé : qui doit former les enseignants ? Un collectif d’enseignants ou un collectif d’experts ?, l’Expresso, 7 nov 2013
• LESSARD Claude et al., De quelques facteurs facilitant l’intensification de la collaboration au travail parmi les enseignants : le cas des enseignants canadiens, Éducation et sociétés 1/ 2009 (n° 23), p. 59-77
• Christian MAROY, « Les évolutions du travail enseignant en France et en Europe : facteurs de changement, incidences et résistances dans l’enseignement secondaire », Revue française de pédagogie
[En ligne], 155 | avril juin 2006, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 10 octobre 2012. URL

- Vidéos :
Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIe siècle » :
• PICARD Patrick, Former les formateurs, oui mais à quoi ?, intervention de 30 mn environ
• SAUJAT Frédéric et FELIX Christine, Le métier d’enseignant : un impensé dans le rôle de l’établissement comme organisation apprenante, http://www.ens-lyon.fr/chaire-unesco-formation/manifestations-scientifiques/espaces-
HYPERLINK
• Sur France Culture : Stage d’analyse de pratiques professionnelles (APP) dans un collège ZEP de Meaux (émission "Les pieds sur terre", 25:41)
• CAROLY Sandrine, CLOT Yves. Du travail collectif au collectif de travail, développer des stratégies d’expérience, Formation Emploi, n°88, 2004
• RUELLAND-ROGER Danielle, CLOT Yves. L’activité réelle de l’élève : pour développer l’activité enseignante, Revue internationale du CRIRES : innover dans la tradition de Vigotsky (2013)
• F.YVON et F.SAUSSEZ., Analyser l’activité enseignante. Des outils méthodologiques et théoriques pour l’intervention et la formation, Presses Universitaires de Laval, Collection Formation et profession, 2010
• Revue Recherches en éducation, Questions vives, n° 21 | 2014
Le travail collectif des enseignants en question, http://questionsvives.revues.org/

Evaluation
- Ce type de groupe, qu’on pourrait qualifier de groupe de « compagnonnage réflexif » à la manière de Donnay et Charlier, semble correspondre aux besoins réels de formation des enseignants d’éducation prioritaire, en témoignent :
• la demande des collègues de l’établissement de nous réunir pour réfléchir collectivement à des problèmes survenus dernièrement dans nos classes, en parallèle du travail initié cette année sur l’aide aux élèves.
• des demandes de principaux de collège, ayant eu connaissance de notre travail et ayant souhaité en faire bénéficier leurs équipes pédagogiques (Collèges Guynemer à Montbéliard et des Hauts de Blémont à Metz, ainsi qu’un début de travail avec le Collège Diderot à Besançon devenu REP+ préfigurateur).
- A la suite de ces interventions, afin d’évaluer ces nouveaux dispositifs de formation à l’intention d’autres établissements, nous avons proposé aux collègues y ayant participé de s’exprimer par écrit sur le temps de formation (cf blog).
- Indicateurs chiffrés : le groupe se renouvelle en fonction des thèmes, mais garde un effectif constant de dix à quinze enseignants.
- Nous avons organisé une réunion début juillet 2014 afin de faire un bilan d’étape et de consulter nos collègues sur les modalités de poursuite du groupe, afin de nous assurer que nous sommes toujours en adéquation avec leurs préoccupations.

Trois ressources ou points d’appui
• L’utilisation du site néopass@ction, passerelle entre pratique pédagogique concrète et recherche en pédagogie.
• La collaboration et le soutien de Monsieur Picard, rencontré lors de colloques, ainsi que les apports théoriques reçus dans le cadre du Master de formation de formateurs de l’espace francophone à Clermont-Ferrand (Université Blaise Pascal).
• La confiance, l’engagement et la participation active des collègues fréquentant le groupe.

Trois difficultés éventuelles rencontrées
• Trouver un créneau horaire sur le temps personnel, commun à tous et suffisamment long. Pour l’heure, ce temps de travail reste placé sur notre temps personnel et n’est pas du tout pris en compte dans nos temps de service, ce qui est source de difficultés face aux sollicitations professionnelles chronophages.
• Comment élargir le groupe, en réponse à la demande de certains collègues néophytes, tout en permettant aux « habitués » de continuer à y participer tout en y trouvant leur intérêt ?

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves
Nous sommes convaincues que des enseignants confortés par un groupe de pairs dans leurs pratiques d’enseignement retrouvent un certain sentiment de compétence qui leur permet d’être davantage bienveillants et sécurisants envers les élèves même dans des situations de gestion de classe complexes.

- Sur les pratiques des enseignants
• Adoption de démarches efficaces déjà testées par tel ou tel collègue grâce au partage d’expérience.
• Prise de recul sur les postures d’enseignant propres à chacun par la co-observation et ouverture à d’autres choix professionnels possibles.
• Élaboration de nouvelles stratégies communes à l’équipe enseignante pour plus de cohésion et d’efficience (rituels de prise en charge de la classe à son entrée et de la mise au travail par exemple, travail sur l’aide aux élèves et l’hétérogénéité... ).

- Sur le leadership et les relations professionnelles
La direction a changé à la rentrée 2014 et s’est vivement intéressée au dispositif, en a encouragé la diffusion auprès de tous les collègues et souhaite même l’inclure au futur projet d’établissement et l’intégrer à la réflexion sur le futur Rep+ (Axe 2 Mesures 7et 8 : ….).

- Sur l’école / l’établissement :
• Les relations professionnelles en salle des professeurs sont sincères, respectueuses et confiantes : nous n’hésitons pas à nous ouvrir aux autres de nos difficultés et à essayer ensemble de trouver des solutions.
• Développement des co-observations et co-interventions.
• Mise en place de projets en communs.
• Des démarches de recherches personnelles communiquées au reste du groupe sont apparues : participation de certains membres du groupe à des formations à l’IFE, lectures de publications issues de la recherche et transmission de fiches de lectures aux autres, commandes d’ouvrages pour le CDI...

- Plus généralement, sur l’environnement
Sollicitation de Monsieur Roch, IEN à Montbéliard, qui a reconnu l’intérêt de notre démarche et a permis l’ouverture récente de notre groupe aux enseignants des écoles primaires du réseau. Des coobservations sont nées entre enseignants du primaire et enseignants de collège dans le cadre de la liaison Ecole-Collège afin d’aller interroger leurs pratiques. Nous filmons des séances d’observation d’un professeur de collège dans une classe de CM2. Des entretiens d’auto confrontation simple puis croisée sont ensuite réalisés :
• Le professeur de collège est ensuite filmé en train de visionner la vidéo et de commenter l’activité du professeur des écoles ainsi que sa posture de professeur de collège en train d’observer un enseignant du primaire = entretien d’autoconfrontation simple.
• puis les 2 enseignants sont filmés en train d’échanger sur la même séance de classe = entretien d’autoconfrontation croisée.
• il s’agit alors de faire émerger quelques principes organisateurs de l’activité des enseignants de primaire et de secondaire qui sont communs ou non, afin de mesurer les ruptures potentiellement à l’œuvre ensuite pour nos élèves lors de leur passage du CM2 à la 6e.
L’objectif de ce travail d’enquête est, à terme, de construire une formation inter-degré basée sur des échanges de pratiques entre enseignants ayant des cultures professionnelles à la fois si proches et si différentes.

Une réussite à communiquer à l’extérieur, ce serait :
Notre groupe commence à essaimer à l’extérieur...

Extrait du site de l’académie de Poitiers : Cahier du TOP 30, sélection officielle mars 2015 (p. 126 à 131 du PDF de 138 pages)

 

[...]

Modalités de concertation
Le « déroulement type » d’une séance durant les 2 premières années de fonctionnement du groupe :
• Rappel concernant le contrat de confiance qui nous lie
• Visionnage d’une première vidéo sélectionnée au préalable sur le site néopass@action et en rapport avec le thème de la séance. Un jeune professeur est filmé lors d’un cours et dans une situation spécifique au métier d’enseignant qui semble poser problème ou le mettre en difficulté.
• Un débat s’engage alors autour de ce que l’on vient de voir : des critiques positives et/ou négatives des pratiques de cet enseignant(e) sont émises au sein du groupe et débattues .
La vidéo extraite du site de l’IFE sert ainsi de « déclencheur » à l’analyse de nos propres problèmes de métier tout en créant une distance protectrice, car la personne « analysée » n’est ni nous-mêmes ni un collègue de travail mais un autre qu’on ne connaît pas et que l’on ne fréquente pas dans l’établissement. Cette distanciation nous permet de ne pas être dans l’affect ni dans le jugement de nos pairs. En effet le groupe de réflexion sur les pratiques professionnelles ne peut et ne doit pas s’apparenter à une thérapie de groupe.
• Un parallèle est fait entre nos remarques, nos questionnements... et les travaux des chercheurs sur le thème que nous évoquons.
• Un bilan est fait en toute fin de séance afin de récapituler quels sont les 3 ou 4 points qui ont fait consensus ou alors qui ont suscité le débat et qui pourraient nous servir de base à des évolutions dans les manières de faire cours et d’agir au sein de nos classes à l’avenir

Lien avec le projet d’établissement ou le projet d’école et le contrat d’objectifs
Le lien entre ce travail d’échange de pratiques et la politique de l’établissement, déclinée notamment à travers le projet d’établissement et le projet REP+, doit être formalisé. Il est prévu de réfléchir à la manière de lier davantage le travail de réflexion mené par les enseignants du collège au nouveau projet d’établissement et au REP+ en lien avec l’Axe 2 Mesures 7 et 8.
Le conseil pédagogique peut notamment servir de relais entre les pistes de réflexion élaborées dans le groupe d’échanges de pratique et la réflexion pédagogique qu’il est nécessaire de mener dans l’établissement, notamment autour des problématiques suivantes :
• L’évaluation
• L’individualisation des parcours
• La prise en compte réelle de la difficulté scolaire et les réponses à apporter au local dans le cadre de l’aide (des aides) aux élèves

Ce genre de travail en équipe est également en lien avec le Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation de 2013 qui stipule qu’un enseignant doit être en mesure de :
• S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel
• Compléter et actualiser ses connaissances scientifiques, didactiques et pédagogiques.
• Se tenir informé des acquis de la recherche afin de pouvoir s’engager dans des projets et des démarches d’innovation pédagogique visant à l’amélioration des pratiques.
• Réfléchir sur sa pratique - seul et entre pairs - et réinvestir les résultats de sa réflexion dans l’action.
• Identifier ses besoins de formation et mettre en œuvre les moyens de développer ses compétences en utilisant les ressources disponibles. »

Moyens mobilisés
- Moyens hors outils numériques
• Nous nous réunissons quand nous le pouvons, en fonction de nos disponibilités puisque ces temps d’échanges doivent être placés sur du temps personnel, c’est-à-dire en dehors de nos temps de service.
• Temps de préparation investi par les enseignantes pilotes du projet (Mmes DURUPTHY, PASSAQUI et STREHL), hors temps dû par leur service d’enseignement, donc sur la base du bénévolat
• Temps personnel investi, sur la base du volontariat, par les enseignants participant au groupe
• Temps personnel investi pour aller s’observer entre pairs, pour se filmer entre collègues dans certaines situations de classe

- Moyens numériques : Une salle équipée d’un vidéo projecteur et d’une connexion internet, caméra, micro, pied
- Matériels nécessaires :
Besoins en matériel vidéo (caméra, pied, prise de son pour pouvoir filmer des séquences de classe avec un rendu satisfaisant = comprendre les échanges verbaux)

- Ressources :
• Ouvrages et revues issus de la recherche et de la littérature professionnelle
• Contacts avec l’IFE
• Contacts avec Formateurs de l’ESPE de Clermont-Ferrand (Suivi du mémoire professionnel de C. Strehl par Sylvie Moussay, maître de conférence en sciences de l’éducation, Laboratoire ACTé -Activité Connaissance Transmission Éducation, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2).
Ce mémoire professionnel porte sur le travail collectif en REP+ dont voici quelques pistes de réflexion :
◦ A quelles conditions la réforme de l’Éducation Prioritaire et la création de REP+ demandant de mettre en place du travail collectif (analyse de l’injonction institutionnelle), va t-elle amener les enseignants à changer leurs pratiques pour travailler ensemble ? Le travail collectif, pour faire quoi ?
◦ Il y a d’un côté ce qu’on demande aux professionnels de faire (prescriptions : travailler collectivement) et de l’autre côté ce que les professionnels font de cette prescription...et pour quelles raisons, dans quelles intentions ?
◦ Ainsi, quelles sont les différentes mises en œuvre du travail collectif qui vont être initiées dans le REP+ préfigurateur du Collège Diderot Besançon (terrain de stage dans le cadre de ce master 2) ? Comment le collectif prend-il alors forme et se développe t-il ? Quels sont les freins/obstacles et, a contrario, les facteurs favorisant ce travail collectif ? (en effet, à la demande de la formatrice REP+ du collège Diderot à Besançon, une expérimentation est menée autour de la création d’un groupe d’échange de pratiques au collège Diderot, à l’image de celui de Lou Blazer, tout en tenant compte des spécificités du collège bisontin : à quelles conditions et dans quelle mesure l’expérience est-elle transférable au collège Diderot ?)

Caractère innovant du projet
Le projet s’inscrit en plein dans trois préoccupations essentielles du collège :
• Aider les enseignants à construire des gestes professionnels adaptés au public accueilli en occupant un terrain peu, voire pas investi par la formation continue des enseignants : l’échange sur les pratiques professionnelles, la controverse autour des gestes de métier...
- • Construire une cohérence des pratiques professionnelles pour donner le plus de repères possibles aux élèves
• Innover pour décliner au plan local des réponses adaptées aux difficultés rencontrées

Extrait du site du groupe Echange de pratiques professionnelles

 

Bilan 2014-2015
Strehl Caroline
[...]
Essaimage  :
- modalités d’information sur l’action ? vers quel public ?
• Modalités : Articles, bouche-à-oreille, prise de contact de divers acteurs (principaux, enseignants, responsable d’organismes de formation pour éducateurs tels que La source à Lausanne) grâce à notre blog où figurent nos adresses mail...
• Public : Enseignants et CPE, plus spécifiquement en éducation prioritaire

- modalités de diffusion et de promotion de l’action ?
Par l’intermédiaire de notre blog, d’articles publiés sur le site et du partenariat entretenu avec le Centre Alain Savary, nous avons été amenées à témoigner de notre expérience :
• à l’IFE en mars 2013 (utiliser neopass@ction dans le cadre de la formation), juin 2014 (aide aux élèves, atelier sur l’utilisation de néopass pour développer les ressources propres des enseignants au service de l’aide aux élèves)
• à la chaire UNESCO en mars 2015 (dans le cadre d’un colloque sur l’établissement formateur)
• à la Journée nationale de l’innovation le 8 avril 2015 : cette action a été sélectionnée parmi le top 30 des actions innovantes.

[...]
Objectifs atteints et plus-values constatées
Les enseignants fidèles au groupe souhaiteraient des rencontres régulières et plus nombreuses l’année prochaine (dans le cadre du REP+ cette demande devrait pouvoir être satisfaite)
• des enseignants dont le sentiment de compétence est plus élevé qu’auparavant
• des enseignants d’un même établissement qui échangent sur ce que font leurs collègues dans leur classe (sortir de son isolement) et comparent leurs pratiques professionnelles (apprendre des autres, élargir sa palette de gestes professionnels)
• une amélioration de la cohésion du groupe (enseignants davantage coopératifs entre eux sur des moments plus informels, échanges qui se poursuivent à l’extérieur du groupe, en groupes plus restreints, dans la salle des profs ou dans les couloirs, en préparant des cours…)
• un développement de la posture réflexive des enseignants et CPE qui le fréquentent (être plus attentif à soi mais aussi et surtout aux élèves, à la manière dont ils perçoivent ce que l’enseignant fait avec eux)
• l’adoption de démarches efficaces déjà testées par tel ou tel collègue grâce au partage d’expérience.
• La prise de recul sur les postures d’enseignants propres à chacun par la co-observation et ouverture à d’autres choix professionnels possibles.
• l’élaboration de nouvelles stratégies communes à l’équipe enseignante pour plus de cohésion et d’efficience (rituels de prise en charge de la classe à son entrée et de la mise au travail par exemple, travail sur l’aide aux élèves et l’hétérogénéité, travail sur les manières de gérer le groupe-classe...)

Eléments d’analyse réflexive de l’action
- point saillant de l’évolution et de la construction de l’action
Principale évolution cette année réside dans le fait qu’au lieu de partir de vidéos extraites de neopass@ction, nous avons choisi de nous filmer en classe et de travailler sur des extraits de séquences de collègues, au plus près de nos préoccupations locales.

- analyse des freins/difficultés et des réussites
Réussite en matière de participation : Séance du 19 février, vendredi, veille des vacances scolaires, sur un créneau de fin de journée (après 17h30) a réuni 15 participants, les mêmes que ceux suivant le dispositif depuis maintenant 3 ans. Donc un groupe qui continue a être conséquent et qui réussit à durer.
Cadre de confiance(instauré sous la forme d’un contrat) qui continue à être respecté et a permis d’aborder le visionnage de vidéos de collègues en situation de faire classe avec bienveillance et respect, d’une manière très professionnelle : échanges sur les gestes professionnels et difficultés / réussites des enseignants qui se sont prêtés au jeu à la lumière des difficultés/réussites des personnels du groupe.
Un des aspects qui serait à développer davantage désormais dans ce groupe est le regard porté sur l’élève et ses apprentissages sachant que jusqu’à présent notre regard a été plutôt focalisé sur l’enseignant lui même).

Liens éventuels avec la réforme du collège
Comme le préconisent les programmes du nouveau collège, l’enseignant, demain, devra faire partie d’”un collectif de travail renforcé à travers la mise en place des enseignements pratiques interdisciplinaires et des temps d’accompagnement personnalisé, élaborés de manière collective par les équipes pédagogiques”
Notre travail va dans ce sens et renforce aussi les opportunités de travailler en co-intervention, de manière interdisciplinaire.
Cela s’inscrit fortement dans l’axe 1 du Collège 2016 et notamment dans les enseignements pratiques interdisciplinaires. Il est à noter également que ce travail de groupe permet aux enseignants qui le fréquentent de développer leurs compétences professionnelles comme le recommande le Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation de 2013qui stipule qu’un enseignant doit être en mesure de :
« • S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel
• Compléter et actualiser ses connaissances scientifiques, didactiques et pédagogiques.
• Se tenir informé des acquis de la recherche afin de pouvoir s’engager dans des projets et des démarches d’innovation pédagogique visant à l’amélioration des pratiques.
• Réfléchir sur sa pratique -seul et entre pairs -et réinvestir les résultats de sa réflexion dans l’action.
• Identifier ses besoins de formation et mettre en œuvre les moyens de développer ses compétences en utilisant les ressources disponibles. »

Eléments d’analyse prospective
- évolutions ou réorientations souhaitées ;
Poursuite du groupe dans le cadre de l’entrée du collège en REP+ et de la nomination de l’une des 3 animatrices du groupe au poste de formatrice REP/REP+
- conseils au lecteur qui voudrait s’engager dans la même voie ou sur une voie connexe ;
Il faut du temps et de la motivation, notamment pour ce qui est de la préparation des séances, mais cela en vaut la peine ! (Relations avec les collègues et climat de travail bien plus agréables, remotivation face aux difficultés quotidienne du métier...)
- pistes de remédiation aux difficultés rencontrées ;
Trouver un créneau et un rythme de rencontre institutionnalisé dans le fonctionnement de l’établissement, pris en compte de manière officielle.
- suggestion visant à améliorer l’efficience de l’action.
Ce qui nous manque le plus, c’est le temps : il nous faut du temps volontaire et bénévole pour nous réunir. Cela est une contrainte forte, surtout dans le contexte de mise en place du REP+ que nous connaissons, ainsi que l’urgence dans laquelle nous sommes face aux élèves et la réécriture de notre projet d’établissement. Ces temps de rencontres et de réflexions collectives sont pourtant nécessaires à la bonne marche de notre établissement. Nous attendons donc beaucoup des temps de décharge que prévoit le dispositif REP+ pour trouver les moments propices à nos réunions. Nous envisageons par ailleurs une collaboration accrue avec la recherche et notamment avec Patrick Rayou, autour des thèmes de l’aide aux élèves issus de milieux sociaux défavorisés.

Développement professionnel - bilan

Répondre à cet article